mercredi 7 décembre 2022

Visa turc salvateur de Budapest, 1944, délivré à une femme juive.

Publié le | par Engin | Nombre de visite : 252 |
Visa turc salvateur de Budapest, 1944, délivré à une femme juive.

Budapest – un paradis de l’immigration.

Au début de 1944, la guerre faisait des ravages sur l’axe et la fin inévitable n’était pas remise en question : les alliés gagnaient maintenant la guerre et ce n’était qu’une question de temps et du prix que le camp perdant devra payer et endurer. Les alliés de l’Allemagne étaient horrifiés par leurs perspectives et au cours de cette année, ils essaieraient de trouver des moyens de sortir de ce mariage impie dans lequel ils se mettaient.

La Roumanie changerait de camp à la suite d’un coup d’État dirigé par le roi Michel. Cela devenait alors insupportable pour le pays : les bombardements alliés et la progression des attaques de l’Armée rouge à sa porte. Le régime d’Antonescu a été renversé et la Roumanie faisait désormais partie du camp allié, gagnant même le soutien du Kremlin.

La position de la Hongrie était également désastreuse : elle était également consciente de la fin désastreuse qui lui tomberait dessus, de sorte que des négociations d’armistice ont été menées avec les alliés tout en combattant toujours l’Union soviétique aux côtés de l’Allemagne. Les fissures dans l’alliance de l’Axe n’allaient pas être tolérées, et une fois que Hitler l’a appris, il a ordonné à son armée d’envahir le pays, connue sous le nom d’opération Margarite, et cela a été fait en mars. Son sort n’a pas été le même que celui de la Roumanie, qui a évité l’occupation allemande. Le pays a été libéré de la présence allemande une fois l’Armée rouge entrée.

Pendant l’occupation allemande, la solution finale était pleinement mise en œuvre. Adolf Eichmann a été envoyé en Hongrie pour prendre en charge la déportation de la population juive du pays et dans une période d’environ 10 semaines, 437 000 Juifs ont été envoyés à la mort dans le camp de la mort d’Auschwitz en Pologne occupée.

Avant d’entrer dans le document ici et les images ajoutées, il est important de revenir en arrière et de donner quelques explications, d’importance, à des informations supplémentaires relatives aux événements de l’époque. Jusqu’à l’occupation allemande du pays, la Hongrie était considérée comme un refuge pour les réfugiés juifs et ceux qui fuyaient l’Europe occupée : Juifs de Pologne, de France, de Yougoslavie, de Slovaquie .et même loin de la Hollande à l’ouest ont remarqué qu’il y avait un pays qui était sûr pour les Juifs. Les autorités de Budapest, après la défaite de Stalingrad, et comprenant que l’Allemagne s’engageait sur une voie inévitable, c’est-à-dire perdre la guerre, ont permis à diverses organisations juives d’opérer relativement librement et ont permis aux persécutés d’entrer sur ses frontières et d’y rester. En toute sécurité jusqu’au départ pour la Palestine britannique. Ainsi, comme des champignons après la pluie, diverses instances et organisations opéraient librement, relativement, dans la capitale : l’Immigration juive pour la Palestine (JAFP) et l’Organisation sioniste mondiale par exemple. Moshe Krausz, l’influent chef du Bureau de la Palestine à Budapest, a utilisé ses compétences pour nouer des liens formateurs avec des responsables gouvernementaux locaux (par exemple, avec le célèbreKülföldieket Ellenőrző Országos Központi Hatóság (Autorité nationale centrale pour le contrôle des étrangers, ou KEOKH)) et des diplomates pour assurer son objectif de passage sûr des Juifs vers et hors de la Hongrie (après l’invasion allemande en 1944, il déménagerait ses bureaux dans les bâtiments de la légation suisse dans la capitale, travaillant sous protection suisse et même se voir attribuer des papiers d’identité diplomatiques ; il était exempté de porter l’étoile de David ; mais en raison de conflits internes entre les chefs des mouvements juifs en Palestine britannique et après la formation d’Israël , en raison de la politique, il n’a pas été crédité de manière appropriée pour ses efforts en temps de guerre : c’était Raoul Wallenberg, Jean de Bavier (chef de la Croix-Rouge internationale) et Moshe Krausz, les trois qui ont énormément contribué au sauvetage des Juifs de Budapest dans ces moments sombres et cruciaux après mars 1944).

L’Anschluss de 1938 est un bon exemple pour montrer comment un événement significatif a ouvert la voie à un système qui sera finalement adopté pendant les heures les plus sombres de l’occupation de Budapest : les visas et certificats diplomatiques vitaux. : suite à l’occupation de l’Autriche, la population juive du Burgenland est déportée près de la frontière hongro-tchécoslovaque. Un groupe de plus de 200 réfugiés, qui se trouvaient à bord d’un bateau, s’est échoué sur le Danube. Grâce à l’intervention du chef du bureau de la Palestine à Budapest, avec l’aide de l’ambassadeur britannique dans le pays, Jeffry Knox, des permis ont été délivrés par le PCO britannique, indiquant qu’ils étaient éligibles pour immigrer en Palestine. Avec de tels certificats entre leurs mains, les autorités n’y toucheraient pas, car selon la loi, les étrangers étaient interdits. Ce premier événement, comme mentionné ci-dessus, d’étrangers titulaires de permis d’immigration indiquant qu’ils sont des citoyens du mandat britannique qui étaient donc à l’exception des actions sévères du gouvernement hongrois,

Eva Maged a reçu ce remarquable document de voyage salvateur à Budapest le 4 janvier 1944
Eva Maged a reçu ce remarquable document de voyage salvateur à Budapest le 4 janvier 1944

Le document ici a été délivré à une réfugiée ou à une femme juive apatride vivant dans la Hongrie encore libre : Eva Maged a reçu ce remarquable document de voyage salvateur à Budapest le 4 janvier 1944. Il était valable pour transiter par les pays suivants avec la destination explicite vers la Palestine britannique :

Voici le hic : la seule façon d’entrer dans le mandat était d’obtenir un permis d’entrée britannique, mais il n’y avait pas de consulat ou d’ambassade en Hongrie en temps de guerre (le 7 décembre 1941, le Royaume-Uni déclara la guerre au pays). En lien avec ce qui précède, le Bureau de la Palestine a réussi à obtenir des passeports hongrois préfabriqués, faux ou falsifiés, ainsi que des documents de voyage, et à les « délivrer » aux candidats à l’immigration, dans ce cas comme Eva. Elle devait donc quitter le pays, et une fois en Turquie, localiser la mission diplomatique britannique (cette voie d’évacuation, la seule disponible alors en Europe, fermerait une fois l’Allemagne occupée en Hongrie, mais rouvrirait après la libération en 1945).

1943 a été l’année où l’Agence juive pour la Palestine a ouvert ses bureaux de sauvetage à Istanbul et sa mission était d’aider les Juifs à échapper à l’occupation allemande et à arriver en toute sécurité en Turquie neutre, et de là, à obtenir un permis d’entrée dans le Mandat ( Comité de sauvetage de l’Autorité juive Agence en Turquie 1942-1944 ) : en 1943, le vicomte Cranborne, secrétaire d’État aux Affaires du Dominion, a émis une directive secrète à l’ambassade britannique à Ankara, déclarant que tout Juif arrivant seul en Turquie recevrait un permis d’entrée dans le Mandat), et c’est ce que le comité de sauvetage a été ce faisant, à ce moment-là, ils avaient déjà fait part de ce « développement positif » à leurs contacts en Europe occupée, et des bateaux avec des réfugiés étaient organisés, en petit nombre, pour fuir l’Europe, via la Roumanie et la Bulgarie. D’autres itinéraires comprenaient un passage direct en train de Budapest via la Roumanie et la Bulgarie jusqu’à la frontière turque, jusqu’au point de contrôle frontalier contrôlé conjointement et étroitement par les Allemands de Svilengrad.. Grâce aux efforts du JAFP en Hongrie qui a travaillé sans relâche pour faciliter l’évasion et l’immigration hors du pays, Eva ici a probablement eu la chance d’obtenir son visa de transit turc le 10 janvier ( la section consulaire britannique à Istanbul a envoyé des services d’immigration certificats pour la Palestine à la légation turque à Budapest, qui à son tour a délivré les visas de transit - pendant cette période (1944) environ 2 000 ont été délivrés ), et les visas restants nécessaires des ambassades bulgare et roumaine le 17 ( à cette époque, l’Europe disposait de 4 centres de secours importants : Jérusalem, Istanbul, Genève et Budapest ).

Quitter la Hongrie le 17 vers la Roumanie via le point de passage frontalier de Curtici, et de là vers la frontière bulgare, entrer dans le pays le 19 à Giurgiu du côté bulgare via leur point de passage frontalier à Ruse. De là vers la Turquie voisine le 21 , via le passage à Edirne.

Une fois arrivée en Turquie, elle a réussi à obtenir le permis tant attendu d’entrée en Palestine et le permis militaire de transit par la Syrie, par le passage de Gaziantep le 26 , Meidan Ekbes de l’autre côté de la frontière.

Le programme des visas syriens disposait d’un bel ensemble de timbres fiscaux pour les visas d’entrée imprimés spécialement pour être utilisés dans les passeports :

  1. Timbre violet 10 franc pour l’ENTRÉE
  2. Timbre bleu 5 franc pour l’ENTRÉE

De là, elle a traversé la sécurité de la Palestine britannique le 28 janvier au poste frontière libano-palestinien de Ras al-Naqoura ou comme on l’appelle de l’autre côté sous le nom de Rosh Ha-Nikra.

Il n’y a pas besoin de dire à quel point elle a eu de la chance de partir 2 mois avant que l’enfer n’éclate dans ce pays européen… dans la vie, le timing peut tout signifier.

Ont ajouté des exemples d’images trouvées à l’intérieur de divers passeports qui ont été utilisés pour voyager vers ou depuis la Hongrie vers le déclenchement de la guerre et après.



À lire aussi