samedi 10 décembre 2022

Un dirigeant ouïghour affirme vouloir déposer une plainte contre la Chine devant la Cour pénale internationale

Publié le | par Hakan | Nombre de visite : 459 |
Un dirigeant ouïghour affirme vouloir déposer une plainte contre la Chine devant la Cour pénale internationale

Les Nations Unies ont récemment détaillé les violations des droits de l’homme au Turkestan oriental, également appelé Xinjiang, mettant en lumière les abus de la Chine. Cependant, à part les pays occidentaux, peu de nations ont critiqué Pékin. De plus, il y a un silence complet du monde musulman, ce qui est étonnant étant donné que les Ouïghours sont une minorité musulmane.

Salih Hudayar, Premier ministre autoproclamé du gouvernement en exil du Turkestan oriental et fondateur du Mouvement d’éveil national du Turkestan oriental (ETNAM), a plaidé pour l’indépendance du Turkestan oriental vis-à-vis de la Chine.

Dans une interview exclusive accordée à India Narrative , Hudayar parle du rapport de l’ONU sur le Xinjiang, du silence de la puissante Organisation de la coopération islamique (OCI) et de pays musulmans comme le Pakistan et la Turquie. Il parle également des contre-mesures que prévoit le gouvernement en exil.

Extraits de l’entretien :

IN : Le 1er septembre 2022, l’ONU a publié un rapport détaillé sur les violations des droits de l’homme par la Chine contre sa population musulmane ouïghoure au Xinjiang. Comment voyez-vous le rapport et pourquoi l’ONU s’est-elle abstenue d’utiliser le mot « génocide », alors qu’une stérilisation de masse a été signalée ?

SH : La diaspora mondiale du Turkestan oriental est déçue par le retard et la faiblesse générale du rapport de l’ONU. Nous sommes indignés par l’échec délibéré du rapport à reconnaître le génocide en cours de notre peuple. Dans l’ensemble, le rapport de l’ONU sort d’une manière très attendue mais très déçue. Il ne s’attaque pas sérieusement à l’un des crimes les plus horribles de notre siècle d’une manière juste et équitable.

Le rapport omet délibérément de mentionner le génocide pour définir la nature réelle et la gravité de la crise au Turkestan oriental. Au lieu de cela, il sert divers intérêts de la Chine d’une manière intéressée et qui sauve la face. Il tente également de tirer la Chine de la responsabilité d’être tenue pour responsable de son génocide en cours contre les Ouïghours et d’autres peuples turcs du Turkestan oriental.

IN : Quelle action votre administration envisage-t-elle de prendre sur la base de ce rapport de l’ONU ?

SH : En juillet 2021, notre gouvernement et l’ETNAM ont déposé une plainte légale contre la Chine, devant la Cour pénale internationale (CPI), pour génocide et autres crimes contre l’humanité. Depuis lors, nous avons soumis trois dossiers de preuves supplémentaires, mais n’avons pas réussi à inciter la CPI à lancer une enquête en raison du manque de préoccupation de l’ONU et des gouvernements mondiaux. Cependant, étant donné que le rapport des Nations Unies sur les droits de l’homme indique que les atrocités commises par la Chine au Turkestan oriental « peuvent constituer des crimes contre l’humanité », nous faisons un suivi auprès de la CPI et exhortons les gouvernements et les parlements à demander une enquête immédiate.

En outre, nous essayons également de persuader les gouvernements et organisations sympathisants d’inscrire la question du Turkestan oriental à l’ordre du jour du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, de l’Assemblée générale des Nations Unies ainsi que du Conseil de sécurité des Nations Unies. Nous espérons trouver un gouvernement sympathique, comme la Gambie dans le cas des réfugiés rohingyas, qui déposera une plainte légale contre la Chine à la CPI. En outre, nous tendons activement la main aux gouvernements pour obtenir la reconnaissance du Turkestan oriental en tant que pays occupé, comme le Tibet.

Une Ouïgours portant une pancarte "La vie des ouïgours compte"
Une Ouïgours portant une pancarte "La vie des ouïgours compte"

IN : Puisque le rapport a été ignoré par l’OCI, le Pakistan, la Turquie et d’autres pays musulmans, pourquoi pensez-vous que la Chine obtient un laissez-passer sur la question ouïghoure ?

SH : Pour répondre simplement, le monde musulman est silencieux sur les atrocités commises par la Chine contre les Ouïghours et les autres Turcs en raison de leurs relations économiques étroites avec la Chine. La Chine a utilisé efficacement l’initiative "la Ceinture et la Route" (BRI) pour réaliser ses rêves néo-impérialistes d’expansion à travers l’Asie du Sud, l’Asie centrale et le Moyen-Orient. Grâce à la BRI, la Chine a acheté le silence du monde musulman et des membres de l’OCI, en particulier des pays comme la Turquie, le Pakistan, l’Arabie saoudite et les républiques turques d’Asie centrale, dont beaucoup ont expulsé de nombreux Ouïghours.

IN : Le Pakistan et la Turquie ont tous deux été considérés comme des porte-flambeau de l’islamophobie alors même qu’ils ont expulsé des Ouïghours vers la Chine. Pourquoi pensez-vous que le Pakistan aide la Chine ou que la Turquie facilite la Chine ?

SH : Outre des relations économiques étroites avec la Chine, le Pakistan se considère comme un « allié par tous les temps » de la Chine et du Pakistan. Il dépend particulièrement du financement et de la coopération chinois pour se maintenir à flot. Le Pakistan considère également la Chine comme un allié important pour aider le Pakistan à faire valoir ses revendications sur le Cachemire et à repousser les menaces de sécurité perçues de l’Inde. Pour cette raison, le Pakistan coopère depuis longtemps avec la Chine pour persécuter les Ouïghours.

En fait, depuis le milieu des années 1990, les services de renseignement pakistanais et les organisations islamistes coopèrent secrètement avec la Chine pour cultiver les soi-disant « islamistes et djihadistes ouïghours » afin d’aider la Chine à détourner et à présenter la lutte du Turkestan oriental pour l’indépendance nationale comme un « mouvement djihadiste islamiste transnational ». .”

Le Pakistan a également expulsé de nombreux Ouïghours, tandis que les Ouïghours restants au Pakistan sont régulièrement harcelés par les forces de sécurité pakistanaises et empêchés de dénoncer les atrocités auxquelles sont confrontés leurs proches au Turkestan oriental. Alors que la Turquie partage des liens linguistiques, culturels et même historiques avec le Turkestan oriental, sa position sur le Turkestan oriental était largement ambiguë jusqu’à l’arrivée au pouvoir du régime d’Erdogan. Bien qu’elle abrite la plus grande diaspora ouïghoure en dehors de l’Asie centrale, la Turquie a vendu le Turkestan oriental à la Chine pour réaliser ses propres intérêts géopolitiques en plus d’obtenir des dizaines de milliards de dollars de prêts et d’investissements chinois.

En octobre 2010, la Chine et la Turquie ont signé un accord de coopération stratégique, notamment dans les domaines de la coopération en matière de sécurité et de renseignement. Suite à cet accord et à l’éclatement du conflit syrien, la Turquie a coopéré avec la Chine pour faire passer clandestinement 20 000 à 30 000 Ouïghours du Turkestan oriental vers les champs de bataille de Syrie pour les utiliser comme mandataires. Après cette opération secrète conjointe, la Chine a utilisé les soi-disant « djihadistes ouïghours » en Syrie comme propagande pour légitimer son oppression en tant qu’efforts soi-disant « antiterroristes », tandis que la Turquie les a utilisés comme « chair à canon » contre le régime d’Assad et Kurdes. Puis, en mai 2014, la Chine a officiellement lancé le génocide ouïghour en cours en tant que « guerre populaire contre le terrorisme », pointant les soi-disant « djihadistes ouïghours » comme justification de la poursuite des atrocités chinoises au Turkestan oriental.

Alors que de nombreux gouvernements et parlements occidentaux ont reconnu le génocide en cours au Turkestan oriental, la Turquie a refusé de le faire. Au contraire, le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a clairement indiqué en 2017 que "la Turquie considère la sécurité de la Chine comme sa propre sécurité" et qu’elle "ne permettra aucune activité qui sape la Chine". Nous pensons que la Chine utilise la Turquie pour influencer et contrôler les organisations ouïghoures et les communautés de la diaspora à travers le monde, car de nombreuses organisations ouïghoures reçoivent des financements et coopèrent étroitement avec des entités turques qui ont des liens étroits avec le gouvernement turc et son appareil de renseignement.

IN : En 2009, le plus grand parti religieux pakistanais Jamaat-e-Islami (JI) a signé un protocole d’accord avec le Parti communiste chinois (PCC) dans lequel JI a étendu son soutien à la politique d’une seule Chine et que les deux parties collaboreront sur la question de la justice , développement, sécurité et solidarité. Ce protocole d’accord a-t-il un effet sur les Ouïghours ?

SH : La coopération du JI, par le biais des services de renseignement pakistanais, avec la Chine remonte à bien plus tôt, comme mentionné précédemment, de nombreux soi-disant « djihadistes et islamistes ouïghours » cultivés par les services de renseignement chinois ont reçu une « éducation islamique » dans des madrassas dirigées par le JI à Lahore. du milieu à la fin des années 1990. Certains d’entre eux sont les dirigeants des organisations islamistes ouïghoures en Turquie, en Syrie, en Afghanistan et ailleurs. Avant 1998, le mouvement d’indépendance nationale du Turkestan oriental était libre de l’idéologie transnationale islamiste-djihadiste et avait gagné la solidarité de la communauté internationale.

Cependant, les services de renseignement chinois ont utilisé des groupes islamistes au Pakistan comme le JI pour cultiver des dirigeants de soi-disant « djihadistes ouïghours », les envoyant plus tard en Afghanistan où ils se sont alignés sur des groupes islamistes comme les talibans et Al-Qaïda. La coopération de la Chine avec la JI faisait partie d’une longue stratégie du gouvernement chinois visant à saper et à nier la solidarité et le soutien à l’indépendance nationale du Turkestan oriental en présentant la question du Turkestan oriental comme une question djihadiste transnationale. Après la fabrication des soi-disant djihadistes islamistes ouïghours, et en particulier après le 11 septembre 2001, la Chine a utilisé le faux prétexte de « l’antiterrorisme » pour mener un génocide contre les Ouïghours et d’autres Turcs.

Source : Indianarrative.com

À lire aussi