vendredi 24 septembre 2021
Accueil | Nos rubriques | Economie

Les punaises brunes en Turquie menacent l’approvisionnement mondial en noisettes

samedi 4 avril 2020 | par Hakan


Les punaises brunes en Turquie menacent l'approvisionnement mondial en noisettes

Les réserves mondiales de noisettes pourraient être menacées par une punaise qui a récemment envahi la Turquie, ont averti les scientifiques.

La punaise brune marmorate, originaire d’Asie du Nord-Est, s’est propagée à travers le monde dans des conteneurs d’expédition, se reproduisant librement grâce à des températures plus chaudes et à un manque de prédateurs naturels.

La punaise puante -du nom des produits chimiques piquants qu’elle produit comme forme de défense- a été vue en Turquie pour la première fois en 2017, après avoir fait des ravages dans la Géorgie voisine. Depuis lors, l’insecte s’est propagé dans au moins huit villes turques, principalement dans la région de la mer Noire, d’ où provient environ 70% de l’approvisionnement mondial en noisettes.

Si la propagation de la punaise ne peut pas être contenue, environ 30% des noisettes pourraient être endommagées, a prévenu le professeur Celal Tuncer du département de protection des plantes de l’université d’Ondokuz Mayıs. Cela correspond à environ un cinquième de l’offre mondiale .

Cette dépendance aux noisettes turques a incité l’industrie ainsi que les scientifiques à appeler à une action rapide contre la punaise.

Lors d’une conférence en janvier, les discussions ont porté sur la lutte contre l’invasion par la dissémination d’un ennemi naturel : Trissolcus japonicus, communément appelé la guêpe samouraï. La méthode d’utilisation des ennemis naturels des ravageurs est connue sous le nom de lutte biologique et est considérée comme une alternative écologique à l’utilisation d’insecticides.

Les guêpes samouraïs, minuscules créatures de deux millimètres, déposent leurs larves à l’intérieur des œufs des punaises, qui sont ensuite détruites.

Un problème potentiel avec cette approche est qu’elle nécessite généralement plus de temps que les noisettes de Turquie ne semblent en avoir. Les réglementations nécessitent des recherches approfondies avant de libérer un agent de lutte biologique afin de s’assurer qu’il n’est pas nocif pour l’écosystème local.

Aux États-Unis, par exemple, les procédures bureaucratiques de libération de la guêpe samouraï ont pris tellement de temps que, finalement, l’espèce a trouvé son chemin naturellement .

Tuncer a déclaré que la Turquie devrait chercher des moyens d’accélérer le processus en s’appuyant sur les recherches existantes ailleurs, car une quantité considérable de recherches préliminaires ont déjà été achevées en Europe.

İlyas Edip Sevinç, chef de l’Association des exportateurs de noisettes et de produits de noisettes de la région de la mer Noire, a déclaré qu’il serait mal avisé de prendre le temps d’analyser en profondeur les risques des guêpes samouraïs car la punaise était déjà établie et constituait une telle menace.

Jusqu’à présent, les agriculteurs se sont appuyés sur des insecticides contre la punaise, mais cela peut s’avérer plus difficile à mesure que la population augmente et se propage dans la région.

Les températures des prochains mois joueront un rôle crucial dans la santé de la récolte de noisettes de cette année. En 2019, le temps froid a retardé l’émergence des punaises puantes de l’hibernation, laissant aux noix suffisamment de temps pour développer leurs coquilles extérieures protectrices. Cette année, les météorologues ont mis en garde contre des températures supérieures à la moyenne, ce qui signifie que les noix ne sont peut-être pas aussi chanceuses.

Source : The Guardian



Nombre de visite 470

Sélection d'article