Le président israélien se rend en Turquie pour tenter de renouer les (...) - Turquie News
lundi 23 mai 2022

Le président israélien se rend en Turquie pour tenter de renouer les liens

Publié le | par Hakan |

Le président israélien se rend en Turquie pour tenter de renouer les liens

Le président israélien se rend mercredi en Turquie pour rencontrer son homologue Recep Tayyip Erdogan, la première visite d’un chef d’Etat israélien depuis 2007, alors que les pays cherchent à renouer des liens fracturés.

La visite du président Isaac Herzog à Ankara et à Istanbul était prévue des semaines avant que la Russie n’envahisse l’Ukraine, mais le conflit pourrait figurer dans les pourparlers, Israël et la Turquie jouant un rôle de médiation ces derniers jours.

Mais les questions bilatérales devraient dominer après plus d’une décennie de rupture diplomatique entre l’État juif et la Turquie majoritairement musulmane, un ardent défenseur de la cause palestinienne.

Ces questions incluent les ventes de gaz à l’Europe, un sujet qui a acquis une urgence supplémentaire au milieu du conflit en Ukraine.

Les relations se sont gelées après la mort de 10 civils à la suite d’un raid israélien sur le navire turc Mavi Marmara, qui faisait partie d’une flottille tentant de briser un embargo en transportant de l’aide dans la bande de Gaza en 2010.

Un accord de réconciliation de 2016 qui a vu le retour des ambassadeurs s’est pratiquement effondré en 2018 à la suite des affrontements frontaliers avec Gaza, qui ont vu des dizaines de Palestiniens tués.

La Turquie a rappelé ses diplomates et a ordonné à l’envoyé d’Israël de quitter le pays.

Israël "n’est pas du côté des nécessiteux"

Ces derniers mois, cependant, les pays ont cherché un rapprochement.

La présidence d’Israël est traditionnellement un poste de cérémonie, mais Herzog, un vétéran du parti travailliste de gauche, a assumé un rôle diplomatique de premier plan.

Erdogan et Herzog se sont parlé à plusieurs reprises depuis l’investiture de Herzog en juillet.

Les dirigeants israéliens se méfiaient de l’approche de la Turquie.

Mais la décision d’Erdogan d’obtenir la libération d’un couple israélien arrêté à Istanbul en novembre pour espionnage a marqué un "tournant", a déclaré Gallia Lindenstrauss de l’Institut d’études sur la sécurité nationale de l’Université de Tel Aviv.

L’affaire "a généré un dialogue entre les parties israélienne et turque, et a essentiellement ouvert la possibilité d’améliorer les relations", a déclaré Lindenstrauss, chercheur principal et expert de la Turquie.

Suite à la crise de 2010, Israël a créé une alliance stratégique avec la Grèce et Chypre, deux États avec une acrimonie de longue date envers la Turquie d’Erdogan, tenant ces dernières années des réunions trilatérales régulières et menant des exercices militaires conjoints.

Le trio faisait partie du "Forum du gaz de la Méditerranée orientale" créé en 2019 avec d’autres États, dont l’Égypte, la Jordanie et les territoires palestiniens - sans la Turquie.

En 2020, Israël, la Grèce et Chypre ont signé l’accord EastMed pour un gazoduc destiné à acheminer du gaz de la Méditerranée orientale vers l’Europe, déclenchant les objections d’Ankara.

Depuis, les États-Unis ont également exprimé leur inquiétude au sujet du projet, citant d’éventuels problèmes concernant sa "viabilité commerciale".

Pour la Turquie, cette frustration face à son exclusion des négociations sur le gaz – ainsi qu’une crise économique interne et une administration américaine plus conflictuelle depuis l’élection du président Joe Biden – a rapproché Ankara d’Israël, a déclaré Lindenstrauss.

Et les accords d’Abraham négociés par les États-Unis, qui ont vu Israël conclure des accords de normalisation avec les Émirats arabes unis et Bahreïn, et rétablir des liens avec le Maroc, ont clairement indiqué que cette fois Israël "n’est pas le côté nécessiteux de l’équation" avec la Turquie. , a-t-elle déclaré à l’AFP.

Ukraine, Grèce, Chypre

Des responsables israéliens ont déclaré qu’Herzog et Erdogan pourraient discuter des perspectives d’exportation de gaz israélien vers l’Europe via la Turquie, une notion soulevée par Erdogan en janvier, au milieu des craintes d’un approvisionnement altéré suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett a également joué le rôle de médiateur russo-ukrainien ce week-end, rencontrant le président Vladimir Poutine au Kremlin pendant trois heures samedi et s’adressant au président ukrainien Volodymyr Zelensky trois fois par jour.

Erdogan est également en contact avec Poutine et Zelensky, tandis que le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu devrait recevoir jeudi ses homologues russe et ukrainien dans le sud de la Turquie.

Les liens régionaux restent également sensibles, et Herzog s’est rendu en Grèce et à Chypre avant son voyage en Turquie pour rassurer les deux alliés israéliens.

Si la sensibilisation d’Erdogan à Israël "reflète plus de modération dans la politique étrangère de la Turquie, c’est aussi une bonne nouvelle pour la Grèce et Chypre", a déclaré Lindenstrauss.

Herzog rencontrera également des membres de la communauté juive à Istanbul, avant de retourner en Israël jeudi.

Source : avec AFP


Nombre de visite 147

À lire aussi