mercredi 30 novembre 2022

Le Grand Bal de la République de Turquie en France

Öznur Küçüker

Publié le | par Sophie C. | Nombre de visite : 1348 |

Nous avions connu Öznur nous racontant son enfance à Istanbul. Nous avions partagé avec elle son projet de Printemps Européen de la Turquie. Nous l’avions accompagnée dans son expérience folle de végétaliser les Champs-Elysées, avec Gad Weil et l’équipe de Nature Capitale. Nous suivons aujourd’hui Öznur Küçüker dans sa dernière ambition : avec l’association des originaires de Trabzon, elle veut rassembler à l’Espace Lumière d’Epinay-sur-Seine des centaines de Turcs et turcophiles de France, dans un Grand Bal comme à la Belle Epoque, entre tangos et danses balkaniques ou de la Mer Noire : le Grand Bal de la République de Turquie en France.

Tout est démesuré chez Öznur mais comme nous aimons sa démesure ! Alors place à son nouveau défi...

A 18 ans, Öznur Küçüker a quitté le Lycée Saint-Benoît d’Istanbul, en étant major de son lycée de 1600 élèves et est arrivée en France pour ses études de Sciences Po à Paris, Dijon et Prague. C’était en 2003. A Dijon, elle découvre avec stupéfaction l’ignorance que la France a de son pays, la Turquie.

Elle organise un événement culturel de rencontre franco-turque en faisant venir en Bourgogne une importante délégation de professeurs et d’élèves de Saint-Benoît. Pour payer leur voyage et tous leurs frais de séjour, elle fait le tour des commerçants turcs de la ville qui vont l’aider, frappés par son énergie et son enthousiasme à faire connaître la Turquie aux Français.

En 2009, Öznur termine brillamment son Master 2 de Sciences Po en Relations Internationales et deux jours à peine après sa remise de diplôme, elle rencontre Gad Weil qui l’associe à son projet de Nature Capitale (les Champs-Elysées végétalisés, mai 2010). Elle en est devenue la véritable cheville ouvrière, sur tous les fronts du projet et à la plume de toute sa communication. Gad Weil doit beaucoup à Öznur pour le succès impressionnant de Nature Capitale (deux millions de personnes sur les Champs).

Dans le même temps, Öznur travaille à son grand projet : le Printemps Européen de la Turquie 2011, une caravane de bus et de spectacles à travers l’Europe et particulièrement dans les capitales des pays les plus réservés à l’adhésion de la Turquie à l’UE, dont Paris évidemment. Objectif : permettre un changement de regard, faire découvrir la Turquie d’aujourd’hui, fascinante et moderne. Elle croit avoir convaincu personnellement le Premier Ministre de Turquie rencontré à Paris lors de sa visite officielle en avril ainsi que plusieurs ministres turcs rencontrés à Ankara et Istanbul. Mais en juin, elle apprend que le budget pour le projet ne pourra pas lui être accordé. Elle ne désespère pas. Elle doit quitter la France avec regret fin 2010. Mais auparavant, elle est décidée à organiser un grand événement pour marquer le coup, dire au revoir à la France, lui montrer ce qu’est vraiment "sa" Turquie. Elle le fera en organisant le Grand Bal de la République de Turquie en France le 6 novembre 2010 à l’Espace Lumière d’Epinay-sur-Seine, avec le soutien de l’Association des originaires de Trabzon qui a son siège dans cette ville.

Avant le bal

Pourquoi cette initiative ? La France est un pays qui malheureusement méconnaît la Turquie et le peuple turc. Ce temps fort sera un moment d’amitié, de paix, de fraternité, comme une occasion unique de se retrouver dans un esprit de fête autour de la musique, de la danse, de la gastronomie et de nombreuses surprises pour découvrir la Turquie dans sa diversité et dans sa créativité.

Tenue de soirée

Pourquoi cette date ? La semaine entre la Cumhuriyet Bayrami du 29 octobre (Fête nationale, anniversaire de la fondation de la République de Turquie en 1923) et la commémoration de la mort d’Atatürk le 10 novembre est pour tous les Turcs une période privilégiée pour célébrer la République, pour rassembler tous les Turcs et ici en France les Franco-Turcs et les turcophiles autour des valeurs qui les unissent. Le Grand Bal est pensé jusque dans sa programmation pour présenter une Turquie diverse et rassemblée, ouverte au monde, à l’Europe et surtout à la France.

Quelle programmation ? Avec une ouverture des portes dés 19 h, un spectacle exceptionnel d’une durée de 5 à 6 heures sera proposé aux heureux participants. Le romantisme fait partie de l’âme turque : Barbarosa Büyükakkan nous offrira sa voix de velours pour chanter l’amour. Les Turcs ont le sens de la fête : Ibrahim Can sera présent avec son orchestre pour enflammer la soirée. La culture du tango est très présente en Turquie où son histoire est aussi ancienne que le tango argentin, avec en plus de ce dernier une inspiration orientale et l’emphase de ses chants d’amour blessé : Attila Atasoy envoûtera la salle avec Okotango Quartet qui joue dans les salles les plus réputées d’Istanbul. La Turquie et les Balkans se retrouveront autour de la performance musicale de Ioan Streba et son jazz tsigane oriental absolument unique ! Toutes les régions turques seront présentes avec le horon de Trabzon, le zeybek ou bien encore les danses d’Antalya...

Et pour les questions pratiques ? La soirée (musique, danses et buffet à volonté) sera financée en grande partie par ses billets d’entrée dont la vente a commencé sur internet et chez Afra Voyages, 2 rue de Paradis 75010 Paris. Aucun billet ne sera vendu sur place ; il est donc essentiel d’acheter ses billets dés aujourd’hui ! De 20 euros pour une place debout à 50 euros pour les places VIP. Ces recettes permettront de financer le voyage et le séjour des artistes, comme les frais techniques de la salle. Des sponsors ciblés comme le Lycée Saint-Benoît d’Istanbul, İş Bankas et Türkish Airlines apportent leur appui à la soirée.

 [1]

À lire aussi