EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > Actualité > La Turquie sonde le partage de données (...)

La Turquie sonde le partage de données WhatsApp-Facebook


Ecrit par Hakan, 2021-01-12 09:30:42


L’autorité turque de la concurrence a ouvert lundi une enquête sur la décision de WhatsApp de partager davantage de données utilisateur avec sa société mère Facebook.

L’application de messagerie cryptée a demandé la semaine dernière à plus d’un milliard d’utilisateurs en dehors de l’Union européenne et de Grande-Bretagne d’accepter les nouvelles conditions ou de perdre l’accès à WhatsApp le 8 février.

Plusieurs organisations étatiques turques - y compris le bureau des médias du président Recep Tayyip Erdogan - se sont tournées vers le nouveau service de messagerie de Turkcell Telecom BiP en réponse.

L’Autorité turque de la concurrence a déclaré lundi qu’elle ouvrait une enquête et demandait à WhatsApp de suspendre l’obligation de partage de données pour ses utilisateurs.

Il n’était pas immédiatement clair comment sa suspension pourrait être appliquée et Facebook n’a émis aucun commentaire immédiat.

Les experts en technologie notent que la nouvelle exigence de WhatsApp envers ses utilisateurs rend juridiquement contraignante une politique largement utilisée depuis 2016.

Facebook vise à monétiser WhatsApp en permettant aux entreprises de contacter leurs clients via la plateforme.

Cependant, en Turquie, les autorités ont confirmé qu’elles sondaient Facebook et WhatsApp au sujet de la politique, et ont appelé à la « suspension » des nouvelles conditions en attendant ses conclusions.

Le chef du bureau turc de la transformation numérique, Ali Taha Koc, a déclaré que les applications étrangères présentaient de sérieux risques pour la sécurité.

Dimanche, BiP a déclaré que deux millions de nouveaux utilisateurs avaient téléchargé son application au cours des 48 dernières heures depuis que la mise à jour de WhatsApp a été rendue visible aux utilisateurs.

Les applications de messagerie rivales Signal et Telegram ont également connu une augmentation soudaine de la demande.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a récemment ciblé les entreprises de médias sociaux avec de nouvelles restrictions et amendes , les forçant à établir une présence dans le pays et à obéir aux ordonnances du tribunal de supprimer les contenus « offensants ».

Les critiques affirment que les lois ont étouffé les voix de l’opposition en ligne en Turquie après que le gouvernement eut précédemment resserré son emprise sur les médias grand public.

Mot-clé :
Société
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank