La Turquie répond aux provocations de la Grèce, selon le conseiller (...) - Turquie News
mercredi 10 août 2022

La Turquie répond aux provocations de la Grèce, selon le conseiller d’Erdoğan

Publié le | par Hakan | Nombre de visite : 492 |
La Turquie répond aux provocations de la Grèce, selon le conseiller d'Erdoğan

Nous avons rencontré le directeur de la communication de la présidence turque, Fahrettin Altun, chez lui à Istanbul. Il nous a accueillis chaleureusement alors que nous nous sommes assis pour une longue discussion qui a couvert toutes les questions clés des relations gréco-turques, ainsi que les projets d’Ankara pour l’avenir, mais aussi les développements internes. Toutes nos questions ont reçu une réponse calme, même lorsque nous avons exprimé les positions de la Grèce sur des questions brûlantes.

Altun est considéré comme l’un des plus proches collaborateurs du président turc Recep Tayyip Erdogan. Il est à ses côtés à chaque rencontre et à chaque communication avec les dirigeants étrangers. Certains pensent même qu’Altun est l’une des personnes les plus importantes du cercle des conseillers les plus proches d’Erdoğan.

Cette interview de Kathimerini est la première des médias grecs avec un responsable turc depuis la montée des tensions en avril, l’augmentation des violations turques de l’espace aérien grec, la visite de Kyriakos Mitsotakis aux États-Unis et la décision ultérieure d’Erdoğan de rompre toutes les communications avec le Premier ministre grec. .

Les messages et les opinions transmis par Altun peuvent donner un aperçu de la façon dont Ankara voit ces développements récents et comment elle envisage de procéder dans un avenir immédiat.

Pourriez-vous commenter la décision du président Erdoğan de couper toutes les communications avec le Premier ministre grec Mitsotakis ? Pourquoi a-t-il décidé de ne pas le rencontrer, disant que Mitsotakis "n’existe plus" pour lui ? Ne serait-il pas utile de réduire les tensions, d’améliorer les relations et d’avoir un dialogue et une communication entre Ankara et Athènes ?

Nous voulons de bonnes relations avec tous nos voisins et que la paix et la stabilité règnent dans la région. Cependant, nous ne permettrons à personne de profiter de nos bonnes intentions, afin que les choses ne tournent pas mal. Notre président avait déjà ouvert les voies du dialogue, donnant une chance au gouvernement Mitsotakis. Le premier ministre grec n’a pas saisi l’occasion. Et même s’il a promis de ne pas impliquer de tiers dans la relation bilatérale, il a envoyé des messages contre la Turquie aux États-Unis. Cela a mis fin au crédit qu’il avait avec Ankara.

Je voudrais également souligner que même si la Turquie est constamment dans les médias grecs, la Grèce n’est pas aussi présente dans les médias turcs. La Grèce ne fait que se nuire en contrarier la Turquie avec de petits calculs ou en se tournant vers des pays tiers. De même, la résolution de nos différends dans le cadre de la diplomatie et du droit international est avant tout dans l’intérêt du peuple grec.

Pensez-vous qu’il pourrait y avoir une nouvelle rencontre entre Erdoğan et Mitsotakis prochainement, si les conditions nécessaires étaient créées ?

Je ne pense pas qu’il puisse y avoir une telle réunion dans les circonstances actuelles. Mitsotakis a laissé passer l’opportunité que lui avait donnée la Turquie. En conséquence, il s’est livré à des cercles qui se nourrissent de tension. Les ressources de la Grèce ne seront pas consacrées à l’éducation et à la culture, mais aux marchés publics de la défense. Et nous en sommes arrivés là entièrement à la suite des choix du gouvernement Mitsotakis. Le Premier ministre grec devra faire un effort important pour convaincre la Turquie qu’elle est sincère en agissant en voisin civilisé.

Certains représentants au Congrès américain affirment que la Turquie envisage d’annexer le nord de Chypre, pour en faire un territoire turc. Le député du Parti républicain turc (CTP), Ongun Talat, a même parlé d’un effort d’annexion qui n’a pas encore été annoncé. Ces développements sont largement couverts par les médias grecs et chypriotes grecs. Le gouvernement turc a-t-il vraiment un tel plan ?

Ceux qui sont agacés par le renforcement des relations entre la Turquie et la République turque de Chypre du Nord ne cessent de faire de nouvelles revendications. Leur objectif est de diviser la communauté chypriote turque et de creuser un fossé entre les Chypriotes turcs et la Turquie.

Comme vous le savez, la Turquie reconnaît la République turque de Chypre du Nord comme un État souverain et est favorable à une solution à deux États pour Chypre. La raison principale est que les Chypriotes grecs sont opposés à une solution, malgré toutes les mesures bien intentionnées qui ont été prises, et parce que nous n’avons absolument aucune indication tangible que les crimes commis contre les Chypriotes turcs au siècle dernier ne se reproduiront pas .

La Grèce ne fera que se faire du mal en ouvrant une discussion sur les traités internationaux existants. Il serait erroné d’interpréter cet avertissement comme une menace de la Turquie envers la Grèce.

La communauté internationale, qui n’a pas adopté de position claire à l’égard des embargos inhumains et illégaux imposés par l’administration chypriote grecque [la République de Chypre] au peuple chypriote turc et ignore même le droit garanti du peuple chypriote turc, a pas le droit d’avoir son mot à dire dans les relations entre la Turquie et la RTCN quand bon lui semble.

Personne – quoi qu’on en dise – n’a le pouvoir de saper les liens exceptionnels entre les Chypriotes turcs – qui font partie intégrante de la nation turque – et la Turquie.

Existe-t-il des informations sur l’endroit où le navire de forage Abdulhamit Han effectuera des levés sismiques ? Pourrait-elle provoquer un nouveau pic de tensions ?

Comme vous le savez, la Turquie a récemment fait de sérieuses percées dans le secteur de l’énergie. Nous avons mis fin à notre dépendance vis-à-vis des autres pays dans ce domaine en achetant nos propres navires de forage. Nous avons commencé avec les pipelines sous-marins pour transporter le gaz naturel que nous avons trouvé dans la mer Noire de la mer à la terre. Tout cela a été possible grâce à la détermination et à la vision de notre président. L’endroit où nos navires de forage opèrent n’est déterminé que par les décisions prises par la Turquie, en tant que nation souveraine. En vertu du droit international, personne ne peut être ennuyé par les activités menées par la Turquie avec ses propres navires de forage.

La Turquie affirme que la Grèce a violé le statut des îles et dit que si elle ne met pas fin à ces "violations", Ankara lancera une "discussion sur la souveraineté des îles". Une lettre a également été envoyée aux Nations Unies à ce sujet. Est-ce toujours la position ? La partie grecque affirme que cette position est une menace pour son intégrité territoriale.

Comme vous le savez, selon le traité de Lausanne de 1923 et les traités de paix de Paris de 1947, certaines îles ont obtenu le statut démilitarisé. Pendant des années, nous avons vu la Grèce violer les accords internationaux en militarisant ces îles. La Turquie prévient également que la Grèce ne fera que se nuire en ouvrant à la discussion les traités existants. Il serait erroné de prendre cet avertissement comme une menace de la Turquie contre la Grèce. De même, quiconque pense que la Turquie ne dénoncera pas ces mesures illégales de la Grèce sur cette question ne comprend clairement pas la Turquie.

Pourquoi le discours du Premier ministre grec devant le Congrès américain et sa visite aux Etats-Unis ont-ils provoqué une telle réaction d’Ankara ?

Le problème ici n’est pas que le Premier ministre grec se soit rendu aux États-Unis, ou dans n’importe quel autre pays d’ailleurs, mais qu’en dépit des promesses qu’il a faites à la Turquie, il essaie d’impliquer des tiers dans nos relations bilatérales. Il peut croire que la Grèce a bénéficié de telles manœuvres dans le passé. Cependant, il faut comprendre que la Turquie n’est plus l’ancienne Turquie.

Selon un récent rapport de Kathimerini, des avions militaires turcs ont survolé les îles grecques 120 fois au cours des quatre premiers mois de 2022 et ont violé l’espace aérien grec 2 377 fois. C’est une augmentation importante par rapport à 2021. Pouvez-vous commenter cette question ?

Tout d’abord, je dois dire que je trouve étrange qu’un journal comme Kathimerini n’ait pas interrogé les autorités grecques sur les violations de l’espace aérien turc par des avions grecs. C’est la Grèce qui fait monter la tension en mer Égée depuis quelques mois. Permettez-moi de vous donner un exemple précis : des avions grecs ont survolé la Turquie continentale le 27 avril, violant notre espace aérien dans les régions de Datca, Didim et Dalaman. Ce ne sont pas des réclamations faites par nous ; ce sont des exemples spécifiques avec des images radar que nous partageons avec des pays alliés. La Turquie répond aux provocations de la Grèce. Permettez-moi d’expliquer l’incident du 27 avril afin que vos lecteurs puissent le visualiser. Si la Turquie voulait jouer à un jeu aussi dangereux que la Grèce, vous auriez vu des jets militaires turcs dans le ciel de l’Attique. Mais nous n’avons pas une telle intention. Nous n’étions pas et ne sommes pas du côté qui augmente la tension. Cela dit, nous avons les moyens et les capacités de répondre à chaque mouvement.

La Chambre des représentants des États-Unis a approuvé un projet de loi visant à restreindre la vente d’avions de combat F-16 et de kits de mise à niveau à la Turquie. Il comprend des conditions relatives à la Grèce. Quelle est votre opinion sur cette question ? Pensez-vous que la Turquie pourra acheter les jets ?

Le processus est en cours et des réunions techniques se sont tenues à Ankara ces derniers mois entre nos autorités militaires et leurs homologues américains sur la demande d’achat et de modernisation des F-16, et les progrès nécessaires ont été réalisés à ce stade du processus. Le gouvernement des États-Unis a également une attitude positive envers notre demande au niveau politique. La lettre de réponse envoyée par le Département d’État américain à certains membres du Congrès qui s’opposent à notre demande était en fait très éclairante sur le sujet. De même, le président [Joe] Biden a clairement soutenu la question avec les déclarations qu’il a faites lors du dernier sommet de l’OTAN [à Madrid]. Dans ce cadre, et comme l’ont souligné les autorités américaines, notre exigence est également importante en termes de capacités de dissuasion et de défense de l’OTAN, ainsi que pour l’interopérabilité de l’Alliance. Nous pensons donc que l’administration prendra les mesures nécessaires pour que notre demande soit approuvée par le Congrès et que le processus puisse être achevé le plus rapidement possible.

Des sondages instantanés sont-ils probables en Turquie ? Le président Erdoğan a annoncé sa candidature. Quelle est votre évaluation de la coalition à six et qui, selon vous, sera proposé par l’opposition ?

Notre président a répondu personnellement à cette question à de nombreuses reprises et a déclaré très clairement que les élections auront lieu, comme prévu, en 2023. Lorsque la Turquie est comparée aujourd’hui à l’état dans lequel elle se trouvait lorsque notre honorable président a pris le pouvoir il y a 20 ans, c’est évident. Recep Tayyip Erdoğan est un dirigeant qui a fait face à de multiples tentatives de coup d’État, de la part de centres de pouvoir nationaux et étrangers, ainsi qu’à des efforts pour orienter la politique. Vous pouvez être certain que le peuple turc est très conscient de ce que signifie avoir de vrais dirigeants en ces temps de chaos mondial.

Qu’est-ce qui a changé en Turquie après la tentative de coup d’État militaire du 15 juillet 2016 ? Le sentiment qui prévaut dans les médias occidentaux est que le régime en Turquie devient plus autoritaire. Qu’est-ce que tu penses ? Aussi, pouvez-vous commenter le fait que votre combat contre FETO faisait partie de l’accord du sommet de l’OTAN en juin pour qu’Ankara lève son veto à l’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’Alliance ?

La Turquie a fait des percées significatives, notamment dans le domaine de la sécurité nationale, après la tentative de trahison de renverser le gouvernement le 15 juillet. En infiltrant les institutions stratégiques de l’État, les membres de FETO avaient saboté de nombreuses activités cruciales, notamment en ce qui concerne la répression du terrorisme. Après la tentative de coup d’État, identifier les membres des organisations et les éliminer de tous les secteurs, et en particulier de l’administration publique, est devenu une question de sécurité nationale. Décrire cet effort comme autoritaire ne peut être interprété autrement que par le fait que les personnes qui font de telles revendications ont un intérêt à ce que ces personnes restent à ces postes.

Nous avons demandé à la Suède et à la Finlande de prendre des mesures spécifiques, non seulement vis-à-vis de FETO, mais aussi du PKK et de la branche syrienne des YPG. En fin de compte, nos interlocuteurs ont accepté des demandes raisonnables et cela a été consigné dans le mémorandum trilatéral.

Le fait que la répression de FETO soit incluse dans un tel document est, bien sûr, le reflet du succès diplomatique de la Turquie. Donc, sur cette base, nous avons approuvé l’invitation de ces deux pays au sommet de Madrid. Désormais, l’intronisation de la Suède et de la Finlande à l’OTAN dépend de leur capacité à remplir les conditions énoncées dans le mémorandum tripartite.



À lire aussi