mercredi 7 décembre 2022

La Turquie a expulsé plus de 59 000 migrants irréguliers en 2022 jusqu’à présent

Publié le | par Hakan | Nombre de visite : 598 |
La Turquie a expulsé plus de 59 000 migrants irréguliers en 2022 jusqu'à présent

La Turquie a expulsé un peu plus de 59 000 migrants en situation irrégulière jusqu’à présent cette année, en hausse de 136 % par rapport à la même période l’an dernier, selon les chiffres officiels.

Selon les données de la Direction de la gestion des migrations du ministère de l’Intérieur, 83 934 migrants irréguliers se sont vu refuser l’entrée en Turquie au cours des sept premiers mois de 2022, tandis qu’un total de 451 096 migrants irréguliers dans les provinces de l’est et du sud se sont vu refuser l’entrée au cours de l’année 2021.

Au total, 358 736 migrants en situation irrégulière ont été expulsés depuis 2016, a-t-il indiqué.

Au cours des sept premiers mois de cette année, 144 vols privés ont expulsé 35 728 personnes vers l’Afghanistan tandis que 7 214 ont été renvoyés au Pakistan, a-t-il ajouté.

Pendant ce temps, 514 358 Syriens sont retournés volontairement dans leur pays, selon les chiffres.

La Turquie a été un point de transit clé pour les demandeurs d’asile qui souhaitent entrer en Europe pour commencer une nouvelle vie, en particulier ceux qui fuient la guerre et la persécution.

La Turquie, qui accueille déjà 4 millions de réfugiés - plus que n’importe quel pays au monde - prend de nouvelles mesures de sécurité à l’intérieur et à l’extérieur de ses frontières pour empêcher un nouvel afflux de migrants.

L’avenir de près de 5 millions de migrants, principalement des Syriens, en Turquie a suscité un débat houleux dans la politique turque ces derniers mois.

Les migrants et les réfugiés en Turquie retourneront volontairement dans leur pays une fois la paix établie, a déclaré le président Recep Tayyip Erdoğan à ce sujet.

Les remarques d’Erdoğan sont intervenues plus tôt cette année au milieu d’un débat en cours sur l’opportunité d’autoriser les migrants et réfugiés syriens en Turquie à visiter leur pays pendant les vacances de bayram. Les migrants ont brièvement rendu visite à leurs familles et à leurs proches dans des zones libérées des terroristes pendant les vacances et sont retournés en Turquie.

Cependant, cette année, un débat a émergé alors que la Turquie fait face à un afflux de migrants en provenance de plusieurs zones de conflit, notamment l’Afghanistan, l’Ukraine et d’autres pays, en plus des problèmes économiques, dont certaines sections déplacent le fardeau sur les épaules des migrants.

Cela fait plus de 10 ans que le premier groupe de réfugiés syriens, composé de 250 personnes, est entré en Turquie, commençant leur nouvelle vie dans le pays après avoir fui la guerre et la persécution du régime de Bashar Assad. Depuis le début de la guerre civile syrienne en 2011, la Turquie a soutenu les groupes d’opposition modérés contre le régime d’Assad et a ouvert ses portes à ceux qui ont dû fuir le pays pour sauver leur vie. Aujourd’hui, la Turquie accueille plus de migrants syriens que tout autre pays au monde. Le pays mène également des efforts d’aide humanitaire pour les Syriens en Turquie et dans les zones contrôlées par l’opposition du nord de la Syrie, tout en réalisant d’importants investissements pour les Syriens en Turquie dans des politiques de cohésion sociale afin d’aider les Syriens à s’intégrer en douceur dans la société.

Le retour des réfugiés syriens a été rendu possible par les zones de sécurité créées à la suite des opérations antiterroristes transfrontalières réussies de la Turquie contre la branche syrienne du groupe terroriste PKK, les YPG, et les terroristes de Daech. Depuis le lancement de plusieurs opérations dans le nord de la Syrie pour lutter contre le terrorisme, la Turquie a également retroussé ses manches pour reconstruire des hôpitaux, des écoles, des mosquées et des routes détruites par les groupes terroristes. Ces efforts ont porté leurs fruits puisque des centaines de Syriens déplacés ont commencé à retourner dans les zones libérées. Conformément à son objectif de rajeunissement de la région, la Turquie construit également des maisons en briquettes pour les Syriens dans la province d’Idleb, au nord-ouest, dernier bastion de l’opposition.

La plupart des Syriens qui ont fui la guerre civile et se sont enfuis en Turquie sont heureux dans le pays et ne veulent pas rentrer chez eux, a révélé un récent sondage auprès des réfugiés syriens en Turquie.

Source : Daily Sabah

À lire aussi

La Grèce tue les migrants

La Grèce tue les migrants

13 février 2022