mardi 21 septembre 2021
Accueil | Nos rubriques | International

La Grèce critique la Turquie sur la question des migrants

lundi 9 septembre 2019 | par Hakan


La Grèce critique la Turquie sur la question des migrants

Le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, a déclaré dimanche que la Turquie ne devrait pas tenter de contraindre la Grèce ou l’Europe dans ses tentatives pour obtenir un soutien en faveur d’un plan de réinstallation des réfugiés syriens dans le nord de la Syrie.

La Turquie envisage de réinstaller un million de réfugiés dans ce pays et pourrait rouvrir la voie des migrants en Europe si elle ne reçoit pas un soutien international suffisant, a déclaré jeudi le président Tayyip Erdogan.

"M. Erdogan doit comprendre qu’il ne peut pas menacer la Grèce et l’Europe dans le but d’obtenir plus de ressources pour traiter le problème des réfugiés", a déclaré Mitsotakis lors d’une conférence de presse à Thessalonique, dans le nord de la Grèce.

"L’Europe a donné beaucoup d’argent, six milliards d’euros ces dernières années, dans le cadre d’un accord entre l’Europe et la Turquie et qui était mutuellement bénéfique", a-t-il déclaré.

La Grèce, qui partage une longue frontière maritime avec la Turquie, était l’un des pays de première ligne accueillant plusieurs milliers de réfugiés et de migrants au plus fort de la crise migratoire. En 2015, des milliers de personnes arrivaient chaque jour sur les côtes grecques.

Les chiffres ont chuté de manière spectaculaire après que l’Union européenne et Ankara ont mis en place un accord en mars 2016 visant à réduire le flux, mais il y a eu une hausse récente du nombre d’arrivées dans les îles grecques proches de la Turquie.

Le nombre d’arrivées mensuelles en Grèce a bondi en août pour atteindre environ 7 000, le nombre le plus élevé en trois ans.

La Turquie elle-même compte près de 4 millions de Syriens - de loin le plus grand groupe de réfugiés qui ont traversé les frontières syriennes pour fuir une guerre civile vieille de plus de huit ans.

Mitsotakis a déclaré qu’il ne pouvait pas exclure une discussion dans "l’esprit de bonne volonté" au niveau européen avec la Turquie sur la manière d’étendre les avantages financiers de l’accord de 2016. Mais cela ne se produira pas, a-t-il déclaré, alors que la Grèce était la cible de comportements de "menaces" et de "brimades".

Source : plusieurs agences



Nombre de visite 619

Sélection d'article