21 mai 2024

25 visites en ce moment

100e anniverssaire de la république de Turquie

Editos & Tribune libre

La création d’un parc marin par la Grèce en mer Égée est une sonnette d’alarme

Publié le | par Engin | Nombre de visite 186
La création d'un parc marin par la Grèce en mer Égée est une sonnette d'alarme

La création d’un parc marin par la Grèce en mer Égée est une sonnette d’alarme

Source ; https://yetkinreport.com/2024/05/11/yunanistanin-egede-deniz-parki-kurmasi-tehlike-canidir/?utm_source=mailpoet&utm_medium=email&utm_source_platform=mailpoet&utm_campaign=blogumuzdan-son-newsletter-total-yazi_1

Depuis sa fondation, la Grèce a toujours eu l’intention et l’ambition de s’étendre vers l’Anatolie en mer Égée et en Méditerranée orientale.

Les gouvernements grecs ont mis en œuvre une politique d’« expansion sournoise » à l’encontre de l’Empire ottoman, puis de la République turque. Les périodes dites « d’amitié », exception dans l’histoire des relations entre les deux pays, ont offert un environnement propice aux actions hostiles de la Grèce contre la Turquie.

En effet, en examinant l’histoire des relations entre la Turquie et la Grèce, nous constatons que la Grèce a souvent exploité les périodes de « détente » ou de prétendue « amitié » pour prendre des mesures conformes à ses ambitions d’expansion en mer Égée et pour atteindre ses objectifs historiques à Chypre.

Exemples d’exploitation par la Grèce

Il est utile de rappeler des exemples concrets de cette réalité :

Dans la période d’amitié qui a débuté en 1930, la Grèce, bien que la Convention de Lausanne fixe la limite des eaux territoriales à 3 milles, a commencé à appliquer une zone de contrôle aérien national de 10 milles en 1931. En 1936, elle a étendu ses eaux territoriales à 6 milles par un décret secret.

Pendant la détente des relations turco-grecques qui a commencé au début des années 1950, la Grèce a pris des mesures violant les droits et la légitimité de la minorité turque en Thrace occidentale.

L’adhésion conjointe de la Turquie et de la Grèce à l’OTAN en 1952 a rapproché les deux pays. Dans le cadre de cette approche et de la stratégie de l’OTAN visant à contenir l’Union soviétique, la Turquie, la Grèce et la Yougoslavie ont signé le Pacte des Balkans le 28 février 1953 à Ankara. Ce pacte est devenu l’Alliance balkanique avec le traité signé le 9 août 1954 à Bled, en Yougoslavie.
La Turquie en a été le chef de file. Juste une semaine après la signature du traité de l’Alliance balkanique, la Grèce a soumis la question de Chypre à l’ONU dans le but implicite de « l’Enosis - l’Union ». Elle a poursuivi ses tentatives indirectes d’« Enosis » aux Nations unies jusqu’à la fin de 1958.

En 1952, la Grèce a commencé à utiliser le service FIR de la mer Égée, qui avait été accordé à des fins de l’aviation civile à la Grèce avec le consentement de la Turquie, comme un droit de souveraineté territoriale.

Chypre et l’Union européenne

Malgré les accords de Nicosie, qui ont conduit à la création de la République de Chypre par le biais de pourparlers initiés entre la Turquie, la Grèce et plus tard le Royaume-Uni et signés le 16 août 1960, et malgré une atmosphère très positive pour des relations amicales et les déclarations amicales de la Turquie, la Grèce a joué un rôle actif dans la destruction de la République de Chypre par le groupe terroriste EOKA, soutenu par la Grèce, moins de trois ans après sa création. La Grèce a secrètement déployé vingt mille soldats sur l’île.
Le 15 juillet 1974, la Grèce a tenté d’annoncer l’« Enosis » en menant un coup d’État militaire à Chypre.

Diplomatie des séismes

Les relations d’amitié turco-grecques, appelées « diplomatie des séismes », qui ont débuté entre les ministres des Affaires étrangères Ismail Cem et Yorgo Papandréou, se sont poursuivies après le tremblement de terre du 17 août 1999. Ces relations ont conduit à la décision de l’Union européenne d’attribuer à la Turquie le statut de « candidat à l’adhésion » lors du sommet de Helsinki de décembre 1999, sans condition préalable liée à la résolution de la question chypriote concernant les négociations d’adhésion de la République de Chypre à l’UE.

Cette « diplomatie des séismes » s’est également conclue par la condition de résoudre les problèmes entre la Turquie et la Grèce pour que l’adhésion de la Turquie à l’UE devienne réalité à Helsinki.

Le parc marin coïncide également avec une période d’amitié

Il est curieux de noter que la déclaration par la Grèce de la création de deux parcs marins en mer Égée et en mer Ionienne s’est produite ces dernières semaines et ces derniers mois, au moment où des tentatives de lancement d’une nouvelle période d’« amitié » dans les relations entre les deux pays étaient en cours.

Comme indiqué dans la déclaration de notre ministère des Affaires étrangères le 9 avril, l’initiative de la Grèce pour la création de parcs marins a eu lieu « malgré le réchauffement récent dans les relations bilatérales ».

Ce n’est pas un bon signe, c’est une sonnette d’alarme, une expérience pilote

Cette réalité et l’audace de la Grèce dans sa manière d’agir sont particulièrement préoccupantes. Ce n’est pas un bon signe.

Considérer l’initiative de la Grèce pour la création de parcs marins comme une expérience pilote visant à évaluer la détermination, les capacités et les possibilités de réaction de la Turquie si la Grèce étendait ses eaux territoriales au-delà des actuels 6 milles ou jusqu’à 12 milles n’est pas non plus impossible.

Le parc marin vise à étendre les eaux territoriales

Pourquoi pensons-nous cela ? Parce que dans sa déclaration sur la création du parc marin, le ministère grec des Affaires étrangères a déclaré que « le gouvernement grec, dans le cadre d’une politique étrangère fondée sur des principes et conforme au droit international, continuera de défendre sans hésitation la souveraineté et les droits souverains de notre pays ». Cette déclaration est conforme aux paroles souvent prononcées par la Grèce concernant son intention d’étendre ses eaux territoriales au-delà des 6 milles actuels.

En fait, la Grèce fonde son intention d’étendre ses eaux territoriales au-delà de 6 milles sur les « coutumes internationales » et en particulier sur la Convention des Nations unies sur le droit de la mer de 1982, à laquelle la Turquie n’est pas partie.

Le ministère grec des Affaires étrangères a fait référence aux mêmes points dans sa déclaration sur le parc marin.

Expansion de la zone d’influence de la Grèce aux dépens de la Turquie

D’autre part, bien que la création d’un parc marin ne confère pas un droit de souveraineté absolue, elle étendrait la zone d’influence de la Grèce en mer Égée aux dépens de la Turquie.

En effet, lors de la conférence inaugurale de la 9e Conférence « Notre Océan » organisée à Athènes en avril dernier, le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis a déclaré : « Nous allons créer deux nouveaux parcs marins, l’un dans la mer Ionienne et l’autre en mer Égée, qui augmenteront de 80 % nos zones de protection marine et couvriront environ un tiers de nos eaux territoriales ».

Avertissements du ministère des Affaires étrangères et du ministère de la Défense nationale

La déclaration du ministère des Affaires étrangères le 9 avril contient également une mise en garde :

« Nous conseillons à la Grèce de ne pas utiliser les problèmes de la mer Égée et le statut de certaines îles, îlots et récifs, pour lesquels la souveraineté n’a pas été transférée à la Grèce en vertu d’accords internationaux, à sa discrétion ; ... Nous tenons à souligner une fois de plus que nous n’accepterons pas les situations de fait que la Grèce pourrait créer sur des formations géographiques dont le statut est contesté ».
Le ministère de la Défense nationale a également déclaré : « Nous sommes en état d’alerte pour protéger nos droits, intérêts et bénéfices en mer Égée et pour empêcher les efforts de la Grèce visant à établir unilatéralement un statut ».

Déclarations de Mitsotakis et Dendias

Selon les informations publiées sur le site officiel du Premier ministre grec, après le Conseil européen spécial qui s’est tenu à Bruxelles les 17 et 18 avril, Mitsotakis a été interrogé lors d’une conférence de presse sur la réaction de la Turquie à la création d’un parc marin en mer Égée. Il a répondu :

« La Grèce exerce sa souveraineté et utilise ses droits souverains en mer Égée conformément au droit international et au droit maritime. De plus, la réaction injuste de la Turquie à une initiative environnementale m’étonne vraiment. Comme je l’ai promis lors de la dernière conférence "Notre Océan" que nous avons organisée à Athènes, la Grèce poursuivra la création de ces parcs marins ».

De plus, nous avons appris par la presse que le ministre grec de la Défense, Dendias, a déclaré, en réponse aux réactions verbales de la Turquie : « La Turquie peut dire ce qu’elle veut. Que la Turquie le veuille ou non, la Grèce a des droits en mer Égée ».

Incompatible avec le désir d’amitié

Pendant plus d’un an, alors que l’on parlait d’un processus de détente entre la Turquie et la Grèce, et qu’on cherchait à renforcer ce processus avec des visites de haut niveau et des résultats concrets, et alors que la visite officielle du Premier ministre grec en Turquie est attendue le 13 mai, les propos de Mitsotakis sur le parc marin, qui ont été exprimés avec une attitude défiant les défis et avec un manque de préoccupation, ne sont pas compatibles avec le désir et la volonté de maintenir des relations amicales, de bon voisinage et de coopération avec la Turquie.

Dans ce contexte, la déclaration de Mitsotakis selon laquelle l’ouverture de l’église de la Sainte-Sagesse en mosquée, décidée auparavant, avant sa visite, constitue un « signe négatif », et qu’il transmettrait ce message lors de ses entretiens avec le président Erdoğan, est digne d’attention.

Mesures unilatérales de détente prises par la Turquie

De plus, comme l’ont admis diverses personnalités officielles grecques dans leurs déclarations officielles au cours de l’année écoulée, depuis plus d’un an, la Turquie a arrêté ses vols au-dessus de la mer Égée pour indiquer qu’elle ne reconnaissait pas la revendication grecque de 10 milles pour l’espace aérien grec, a mis fin ou suspendu les activités de nos navires de recherche et de forage, comme Barbaros Hayreddin Paşa, Oruç Reis, Yavuz et Fatih, qui contribuent à la visibilité de notre patrie bleue en mer Méditerranée orientale, et la Grèce a cessé de parler de militariser des îles qui ont un statut non militaire. Le terme de "patrie bleue" n’est plus utilisé dans les discours comme il l’était il y a quelques années.

Vise-t-il les îles de la mer Égée en échange ?

Cependant, la Grèce n’a pas répondu à ces initiatives de détente unilatérales de la Turquie par une initiative politique et comportementale équivalente.

Dans le but d’accroître ses recettes touristiques, la Grèce a facilité l’obtention d’un visa à l’arrivée en 2024 pour les citoyens turcs visitant trois ou cinq îles de la mer Égée.

D’autre part, la Grèce, avec le soutien de l’administration chypriote grecque, poursuit ses efforts visant à imposer des conditions politiques à l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne, à poser des exigences pour l’ouverture des négociations d’adhésion de la Turquie avec l’UE, sans résoudre la question chypriote.

Paragraphe 2 de la Déclaration d’Athènes

Nous tenons à rappeler le 2e paragraphe de la "Déclaration d’Athènes sur les relations amicales et de bon voisinage" signée entre les deux États le 7 décembre 2023, lors de la dernière visite du Président en Grèce :

"OP2. Les parties s’engagent à ne pas prendre de déclaration, d’initiative ou d’action qui affaibliraient, discréditeraient ou mettraient en danger l’esprit et le libellé de ladite Déclaration et la préservation de la paix et de la stabilité dans leur région".
La création d’un parc marin par la Grèce en mer Égée est-elle compatible avec l’esprit et le libellé de cette Déclaration ?

Nous tenons à souligner que nous ne considérons pas l’initiative de la Grèce de créer ce parc marin comme un simple geste qui pourrait être balayé d’un revers de main par une déclaration de notre ministère des Affaires étrangères.

Nous pensons que lors de sa réunion avec M. Mitsotakis à Ankara, le Président devra clairement transmettre certains messages à son interlocuteur.


Lire également
Déclaration de Nikol Pashinyan sur la Turquie et l'Azerbaïdjan !

Déclaration de Nikol Pashinyan sur la Turquie (…)

10 mai 2024

La création d'un parc marin par la Grèce en mer Égée est une sonnette d'alarme

La création d’un parc marin par la Grèce en (…)

12 mai 2024

Déclaration de Miçotakis avant la visite en Turquie

Déclaration de Miçotakis avant la visite en (…)

12 mai 2024

Nous avons le pouvoir de briser le mur des préjugés

Nous avons le pouvoir de briser le mur des (…)

12 mai 2024

Le peuple kanak et les Azerbaïdjanais

Le peuple kanak et les Azerbaïdjanais

20 mai 2024

La Honte d'Evian

La Honte d’Evian

6 mars 2024

Tentative d'acte terroriste avec un chien porteur de bombe

Tentative d’acte terroriste avec un chien (…)

11 septembre 2023

Karabakh : la paix est attendue depuis longtemps

Karabakh : la paix est attendue depuis longtemps

26 août 2023