jeudi 23 septembre 2021
Accueil | Nos rubriques | International

La Banque mondiale fournit à la Turquie 135 millions de dollars pour deux projets

jeudi 10 juin 2021 | par Hakan


La Banque mondiale fournit à la Turquie 135 millions de dollars pour deux projets

La Banque mondiale a approuvé aujourd’hui 135 millions de dollars pour un projet en Turquie visant à protéger 90 000 personnes pauvres et vulnérables, dont la moitié sont des femmes, contre les aléas naturels et climatiques et à accroître leurs moyens de subsistance.

Le projet d’intégration du paysage résilient en Turquie (TULIP) vise à améliorer les moyens de subsistance et les services d’infrastructure résilients pour les communautés rurales du bassin de la rivière Bolaman, situé dans la région orientale de la mer Noire, et du bassin de la rivière Cekerek dans la région centrale de l’Anatolie. Les deux bassins sont très vulnérables aux impacts du changement climatique, y compris les inondations et les sécheresses saisonnières, l’érosion des sols et les glissements de terrain.

Les régions sont également marquées par des taux de pauvreté élevés, une faible productivité agricole, des infrastructures inadéquates (y compris pour le stockage, le traitement et l’irrigation de l’eau), la dégradation des ressources naturelles, la connectivité routière limitée et la perte de capital humain due à l’émigration. Bien qu’il ait été planifié avant la pandémie de COVID-19, le projet TULIP contribuera au relèvement des communautés rurales des impacts économiques de la pandémie.

« La Banque mondiale est heureuse de soutenir le développement économique durable dans et autour des bassins fluviaux de la Turquie », a déclaré Auguste Kouame, directeur de pays de la Banque mondiale pour la Turquie . « La lutte contre la dégradation des terres et la construction d’infrastructures résilientes dans certaines des communautés rurales les plus pauvres et les plus vulnérables des bassins fluviaux joueront un rôle important dans la reprise verte, résiliente et inclusive du pays après la pandémie et renforceront la résilience aux chocs futurs.

Le financement de la Banque mondiale fournira une approche intégrée qui créera des emplois prêts à démarrer et diversifiera les opportunités de subsistance tout en renforçant la résilience au climat et aux catastrophes et en jetant les bases d’une gestion durable des terres.

Les 90 000 bénéficiaires directs du projet sont les populations locales des bassins fluviaux de Bolaman et de Cekerek. Ils bénéficieront d’un accès accru à des infrastructures résilientes pour la protection contre les inondations, le stockage de l’eau potable, l’approvisionnement en irrigation pour la production agricole et l’amélioration des conditions routières pour faciliter la mobilité et l’accès aux marchés.

13 000 autres ménages pauvres dans les communautés villageoises forestières, qui dépendent des pâturages et des ressources forestières, bénéficieront d’activités d’infrastructure verte et de diversification des moyens de subsistance ; et 20 000 agriculteurs supplémentaires bénéficieront d’un appui technique pour l’adoption de pratiques agricoles durables et d’actifs pour les activités de diversification agricole.

En particulier, le projet augmentera la participation et l’accès des femmes aux opportunités rémunératrices et leur permettra de posséder et de contrôler des actifs productifs en fournissant un soutien technique et financier aux entreprises détenues ou dirigées par des femmes.

« Les impacts environnementaux, économiques et sociaux positifs du projet devraient être importants, compte tenu de l’accent mis sur le renforcement de la résilience des paysages et des moyens de subsistance dans les deux bassins fluviaux en mettant l’accent sur les solutions basées sur la nature », a déclaré Stavros Papageorgiou, l’un des les deux chefs d’équipe de la Banque mondiale pour le projet.

« Nous espérons que l’approche intégrée adoptée par ce projet jettera les bases d’un programme national pour la résilience du paysage dans d’autres bassins fluviaux dans les régions en retard », a déclaré Canan Yildiz, l’autre chef d’équipe de la Banque mondiale pour le projet.

En plus des deux bassins fluviaux, le projet soutiendra l’élaboration d’une stratégie nationale pour la résilience des paysages, les activités d’adaptation au climat et le relèvement durable des zones rurales vulnérables. Il développera également un modèle reproductible pour la gestion intégrée des ressources nationales qui peut être appliqué dans d’autres zones rurales vulnérables et renforcera les capacités aux niveaux national et infranational pour appliquer ce modèle intégré pour la gestion du paysage.

La Banque mondiale soutient depuis longtemps la gestion des bassins versants en Turquie, avec deux projets mis en œuvre auparavant, à savoir le projet de réhabilitation du bassin versant de l’Anatolie orientale (1993-2001) et le projet de réhabilitation du bassin versant de l’Anatolie (2004-2012).

La Banque mondiale a également apporté son soutien à la Stratégie nationale de gestion des bassins du pays (2012), qui oriente les programmes d’investissement à moyen et long terme liés à la protection, l’amélioration et l’utilisation durable des ressources naturelles dans les 25 bassins fluviaux du pays .



Nombre de visite 256

Sélection d'article