jeudi 8 décembre 2022

L’unité de l’UE caché derrière la brutalité grecque !

Publié le | par Engin | Nombre de visite : 138 |
L'unité de l'UE caché derrière la brutalité grecque !

L’unité de l’UE caché derrière la brutalité grecque ! ils ont couvert les scandales

L’Office anti-corruption (OLAF) de l’Union européenne (UE) a révélé que Frontex, l’agence chargée de la protection des frontières extérieures de l’Union, avait dissimulé le refoulement illégal de migrants par les garde-côtes grecs dans les eaux territoriales turques.

Selon le rapport de l’OLAF, qui a été partagé avec le public par le « portail de la liberté d’information FragDenStaat » basé en Allemagne et les médias Der Spiegel et Lighthouse Reports, les hauts fonctionnaires de Frontex cachent d’éventuels cas de violations des droits de l’homme à l’administration de l’institution. responsables des droits fondamentaux.

Suspendant les reconnaissances aériennes afin d’empêcher l’enregistrement d’activités illégales, les autorités cofinancent également les unités grecques effectuant les refoulements.

Ces fonctionnaires de Frontex trompent les autorités chargées de superviser l’institution, y compris les membres de la Commission européenne et du Parlement européen, par la désinformation.

ILS S’ÉCHAPPENT CONSCIENTEMENT

Selon le rapport, ces responsables, qui craignaient peut-être le contrecoup de la Grèce, entravent la capacité de Frontex à assumer pleinement ses responsabilités et la protection des droits fondamentaux.

Dans un cas de refoulement inclus dans le rapport, il est indiqué que l’avion de surveillance de Frontex a délibérément fui "pour éviter d’être témoin des événements en mer Égée".

D’autre part, les défenseurs des droits de l’homme demandent à l’UE d’officialiser le rapport afin que les victimes du refoulement puissent l’utiliser dans leur quête de droits.

Scandales Push-Back engagés par FRONTEX ET ENQUÊTES DIRIGÉES

La nouvelle des refoulements impliquant les garde-côtes grecs et Frontex est dans la presse internationale depuis 2020. Selon ces rapports, des bateaux des garde-côtes grecs bloquaient, endommageaient ou même coulaient les bateaux d’immigrants qui voulaient passer de la Turquie à la Grèce, tandis que Frontex fermait les yeux sur eux.

Bien qu’il ait été conclu que Frontex et son administration, qui étaient la cible de critiques, de demandes de clarification et d’enquêtes à Bruxelles, n’ont pas empêché les violations des droits fondamentaux, les allégations n’ont pas cessé. Ces rapports étaient étayés par de nombreuses preuves telles que des déclarations de témoins, des enregistrements vidéo, des images satellites. Il a été déclaré que la base de données de Frontex contient des enregistrements de centaines de migrants irréguliers refoulés dans la mer Égée.

La Turquie faisait également partie de ceux qui ont réagi à la Grèce et à Frontex concernant les refoulements. Les responsables turcs ont souligné que les refoulements fréquents sont inhumains.

À lire aussi