jeudi 8 décembre 2022

L’Institut du Bosphore part à la rencontre des décideurs lyonnais

Lyon

Publié le | par Sophie C. | Nombre de visite : 1652 |

L’Institut du Bosphore part à la rencontre des grandes villes de France pour renouveler le dialogue franco-turc et amorcer de nouveaux échanges économiques. Il est entre autre composé par un comité scientifique d’exception avec des hautes personnalités françaises et turques des mondes politique, économique et intellectuel.

Mieux se connaitre pour mieux débattre

"Il faut que les patrons de PME françaises comprennent que l’association avec des entreprises turques n’est pas une source de risque mais de profit !... Avec la Turquie, 1+1, çà fait beaucoup plus que deux" explique Lucien Arkas, un entrepreneur membre de la délégation.

Pour Claude Fischer, Présidente de l’association "Confrontations Europe", créée par l’auteur du livre "Une tâche infinie" Philippe Herzog (actuellement Conseiller spécial auprès du Commissaire européen Michel Barnier), "l’intégration de la Turquie dans l’Europe doit être abordée sans tabou. Le statut de pays associé permet déjà de développer des relations culturelles et économiques, mais c’est dans le domaine social qu’il faut organiser les contacts. Les syndicats commencent à "faire connaissance". "Il faut arriver à dépasser les peurs des délocalisations et du dumping social".... Travailler avec la Turquie, ce n’est pas forcément délocaliser mais mettre en route des nouveaux centres de production pour profiter de l’ouverture de nouveaux marchés".

Créé à Paris en 2009 à l’initiative de la Tusiad, l’équivalent du Medef turc, l’Institut du Bosphore, à travers son comité scientifique composé de hautes personnalités turques et françaises, développe des échanges et des réflexions entre les deux pays.

L’objectif de la Tusiad est clairement de faire du lobbying en faveur de l’entrée de la Turquie en Europe.

L’institut est un lieu pour confronter les différents points de vue, sur les plans économiques, mais aussi géopolitiques, économiques, sociétaux et culturels.

L’institut du Bosphore a entrepris d’étendre son action hors de la capitale.

Après Bordeaux et Toulouse, une délégation s’est rendue à Lyon où elle a été reçue notamment par le conseil régional, le conseil général, le medef, la CCI et par Gérard Collomb.

Précisant que la Turquie était le 9ème marché d’exportation pour Rhône-Alpes, Pekin Baran, vice-président du Haut conseil consultatif de la Tusiad, a défendu l’intérêt commun de la France et de la Turquie, dont la croissance annuelle est de 6 %, de faire des affaires ensemble. « Les grandes entreprises françaises sont présentes en Turquie, nous voulons aussi établir des liens avec les PME  » a ajouté Lucien Arkas, membre de la délégation.

La délégation était composée de

1. M. Pekin Baran, vice-président du Haut Conseil Consultatif de TÜSİAD, membre du comité scientifique de l’Institut du Bosphore , PDG de Denizcilik A.S.
2. M. Lucien Arkas, membre du Conseil d’administration de TÜSİAD et membre du comité scientifique de l’Institut du Bosphore, PDG de Arkas holding
3. M. Esref Hamamcioglu, membre de TÜSİAD, membre du comité exécutive de l’Institut du Bosphore, président du Comité franco-turc de TÜSİAD, PDG de Sodexo Turquie, et ancien président de la Chambre de Commerce et d’Industrie Française en Turquie
4. M. Selçuk Saraçoglu, membre de TÜSİAD, Vice-président de la TÜSİAD International et PDG de Fontana Pietro Industries
5. Mme Claude Fischer, Présidente de Confrontations Europe, membre du comité scientifique de l’Institut du Bosphore
6. M. Haluk Tukel, Président de l’Institut du Bosphore
7. Mme Gila Benmayor, Editorialiste au quotidien turc Hürriyet

Le programme très chargé de la visite a commencé par la rencontre du Président Daniel GOUFFE d’ERAI, (Enterprise Rhone Alpes International – Agence de Développement Economique de la région Rhône Alpes) ainsi que Laurent Van Soen – Directeur Général.

La délégation s’est rendue au Conseil général auprès de Michel Thien, vice-président du Conseil général du Rhône, chargé de l’économie, du réseau câblé et des pôles de compétitivité, représentant M. le ministre Michel Mercier.

Puis une rencontre a été programmé au Conseil régional de Rhône-Alpes avec M. Bernard Soulage, vice-président délégué à l’Europe et aux relations internationales de la région Rhône-Alpes, membre du Parti Socialiste, représentant le président Jean-Jack Queyranne.

Une pause s’est imposée lors d’un Apéritif avec le MEDEF accompagné de Jean-Louis Joly – Directeur général.

L’après-midi a été toujours aussi intense lors d’une séance de travail au sein de la Chambre de Commerce et de l’Industrie de Lyon(CCI).

Après avoir effectué une balade au sein de Lyon, la délégation s’est rendue chez Renault Trucks.

La rencontre s’est terminée chez le maire Gérard Collomb (Membre du Parti Socialiste) en compagnie entre autres de David Kimelfeld, vice-président de la communauté urbaine de Lyon et de Jean-Michel DACLIN, 15e Adjoint au Maire de Lyon, chargé des relations internationales, affaires européennes, tourisme.

Bravo à tous les organisateurs, acteurs connus et inconnus agissant dans l’ombre qui permettent de dynamiser ces relations.

L’Institut du Bosphore
L’Institut du Bosphore est un cercle de réflexion qui a pour vocation d’être un moteur de débat innovant sur les relations entre la France et la Turquie.

Créé à l’initiative de la TUSIAD (association des industries et des entreprises de Turquie), il est codirigé par Kemal Dervis et Henri de Castries, et compte parmi ses membres prestigieux L’Institut du bosphore est doté d’un "comité scientifique" de personnalités éminentes : on y retrouve Henri de Castries, PDG d’AXA, Alexandre Adler Historien, journaliste, Guy Carcassonne, Juriste spécialiste du droit constitutionnel, Stéphane Fouks, Président Exécutif d’Euro RSCG Worldwide, le journaliste Bernard Guetta, l’ancienne ministre des affaires européennes Elisabeth Guigou, Jean-Pierre Jouyet, Président de l’Autorité des Marchés Financiers, Alain Juppé , Thierry Mariani, Gérard Mestrallet (PDG de GDF SUEZ) ou encore Michel Rocard
.

Sources extraites : http://www.institut-bosphore.org/

À lire aussi