samedi 3 décembre 2022

En Turquie, nouvelle poubelle de l’Europe

Publié le | par Engin | Nombre de visite : 233 |
En Turquie, nouvelle poubelle de l'Europe

En Turquie, nouvelle poubelle de l’Europe, le recyclage du plastique nuit gravement à la santé et à l’environnement

L’ONG Human Rights Watch a enquêté dans ce pays où les importations de déchets plastiques ont augmenté de plus de 1 200 % entre 2016 et 2020, pour atteindre désormais environ 450 000 tonnes par an.

pour lie article en entier ; https://www.lemonde.fr/planete/article/2022/09/21/en-turquie-nouvelle-poubelle-de-l-europe-le-recyclage-du-plastique-nuit-gravement-a-la-sante-et-a-l-environnement_6142491_3244.html

Un homme sur une décharge illégale de plastique, à Adana (Turquie), le 29 novembre 2020. Ces déchets proviennent de pays européens.

Depuis que la Chine a décidé de ne plus être la poubelle du monde et d’interdire, en 2018, les importations de déchets plastiques, la Turquie est devenue la première destination des rebuts de l’Union européenne (UE).
En 2020 et en 2021, elle a accueilli environ la moitié des déchets plastiques que les Vingt-Sept ne traitent pas sur leur propre territoire. Entre 2016 et 2020, les importations ont ainsi bondi de plus de 1 200 % pour atteindre désormais environ 450 000 tonnes par an.

L’ONG Human Rights Watch (HRW) a enquêté sur les conséquences sanitaires et environnementales de ce boom du recyclage du plastique en Turquie, pays qui peine déjà à absorber ses propres déchets, estimés à environ 5 millions de tonnes par an. « C’est comme s’ils nous empoisonnaient » : dans un rapport publié mercredi 21 septembre, HRW tire la sonnette d’alarme. Problèmes respiratoires, graves maux de tête, maladies de peau, manque d’équipements de protection, accès limité voire inexistant aux traitements médicaux, travail des enfants… Tout au long des 88 pages, l’ONG dresse un état des lieux catastrophique. Il concerne aussi bien les riverains que les travailleurs de ces installations de recyclage, qui se recrutent souvent parmi les populations les plus précaires (réfugiés, migrants en situation irrégulière).

Selon les données du ministère turc de l’environnement, le pays compte plus de 1 800 installations de recyclage à travers le pays. HRW a mené ses investigations à Istanbul (12 % des installations) et à Adana (9 %). Ville du Sud de 2 millions d’habitants, Adana est la capitale du recyclage du plastique. Située près du port de Mersin, sur la Méditerranée, c’est là que débarquent près de la moitié des importations de ce type de déchets.



À lire aussi