dimanche 29 janvier 2023

Dépassé chez lui, Mitsotakis met la tension dans la mer Égée

Publié le | par Engin | Nombre de visite 284
Dépassé chez lui, Mitsotakis met la tension dans la mer Égée

Dépassé chez lui, Mitsotakis met la tension dans la mer Égée

Auteur : Hasan Göğüş / 26 décembre 2022, lundi

L’escalade des tensions en Grèce en mer Égée est due au fait que le gouvernement Mitsotakis reflète ses problèmes intérieurs en matière de politique étrangère. La parlementaire grecque Eva Kaili, qui a été arrêtée et expulsée de son poste de vice-présidente du Parlement européen pour avoir accepté des pots-de-vin du Qatar, n’est qu’un de ces problèmes.

Ces derniers jours, la Turquie a rappelé à l’ordre l’OTAN et donc les États-Unis, se plaignant que la Grèce harcèle les avions turcs même pendant les exercices de l’OTAN.
Le principal facteur de tension dans la mer Égée est la politique intérieure de la Grèce.
En Grèce, le gouvernement de Kriyakos Mitsotakis traverse une période difficile.
L’un des scandales se termine et l’autre commence.
Celles-ci affectent les relations turco-grecques et l’escalade des tensions en mer Égée.

Tout d’abord, début août, des allégations ont été faites selon lesquelles le Service national de renseignement grec ( IED) aurait mis sur écoute les téléphones de Nikos Androulakis, l’actuel chef du parti de l’ancien Premier ministre George Papandreou, le Mouvement socialiste panhellénique (PASOK), et un journaliste bien connu.
Le fait qu’un logiciel espion de fabrication israélienne appelé « Predator » ait été utilisé dans les écoutes téléphoniques augmente encore plus la gravité de l’affaire.

Une commission parlementaire a été mise en place sur proposition du PASOK pour enquêter sur les allégations d’écoutes téléphoniques.
Le président du PEJ, Panayotis Kontoleon, et le secrétaire général du Premier ministre, Grigoris Dimitriades, qui est également le neveu de Mitsotakis, ont été contraints de démissionner de leurs postes.

Le scandale des écoutes téléphoniques : pas seulement l’opposition
En discutant de la façon dont ces allégations affecteront les élections grecques qui se tiendront le 23 juillet de l’année prochaine, il est devenu clair le mois dernier que les écoutes téléphoniques ne se limitaient pas à l’opposition.

32 autres personnes auraient été mises sur écoute, dont le ministre des Affaires étrangères Nikos Dendias, l’ancien Premier ministre Andonis Samaras, le chef d’état-major, le général Konstantinos Floros, des hommes d’affaires éminents et des membres des médias.

Il convient de noter en particulier la présence de l’ambitieux ministre grec des Affaires étrangères, Dendias, qui aurait un œil sur le siège du Premier ministre Mitsotakis, parmi ceux qui ont été entendus.

Scandale du Katargate
Avant que les répercussions du scandale des écoutes téléphoniques ne soient terminées, le scandale du « Katargate-Qatargate » a éclaté, cette fois concernant des allégations selon lesquelles le Qatar distribuait des pots-de-vin pour influencer les décisions du Parlement européen.

Dans ce contexte, dans les opérations menées dans trois pays basés à Bruxelles, un total de 1,5 million d’euros d’argent liquide a été trouvé dans les valises, rappelant les boîtes à chaussures que nous avons.

Le principal acteur du scandale est la vice-présidente du Parlement européen, ancienne présentatrice de journaux télévisés, la parlementaire grecque Eva Kaili, membre du PASOK. Kaili a été licencié, expulsé de son parti, arrêté ; Il a passé Noël en prison.

Parmi ceux qui auraient été soudoyés figure Dimitrios Avromopoulos, l’ancien commissaire de l’Union européenne aux questions de migration et de citoyenneté, qui est très apprécié de certains de nos politiciens qui traitent des questions gréco-turques. Avramopoulos, qui a été maire d’Athènes et des ministères grecs du Tourisme, des Affaires étrangères et de la Défense, est membre du Parti de la nouvelle démocratie.
La corruption ne connaît pas d’idéologie.

Les tensions s’intensifient en mer Égée
Lorsque les choses ne vont pas bien chez nous ou partout dans le monde, l’une des bouées de sauvetage auxquelles les politiciens ne peuvent pas renoncer est d’attirer l’attention du public sur la politique étrangère.
Le moyen le plus simple de le faire en Grèce est d’accroître les tensions avec la Turquie.
Il n’y a pas d’autre explication logique à la récente augmentation des verrous radar largués par les avions de guerre grecs sur les avions turcs en mer Égée – même pendant les exercices de l’OTAN.

La situation n’est pas très différente en Turquie. Si vous regardez quelques commentateurs de télévision ardents, nous sommes presque sur le point d’entrer en guerre avec la Grèce.
Selon les eurasistes, tout cela est un jeu de l’Amérique qui déchaîne la Grèce sur la Turquie.
Il y a même ceux qui accusent l’OTAN de ne pas condamner la Grèce et de prendre parti.
Cependant, Jens Stoltenberg est le secrétaire général de l’OTAN qui a été le plus sensible aux sensibilités de la Turquie depuis Joseph Juns.
La Turquie pourrait chercher Stoltenberg avec une bougie à l’avenir.

Entretiens turco-grecs à Bruxelles
Alors que la tension dans la dimension du discours augmentait dans les relations turco-grecques, un nouveau processus a été initié avec la médiation de l’Allemagne pour relancer le dialogue.
Le porte-parole et conseiller principal de la présidence, Ibrahim Kalin, s’est rencontré à Bruxelles la semaine dernière en présence de son homologue grecque Anna Maria Boura et de Jens Plotner, conseiller en politique étrangère du chancelier allemand Olaf Scholz.
Cette réunion, qui a d’abord été gardée secrète, a ensuite été annoncée au public avec une courte déclaration de la présidence le 18 décembre .
Alors, pourquoi l’Allemagne est-elle le médiateur ?

La Grèce, qui a été envahie par les armées nazies pendant la Seconde Guerre mondiale, n’a jamais eu de relations brillantes avec l’Allemagne depuis lors. Lorsque la Grèce traverse une crise économique, elle demande à l’Allemagne des réparations de guerre ; L’Allemagne accuse également les Grecs de mentir de leur côté avec l’argent des contribuables allemands et de s’amuser.
Je me souviens d’avoir passé des jours à Athènes où j’étais reconnaissant d’être l’ambassadeur de Turquie et non celui de l’Allemagne, alors que la Grèce revenait du bord de la faillite.

Non indépendant des États-Unis
Au cours de son mandat de chancellerie, Angela Merkel a essayé d’adopter une position neutre sur les questions turco-grecques autant qu’elle le pouvait. De temps en temps, elle a même tentée la médiation.
Il n’est pas surprenant que le nouveau chancelier allemand Scholz suive la même ligne.
Naturellement, dans cette dernière tentative, on ne peut pas dire que l’Allemagne a agi indépendamment des États-Unis.
En fait, immédiatement après l’annonce de la réunion Kalin-Boura, le porte-parole du département d’État américain, Ned Price, a fait une déclaration et a déclaré que nous traversions une période où la solidarité de l’OTAN revêt une grande importance et qu’à cet égard, le dernier contact entre Ankara et Athènes est vital pour l’intégrité de l’Alliance et qu’ils l’encouragent.
Les États-Unis craignent que la montée des tensions gréco-turques dans la mer Égée n’allège la pression sur la Russie dans la guerre en Ukraine.

Il n’y a pas eu de fuite d’informations sur le contenu de la réunion Kalin-Boura à Bruxelles. Ce que l’on sait, c’est que la réunion s’est déroulée dans le bureau du représentant permanent de l’Allemagne auprès de l’UE, sans ordre du jour ni conditions préalables, dans un « état d’esprit positif ».
Les parties ont essayé de « découvrir » les prédictions de l’autre pour la reprise du dialogue.
Peut-être les choses vont-elles revenir dans les fameuses négociations exploratoires.



À lire aussi