dimanche 28 novembre 2021
Accueil | Nos rubriques | Histoire

Comité Union et Progrès : le congrès de septembre-octobre 1916

dimanche 2 mai 2021 | par SibiryaKurdu



Comité Union et Progrès : le congrès de septembre-octobre 1916

Un livre noir. Diplomatie d’avant-guerre d’après les documents des archives russes, tome III, livre IV : "octobre 1916-mars 1917", Paris, Librairie du travail, 1922, p. 29-31 :

"Télégramme secret de l’Ambassadeur à Paris

... .

11/24 octobre 1916.

Mandelstamm communique : « J’ai reçu des informations dignes de foi sur le congrès du parti Union et Progrès ouvert le 28 septembre à Constantinople. Le congrès, qui n’avait pas été réuni pendant tout le temps de la guerre, a été convoqué sur le désir de Talaat en signe de protestation contre Enver , sur les instances duquel avaient été fermés les clubs du parti (mon télégramme de Berne N° 607). Le grand vizir a été élu président du congrès ; Talaat et Midchat Chukri ont été élus vice-présidents. Au congrès a été soumis un rapport dont les points principaux sont les suivants : la Turquie a commencé la guerre pour s’affranchir de la tutelle des puissances qui ont partagé le pays en zones d’influence afin de le partager ultérieurement définitivement entre elles. Le rapport attaque avec une vigueur spéciale la politique russe et la politique anglaise. La Russie est accusée entre autres de s’être opposée à l’exécution des réformes gouvernementales et à la construction de voies ferrées dans les vilayets arméniens qu’elle considérait comme entrant dans sa zone d’influence , d’avoir aspiré à obtenir leur autonomie et d’avoir gêné l’organisation de l’armée turque par la mission allemande. La rupture du concert européen a permis à la Turquie, au moyen d’une alliance avec l’Allemagne et l’Autriche , de mettre un terme à l’immixtion dans ses affaires intérieures et en particulier de s’affranchir des capitulations. Les troupes turques ont remporté de brillantes victoires aux Dardanelles , en Irak , en Perse et sur mer et maintenant elles défendent vaillamment la patrie sur les fronts du Caucase, de Mésopotamie et d’Egypte , ainsi qu’en Dobroudja et en Galicie. Les Arméniens ont trahi la Turquie. Le catholicos les a obligés à se mettre du côté de la Russie. Beaucoup d’Arméniens turcs, et parmi eux des députés, se sont engagés comme volontaires dans l’armée russe. Conformément aux décisions des comités militaires , dans beaucoup de localités de l’Arménie turque, il y a eu des attaques contre les troupes et les autorités, des violences contre les fonctionnaires et contre la population musulmane et dans certains endroits même de véritables émeutes. Vu le danger du mouvement arménien , le gouvernement a été obligé d’éloigner tous les Arméniens des zones militaires. Lors du transfert des Arméniens il s’est produit certains abus , mais des commissions d’enquête ont été aussitôt envoyées et une loi assurant la défense des intérêts des émigrés a été édictée. En Syrie et dans le Hedjaz, il s’est passé des événements fort tristes. En Syrie , grâce à d’anciennes intrigues françaises, a été tramé un complot dont les fauteurs ont subi le châtiment mérité. Dans le Hedjaz, les intrigues anglaises ont provoqué le soulèvement du chérif, mais il n’est pas douteux qu’avec l’arrivée de la saison de l’année favorable cet autre traître sera également châtié. Le ravitaillement de Constantinople a été lié à de très grandes difficultés ; cependant la commission spéciale pour l’achat du blé les a surmontées. Il a été fondé également une commission pour la régularisation du ravitaillement du pays. L’organisation militaire est terminée. Grâce à l’élargissement du service militaire, les forces armées de la Turquie dépassent 3.000.000. Il est procédé au perfectionnement de la préparation des officiers et sous-officiers de réserve. La Turquie est à la veille de signer avec ses Alliés des traités consulaires en connexion avec l’abolition des capitulations. Le chemin de fer d’Angora à Sivas est commencé. Le prolongement de la voie du Hedjaz jusqu’à la frontière égyptienne est presque terminé. Il a été décidé de relier maintenant la Mecque et Médine. L’enseignement scolaire et universitaire a été élargi et beaucoup de professeurs allemands ont été invités. Des conseillers allemands ont été appelés au ministère de la Justice et dans quelques autres départements. L’activité des sociétés de commerce est encouragée par tous les moyens, mais toutes, même les étrangères, sont obligées de faire leurs affaires en langue turque. Un grand profit militaire a été retiré des gisements turcs de chrome, de charbon et de soufre. Il est prévu de remettre au Cheik Ul Islam la gestion exclusive des affaires religieuses et de subordonner les tribunaux du Cheriat au ministère de la Justice. Les écoles du ministère des Yacoufs seront subordonnées au ministère de l’Instruction publique. Pour conclure, le rapport accuse les puissances de l’Entente de tentatives pour provoquer en Turquie des dissensions intestines, exprime sa satisfaction à l’occasion de l’effondrement des plans des traîtres achetés et invite les membres du congrès à l’union. Le rapport, qui a paru dans la presse turque, vous est envoyé par courrier. Il n’y a pas encore de nouvelles quant aux résolutions adoptées par le congrès. »

ISVOLSKY. "

Sur Talat Paşa : Talat Paşa (Talat Pacha), d’après diverses personnes

Talat Paşa (Talat Pacha) et les Arméniens

"Génocide arménien" : les télégrammes secrets (authentiques) de Talat Paşa (Talat Pacha)

Les assassinats de Talat Paşa (Talat Pacha) et de Simon Petlioura : la question de leur responsabilité personnelle dans les massacres dont ils ont été accusés Première Guerre mondiale : les efforts pour ravitailler et aider les déportés arméniens

Le contenu des "carnets" de Talat Paşa (Talat Pacha)

Les témoignages américains sur la tragédie arménienne de 1915

Ernst Jäckh et les Arméniens

Le général Friedrich Bronsart von Schellendorf et les Arméniens

Le comte Johann Heinrich von Bernstorff et les Arméniens

Le gouvernement de Talat Paşa (Talat Pacha) et la reconnaissance de la République d’Arménie (1918)

Sur sa faction : Bedros Haladjian, un cadre dirigeant du Comité Union et Progrès

Cavit Bey (Djavid Bey) et les Arméniens

Hüseyin Cahit Yalçın et les Arméniens Halil Bey Menteşe et les Arméniens Tahsin Bey : protecteur des Arméniens, homme de confiance de Talat Paşa et membre de l’Organisation Spéciale Le général Refet Bele et les Arméniens Sur les jugements et condamnations de criminels dans l’Empire ottoman pendant la Première Guerre mondiale : Hilmar Kaiser et le "négationniste" Yusuf Halaçoğlu : le respect mutuel entre deux historiens faisant un travail d’archives

Cemal Paşa (Djemal Pacha), figure majeure de l’arménophilie turque

Les témoignages arméniens sur le "génocidaire" Cemal Paşa (Djemal Pacha)

Ali Fuat Erden et Hüseyin Hüsnü Erkilet : d’une guerre mondiale à l’autre

Le rôle de l’Organisation Spéciale/Teşkilat-ı Mahsusa (dirigée par l’immigré tunisien Ali Bach-Hamba) pendant la Première Guerre mondiale

Les relations entre Vehip Paşa et Enver Paşa Sur les sources russes : Les sources documentaires ottomanes et russes démentent les mensonges de Taner Akçam

Les volontaires arméniens de l’armée russe : des criminels de guerre

Les violences interethniques à Batoum-Kars (1914-1916)

Première Guerre mondiale : l’occupation russe de l’Anatolie orientale

Voir en ligne : http://armenologie.blogspot.com/202...

À lire aussi