samedi 10 décembre 2022

Aram Atesyan : « Nous sommes attachés à la Turquie »

Publié le | par Ali Bal | Nombre de visite : 410 |
Aram Atesyan : « Nous sommes attachés à la Turquie »

La fin des travaux de rénovation de l’Eglise orthodoxe arménienne du 12è siècle, St Grégoire l’Illuminateur (Surp Krikor Lusarovic) de Kayseri, dans le centre de la Turquie, a permis sa réouverture ce dimanche 8 novembre 2009.

L’inauguration de cette église, considérée comme la première d’Anatolie s’est faite avec une onction et une messe dirigées par l’archevêque Aram Atesyan, représentant du patriarcat arménien de Turquie.
Elle a donné l’occasion à l’archevêque Atesyan de s’exprimer sur l’attachement des Arméniens à la Turquie ainsi que l’hostilité affichée par la diaspora arménienne au rapprochement turco-arménien.

L’archevêque a ainsi déclaré : « Nous n’avons qu’un lien spirituel avec l’Arménie. Nous sommes des citoyens de la République de Turquie et nous oeuvrons pour le bien et les intérêts de notre pays. Les propos tenus par des représentants d’Arménie ou des diasporas arméniennes ne nous engagent nullement et surtout, ils ne nous intéressent pas. Sur le plan religieux, nous sommes rattachés au Patriarcat arménien de Turquie qui administre 45 églises, 16 écoles et hôpitaux, ainsi que 3 journaux. Cette église est l’une d’entre elles. Nous sommes heureux de vivre dans ce pays et d’en être les citoyens. Nous sommes également heureux d’avoir su préserver nos valeurs religieuses. »

Ensuite, il a renchéri : « Chaque arménien est attaché à la Turquie, son pays. Il ne peut en être autrement. La loyauté envers son pays est le premier devoir de chacun. Il est évident que si nous sommes confrontés à des difficultés, nous nous adresserons à notre état, l’état turc, et chercherons des solutions avec lui ; pour la raison très simple que nous sommes ses citoyens, ses enfants. Sur terre, il n’existe aucun autre exemple de deux peuples qui ont rédigé des poèmes ou versé des larmes l’un pour l’autre. Les Arméniens ont pleuré la mort de leurs voisins turcs et nos frères Turcs musulmans ont fait de même lors des funérailles d’Arméniens. Dans leurs douleurs, les deux peuples ont toujours été côté à côte. »

En outre, l’archevêque a exprimé des recommandations aux Arméniens : « Chaque Arménien qui vit sur ces terres, qui est citoyen de la République turque, se doit de la servir. Il doit payer ses impôts, accomplir son service militaire, respecter les lois nationales et parallèlement vivre sa foi et son attachement à Dieu ».

Ali BAL

À lire aussi