Accueil | Nos rubriques | Histoire

"Appel aux asservis de Perse, d'Arménie et de Turquie" (1920)

jeudi 27 mai 2021 | par SibiryaKurdu


"Appel aux asservis de Perse, d’Arménie et de Turquie.", L’Internationale communiste, n° 12, juillet 1920, p. 2275-2280 :

Le Comité Exécutif de l’Internationale Communiste convoque pour le 15 août 1920, à Bakou, un congrès général des délégués ouvriers et paysans de Perse, d’Arménie et de Turquie.

Qu’est-ce, à l’heure présente, que l’Internationale Communiste ? C’est une organisation révolutionnaire unissant les masses laborieuses de la Russie, de la Pologne, de l’Allemagne, de la France, de l’Angleterre et de l’Amérique ; réveillées par le tonnerre de la guerre mondiale et poussées par la faim, ces masses se sont insurgées pour travailler désormais non dans l’intérêt des riches, mais dans leur propre intérêt, et pour se défendre dorénavant contre les forbans internationaux, au lieu de combattre, comme elles le faisaient jusqu’ici, contre leurs frères opprimés et asservis. Ces masses laborieuses, voyant que l’union et l’organisation font la force et que le gage de leur victoire est là, rien que là ont créé, l’année passée, une puissante institution révolutionnaire qui s’appelle la III-e Internationale. En dépit de toutes les représailles des gouvernements capitalistes, l’Internationale Communiste est devenue, en 18 mois, l’âme et le coeur des ouvriers et des paysans révolutionnaires du monde entier aspirant à l’émancipation.

Pourquoi l’Internationale Communiste convoque-telle maintenant un congrès d’ouvriers et de paysans, persans, arméniens et turcs ? Qu’a-t-elle à leur proposer et que leur demande-t-elle ? Les ouvriers et les paysans de l’Europe et de l’Amérique, en lutte contre le capitalisme, vous adressent cet appel, sachant que vous souffrez vous aussi, comme eux, sous le joug du capitalisme universel et que vous êtes contraints à vous défendre, comme eux, contre les bandits impérialistes ; ils vous adressent cet appel parce que votre adhésion au mouvement des ouvriers et paysans d’Europe et d’Amérique hâtera la lin du capitalisme universel et assurera l’émancipation générale des ouvriers et des paysans.

Ouvriers et paysans de Perse ! Le gouvernement persan et ses valets mercenaires, les khans, vous volent et vous exploitent depuis des siècles. Toutes les terres de votre pays appartiennent aux serviteurs du gouvernement, qui en sont les maîtres absolus, qui vous imposent des impôts et des taxes excessives ; ces satrapes, grands et petits, après avoir épuisé toutes les forces vitales de la population, ont vendu, l’année passée, le pays aux capitalistes anglais pour une somme de deux millions de livres sterlings, et à condition qu’ils y formeraient une armée régulière destinée à vous opprimer et à vous faire verser de nouveaux impôts dans les poches des khans et du gouvernement de Téhéran. Les satrapes persans ont vendu à l’Angleterre les riches puits naphtières du sud de la Perse, livrant ainsi au pillage votre pays.

Paysans de Mésopotamie ! Les Anglais ont proclamé l’indépendance de votre pays. Mais 80.000 soldats anglais occupent votre territoire, vous tuent , pillent vos maisons et violent vos femmes !

Paysans d’Anatolie ! Les gouvernements anglais, français et italien ont tenu Constantinople sous le feu de leurs canons ; ils ont contraint le sultan à consentir au démembrement des territoires foncièrement turcs et à la remise entre les mains des capitalistes de toutes les finances ottomanes, pour achever la ruine économique du peuple turc, déjà complétement épuisé par une guerre de 6 ans. Ces gouvernements ont occupé les mines de charbon de Héraclée, ils ont occupé vos ports ; ils ont débarqué dans votre pays des troupes qui foulent aux pieds vos champs et dictent leurs lois à vos laboureurs pacifiques, les tranformant peu à peu en bêtes de somme taillables et corvéables à merci. Une partie de vos beys et de vos effendis s’est vendue aux capitalistes de l’Entente ; l’autre vous appelle à vous opposer à main armée à l’envahissement étranger, sans pourtant vous laisser prendre le pouvoir dans votre pays et cultiver à votre propre profit vos terres et vos champs que le sultan avait donnés à une foule de parasites. Et demain, quand les capitalistes étrangers auront passé avec vos oppresseurs un traité de paix plus acceptable , vos gouvernants actuels en profiteront pour vous imposer des chaînes nouvelles, comme le font les propriétaires fonciers et les anciens fonctionnaires dans toutes les régions occupées par des troupes étrangères.

Paysans et ouvriers d’Arménie ! Pendant de longues années vous avez été les victimes du capitalisme étranger qui déplorait avec grandiloquence les massacres commis dans votre pays par les Kurdes. Le capitalisme étranger vous appelait à la lutte contre le sultan et tirait de vos efforts de gros bénéfices réguliers. Pendant la guerre, les impérialistes européens ne vous ont pas seulement promis l’indépendance ; ils ont engagé vos maîtres d’écoles, vos prêtres et vos marchands à réclamer pour les Arméniens les terres des paysans turcs , suscitant ainsi une guerre éternelle entre les peuples arménien et turc , guerre qui serait pour les capitalistes une source intarissable de nouveaux bénéfices. Car, tant que vous poursuivrez ces guerres intérieures, les impérialistes étrangers en tireront profit, menaçant d’un coté, la Turquie du danger d’une révolte arménienne et, de l’autre côté, les Arméniens — du recommencement des massacres.

Paysans de Syrie et d’Arabie. Les Anglais et les Français vous ont promis l’indépendance, mais leurs troupes occupent votre pays ; ils vous dictent leurs lois et vous voilà, après avoir secoué le joug du sultan, asservis aux gouvernements de Paris et de Londres qui vous oppriment et vous pillent plus encore que ne le faisait le sultan.

Vous le comprenez parfaitement vous-mêmes. Les paysans et les ouvriers persans se sont révoltés contre le gouvernement perfide de Téhéran. Les paysans de Mésopotamie se soulèvent contre l’envahisseur anglais, et la presse britannique a publié des nouvelles alarmantes sur les pertes qu’a subies l’armée anglaise lors des combats aux environs de Bagdad.

Paysans d’Anatolie ! On vous appelle à combattre sous les drapeaux de Kemal-pacha contre les envahisseurs étrangers, mais nous savons que vous voulez aussi former votre propre parti populaire paysan qui sera à même de poursuivre la lutte au cas même où les pachas concluraient la paix avec les bandits de l’Entente.

Les Alliés ne réussissent pas à rétablir l’ordre en Syrie, et vous, paysans arméniens, que l’Entente, malgré toutes ses promesses, fait mourir de faim , pour vous mieux tenir entre ses mains, vous commencez à comprendre que l’espoir d’assurer votre salut avec l’aide des capitalistes de l’Entente est dénué de tout fondement. Votre gouvernement bourgeois, formé de représentants du parti Dachnaktsoutune , qui est au service des Alliés, a dû demander la paix et des secours au gouvernement ouvrier et paysan de la Russie. Nous voyons maintenant que vous comprenez vous-mêmes vos besoins et vos intérêts et nous vous proposons, en qualité de représentants du prolétariat européen possédant une expérience considérable, notre concours, pour assurer votre émancipation politique et sociale. Nous vous disons : „Le temps où les capitalistes européens et américains auraient pu vous écraser par leurs armes est passé sans retour. Partout, en Europe et en Amérique, les ouvriers se lèvent, armés et menaçants, contre les capitalistes et leur déclarent une guerre sanglante.”

Si nous n’avons pas encore vaincu le capitalisme mondial, nous l’avons pourtant réduit à une situation où il ne peut plus disposer à son gré du sang des peuples. Depuis deux ans et demi, la révolution russe lutte contre le monde entier. Les capitalistes français, anglais et américains ont fait de grands efforts et employé tous les moyens en leur pouvoir : les armes et la faim pour vaincre les paysans et les ouvriers russes, pour les soumettre et les réduire en esclavage. Mais ils ont échoué. Les ouvriers et les paysans russes ont courageusement défendu leur pouvoir, ils ont formé leur propre armée prolétarienne et battu en toutes les rencontres les armées réactionnaires que soutenaient les capitalistes de l’Entente.

Ouvriers et paysans du proche Orient ! Si vous savez vous organiser et créer votre propre pouvoir ouvrier et paysan, si vous vous armez et si vous opérez votre jonction avec l’armée ouvrière et paysanne russe, vous aurez raison des capitalistes anglais, français et américains, vous vous débarrasserez de vos oppresseurs, vous obtiendrez votre liberté, vous pourrez créer la république mondiale des travailleurs libres et utiliser les richesses des vos pays dans vos propres intérêts et dans ceux de toute l’humanité, qui échangera volontiers avec vous les articles de première nécessité et vous aidera avec joie. De toutes ces choses, nous voulons nous entretenir avec vous au prochain congrès.

Le Comité Exécutif de l’Internationale Communiste se rendra à Bakou en qualité de représentant des ouvriers anglais, français, américains, allemands et italiens, pour débattre avec vous des moyens d’unir les efforts du prolétariat européen aux vôtres, aux fins d’une lutte commune contre notre ennemi commun.

Ne ménagez pas vos efforts pour vous rendre nombreux à Bakou, le l-er septembre. Vous traversiez auparavant les déserts pour visiter les lieux saints, franchissez donc maintenant les monts et les vallées, les fleuves et les rivières, les forêts et les steppes, pour vous aboucher avec nous et vous entendre avec nous sur les moyens de nous émanciper tous des chaines de l’esclavage et de nous unir fraternellement, pour vivre en frères égaux et libres.

Nous adressons cet appel, en tout premier lieu, aux ouvriers et paysans du proche Orient ; mais c’est avec joie que nous verrons parmi les délégués, les représentants des masses opprimées de l’extrême Orient , — les représentants de l’Inde , — ainsi que ceux des peuples musulmans qui se développent librement en étroite union avec la Russie Soviétiste.

Par milliers, les paysans et les ouvriers turcs, arméniens et persans s’uniront pacifiquement à Bakou , le 2 septembre, pour libérer le proche Orient. Que ce Congrès signifie à nos ennemis d’Europe, d’Amérique et de vos pays mêmes que le temps de l’esclavage est passé , que vous vous êtes levés et que vous triompherez.

Que ce congrès signifie aux travailleurs du monde entier que vous défendez votre droit et que vous vous joignez à la puissante armée révolutionnaire qui fait maintenant la guerre à l’injustice et à la spoliation.

Que votre congrès insuffle la vigueur et la foi aux millions de citoyens asservis dans le monde entier ! Qu’il leur inspire la confiance en eux mêmes, et qu’il rapproche le jour du triomphe et de la libération définitive.

Le Comité Exécutif de l’Internationale Communiste.

Le président : G. Zinoviev.

Le Secrétaire : K. Radek.

Pour le Parti Socialiste Britannique : V. Mac Laine, Tom Quelch.

Pour les Comités de fabriques anglais : Jack Tanner, G. T. Murphy.

Pour les délégués français au Congrès de l’Internationale Communiste : A. Rosmer, Deslinières, Jacques Sadoul.

Pour les délégués italiens au Congrès de l’Internationale Communiste : Bombacci, A. Grasiadei.

Pour le Parti Communiste Américain : L. Frayna, A. Stoklinsky.

Pour le Parti Ouvrier Communiste Américain : A. Bilan.

Pour la Confédération Générale du Travail d’Espagne : Angel Postana.

Pour le Comité Central du Parti Communiste Russe : N. Boukharine , V. Vorousky, A. Balabanoff, G. Klinger.

Pour le Comité Central des Syndicats Russes : C. A. Lozovsky.

Pour le Parti Communiste Polonais : J. Markhlevsky.

Pour le Parti Communiste Bulgare et pour la Fédération Communiste des Balkans : N. Chabline.

Pour le Parti Communiste Autrichien : Reisler.

Pour le Parti Communiste Hongrois : Racocsy, Roudnyansky.

Pour le Parti Communiste Hollandais : D. Wijncop.

Voir également : Le marxiste Tigrane Zaven : de l’opposition anti-hamidienne aux purges staliniennes

Vladimir Lénine et la révolution jeune-turque

Léon Trotsky et la Turquie

Karl Radek et les Jeunes-Turcs

Gueorgui Tchitchérine, la Turquie et les Arméniens

L’élimination de Lev Karakhan (Karakhanian) par Staline et le refroidissement des relations turco-soviétiques

Le Parti communiste grec (SEKE-K) et la guerre gréco-turque (1919-1922)

Enver Paşa (Enver Pacha) et les Arméniens

Les contacts de Cemal Paşa (Djemal Pacha) en Allemagne après la guerre

Lutter jusqu’au bout : les exilés jeunes-turcs et la résistance kémaliste

L’émir Chekib Arslan et les Arméniens

Ihsan al-Djabri et les Arméniens

L’arménophilie et l’arabophilie de Jean Longuet

Les révoltes réactionnaires kurdes dans la Turquie de Mustafa Kemal

Contre le kémalisme : le rapprochement entre les dachnaks, les nationalistes kurdes et les réactionnaires ottomans

Joseph Staline et le mont Ağrı/Ararat

La turcophobie exacerbée de l’historiographie arménienne et les buts stratégiques de l’URSS vis-à-vis de la Turquie : éclaircissement du cas de la RSS d’Arménie par celui de la RSS de Géorgie

Le poète communiste Nazım Hikmet : une référence fiable sur le "génocide" arménien ?

La minimisation du génocide juif par Raphael Lemkin

Le contexte international de la formulation de la revendication génocidaire arménienne (1965)

Si c’est la Pravda qui le dit...

"Comme celui des Tatars !"


Voir en ligne : http://armenologie.blogspot.com/202...


Nombre de visite 157