mardi 29 novembre 2022

Analyse : Pourquoi Les Prochains Sous-Marins Turcs De La Classe Reis Pourraient-Ils Affecter Les Équilibres Dans La Région ?

Publié le | par Engin | Nombre de visite : 614 |
Analyse : Pourquoi Les Prochains Sous-Marins Turcs De La Classe Reis Pourraient-Ils Affecter Les Équilibres Dans La Région ?

Analyse : Pourquoi Les Prochains Sous-Marins Turcs De La Classe Reis Pourraient-Ils Affecter Les Équilibres Dans La Région ?

Avec Naval News

Il ne fait aucun doute que la marine turque attache une grande importance aux sous-marins de la classe Reis (Type 214 TN). Outre l’augmentation de la puissance de la flotte sous-marine turque, ce projet de 2 milliards d’euros ne manquera pas d’avoir un impact sur les équilibres militaires de la région, tant en mer Égée qu’en mer Noire.

Tayfun Ozberk 23 Janv. 2022

Combattre un sous-marin est similaire à combattre un fantôme. Parce que vous avez le sentiment qu’il y a une menace autour de vous, vous recevez des signaux, mais vous ne pouvez pas le voir. Alors que vous essayez de concevoir et d’appliquer des contre-mesures à l’ennemi invisible, vous détectez une arme venant vers vous à grande vitesse, sous l’eau ou depuis les airs. C’est le baiser de la mort des sous-marins.

Les sous-marins sont des atouts stratégiques dans Naval Warfare

Bien que les progrès vertigineux de l’armement et des capteurs de guerre navale offrent plus de commodité dans la détection et la classification des éléments hostiles en mer, l’environnement sous-marin reste flou. Car, s’il existe plusieurs capteurs pour détecter les contacts de surface et d’air, le capteur sous-marin primaire est toujours divers types de sonar, qui sont limités par les règles de la physique sous-marine.

Chaque fois que l’on mène des opérations de lutte anti-sous-marine, les fluctuations saisonnières des eaux (salinité, pression et température) affectent les performances du sonar de différentes manières. En raison des difficultés à détecter un sous-marin, une flotte navale doit allouer une force ASW importante, composée de moyens de surface et aériens, pour rechercher et détruire ne serait-ce qu’un sous-marin. Pourtant, un sous-marin peut entendre un navire de surface bien avant que le navire de surface ne puisse détecter le sous-marin, et il peut donc prendre des mesures d’évitement avant qu’il ne soit détecté.

Pendant leur patrouille, les nouveaux sous-marins modernes peuvent rester en dessous pendant des semaines, voire des mois, et se déplacer relativement sans être détectés. De nombreux sous-marins produisent moins de bruit que l’eau environnante.

« Trouver le sous-marin dans l’océan revient à chercher une aiguille dans une botte de foin. "

Du fait de ces difficultés grosso modo, la présence de sous-marins, quelle qu’en soit la nature, est un paramètre critique qui modifie lui-même les équilibres régionaux. Comme les capacités uniques des sous-marins à changer le cours de la guerre en attaquant le centre de gravité de l’ennemi et en brisant la volonté de combattre de l’adversaire, font des sous-marins des atouts « stratégiques ».

Quels sont les principaux avantages des sous-marins à propulsion indépendante de l’air (AIP) ?
Les systèmes de propulsion principaux et les armes des sous-marins sont utilisés pour les trier en différentes sous-classes. Les sous-marins diesel-électriques (SSK), souvent appelés « sous-marins classiques », sont utilisés depuis des décennies par de nombreux pays. Malgré les avantages d’être immergés dans un silence complet, les sous-marins modernes sont obligés de retourner régulièrement plonger en profondeur pour recharger leurs batteries. Pendant le processus de plongée en apnée, les sous-marins sont sensibles pour la détection et l’engagement.

Les sous-marins nucléaires (SSN) sont plus gros et plus avancés, ce qui leur permet de manœuvrer plus efficacement et de transporter plus d’armes. Le bruit des réacteurs nucléaires et d’autres équipements opérationnels est l’inconvénient le plus important des sous-marins nucléaires, car il les fait être détectés à une plus grande distance que les sous-marins diesel-électriques. Les SSN n’ont aucune limite quant à la durée pendant laquelle ils peuvent rester sous l’eau.

AIP offre une nouvelle approche pour combiner les avantages du silence et de rester immergé pendant des périodes considérablement prolongées. Bien que les sous-marins AIP actuels ne puissent pas rivaliser avec les SSN en termes de charge d’armes, d’endurance submergée et de maniabilité, leurs capacités se sont améliorées année après année.

Les sous-marins diesel-électriques non AIP ne peuvent pas égaler l’endurance sous-marine des sous-marins AIP. Étant donné que les sous-marins AIP font rarement surface ou reviennent à la profondeur du périscope, ils sont moins mentionnés dans les rapports de renseignement, qui est l’un des instruments les plus critiques pour trouver et suivre les sous-marins. Le silence sous l’eau pendant de si longues périodes est une menace sérieuse pour les adversaires.

La Turquie rencontre la technologie AIP avec un projet de classe Reis

La Turquie lance son premier sous-marin AIP Piri Reis
La Turquie lance son premier sous-marin AIP Piri Reis

La marine turque disposera de la technologie AIP basée sur la pile à combustible éprouvée Howaldswerke-Deutsche Werft (HDW) avec les sous-marins de classe Reis. Le système AIP utilise la technologie des piles à combustible, y compris une pile à combustible PEM (2x120kw) et des batteries haute capacité (232 unités), permettant au sous-marin de supporter des déploiements de longue durée sans plongée en apnée.

La marine turque recevra six sous-marins Type 214 TN AIP dans le cadre de ce programme. Le 23 mars 2021, le chantier naval de Golcuk a lancé le bateau principal du projet, TCG Piri Reis, qui devrait entrer en service en 2022. Au cours des cinq prochaines années, les bateaux restants seront construits et mis en service. Les sous-marins de la classe Reis seront capables de déployer des torpilles lourdes (DM2A4, AKYA indigène et MK48 Mod 6AT), des missiles anti-navires (Sub-Harpoon, peut-être ATMACA indigène après le premier sous-marin) et des mines.

Sous-marins de classe Reis et bilans régionaux
Si les forces navales ne sont pas les seuls instruments de l’équilibre régional, elles doivent être considérées comme des acteurs clés en raison de leur rôle de « soutien aux politiques gouvernementales » en temps de paix et de capacité de frappe lors des conflits. En conséquence, les pays mènent des programmes complets de modernisation et d’acquisition navale en fonction de leur situation économique et de leurs infrastructures.

Les sous-marins, dont l’importance stratégique a déjà été soulignée, ont un impact direct sur les capacités A2/AD du pays. En conséquence, la quantité, les types, les capacités et la puissance des armes de la flotte sous-marine affectent les équilibres régionaux. Parce que le nombre accru de sous-marins permet un meilleur contrôle sur des zones maritimes plus vastes tout en restant non détectés, et parce que ces sous-marins peuvent rester sous l’eau pendant de longues périodes, ce qui oblige les flottes d’autres pays à faire face à une incertitude accrue.

Mer Égée et Méditerranée orientale

Bases navales majeures en Méditerranée orientale
Bases navales majeures en Méditerranée orientale

Un exemple important de ce problème est les avertissements répétés du ministre grec des Affaires étrangères Nikos Dendias à l’Allemagne de bloquer la vente de sous-marins de la classe Type 214 à la Turquie. Il a déclaré à plusieurs reprises que l’acquisition de ces sous-marins ferait pencher la balance régionale en faveur de la Turquie.

« La marine hellénique dispose actuellement de quatre navires de ce type, ce qui nous donne un avantage stratégique dans le sud-est de la Méditerranée et la mer Égée. Si l’Allemagne livre [ces navires], la Turquie aura à nouveau un avantage sur la Grèce »,

Nikos Dendias, ministre grec des Affaires étrangères

La Russie, la Grèce, Israël et l’Égypte possèdent les flottes les plus importantes dans les mers voisines de la Turquie. Seuls la Grèce et Israël ont des sous-marins compatibles AIP parmi ces États. La Grèce exploite actuellement quatre sous-marins AIP de type 214 et un sous-marin amélioré de type 209 AIP. Israël exploite deux sous- marins AIP de classe Dolphin-II , un sous-marin Dolphin-II est actuellement en construction et a récemment commandé trois sous-marins de classe Dakar à TKMS.

La Turquie, qui disposera de six sous-marins de classe Reis compatibles AIP après 2027, aura le plus de sous-marins AIP dans la région avec Israël (bien que le calendrier des sous-marins de classe Dakar ne soit pas encore connu), contre cinq pour la Grèce. En outre, la Turquie vise à mettre en service 4 à 6 sous-marins nationaux (MILDEN), qui seront capables d’AIP et éventuellement armés de missiles stratégiques indigènes GEZGIN. Dans la seconde moitié des années 2030, l’équilibre délicat de la région devrait basculer en faveur de la Turquie en matière de sous-marins AIP. (Les MILDEN remplaceront les sous-marins turcs vieillissants de type 209/1200 (classe AY).)

Mer Noire
Après l’invasion de la Crimée, la Russie a renforcé la flotte de la mer Noire à la base navale de Sébastopol pour préserver un équilibre stratégique contre l’expansion de l’OTAN en Europe de l’Est et dans la région élargie de la mer Noire. Selon des déclarations de source ouverte, les navires de guerre de la flotte russe de la mer Noire sont passés de 34 à 49, tandis que les sous-marins sont passés de 1 à 7.

La force russe de la mer Noire exploite des sous-marins améliorés de classe Kilo qui peuvent lancer des missiles d’attaque terrestre Kalibr mais ne sont pas capables d’AIP.

La mise en service du sous-marin de la classe Reis devrait également avoir un impact sur l’équilibre de la mer Noire. La marine turque dispose actuellement de 12 sous-marins diesel-électriques, et une fois la classe Reis opérationnelle, le nombre total de sous-marins sera de 18 (6 AIP + 12 non AIP). Cette force sous-marine serait capable de pénétrer le puissant A2/AD russe en mer Noire.

Selon la Convention de Montreux, qui régit le régime de transit du détroit et réglemente le tonnage et les types de moyens navals déployés en mer Noire par les États n’appartenant pas à la mer Noire, les pays n’appartenant pas à la mer Noire ne sont pas autorisés à déployer des sous-marins dans le Région. En conséquence, en tant qu’allié de l’OTAN, la flotte sous-marine de la Turquie est le seul atout capable de contrer les ambitions de la marine russe au nom de l’OTAN. Ainsi, le projet de sous-marin de classe Reis pourrait être considéré comme un facteur affectant l’équilibre OTAN-Russie en mer Noire.

À lire aussi