Un des plus grands gisements de gaz de l’Europe de l’Est vient d’être (...) - Turquie News
mardi 9 août 2022

Un des plus grands gisements de gaz de l’Europe de l’Est vient d’être découvert par le Total en Azerbaïdjan

Publié le | par L’Europe n’est qu’une valeur ! | Nombre de visite : 15 |
Un des plus grands gisements de gaz de l'Europe de l'Est vient d'être découvert par le Total en Azerbaïdjan

Un autre grand gisement de gaz vient d’être découverte près de Bakou, dans le secteur azéri de la mer Caspienne. Le vice président de la Société française Total, Marc Blaziot a annoncé le 9 septembre que le gisement nommé Absheron ( le nom de la péninsule sur laquelle se trouve la ville de Bakou, la capitale du pays) a confirmé les estimations supposées par spécialistes du domaine. Les experts ont confirmé que le gisement gazière est riche de 200-300 milliards de mètres de cubes de gaz au minimum.

Le président de la République a annoncé le soir de cette déclaration du vice-président du Total dans la télé publique que cette découverte est un des grands dans l’histoire énergétique du pays et de la région. Car, l’Azerbaïdjan, qui possède déjà les gisements gazières Shahdeniz et Umid qui sont au moins deux ou trois fois plus riche que celui de Absheron, va se transformer d’ici 5 ans d’un pays exportateur de pétrole en un exportateur de gaz naturel.

Le projet Nabucco qui risquait de tomber en desétude est ravivé par les spécialistes suite à cette nouvelle découverte "révolutionnaire". Pourquoi ?

Tout d’abord, le projet Nabucco est dès le début considéré comme un nouveau-né mort sans la participation de deux grands exportateurs de gaz de la région- Iran et Russie. Iran, parce que ce pays souffre de fortes sanctions appliquées par l’ONU et surtout par les USA et ne pourra jamais jamais faire partie de ce projet sans céder de ses ambitions nucléaires. La Russie, au contraire de l’Iran ne veut pas intégrer Nabucco et présent même une alternative. Puisque Nabucco détourne la Russie et libère l’Europe de la tutelle énergétique russe, le projet est très mal perçu à Moscou.

Donc, dans ce cas-là, les seules moyens de remplir les tuyaux de Nabucco sont le gaz azéri et celui des pays de l’Asie centrale. Comme la voie terrestre directe est absente entre l’Azerbaïdjan et les pays de l’Asie centrale et comme un tuyau transcaspien est irréalisable en raison de l’absence du statut légal de la mer Caspienne et les objections de Téhéran et de Moscou, le Projet Nabucco n’allait pas plus loin au-delà de Bakou.

Mais, les découvertes en 2010 le gisement d’Umid et en 2011 le gisement Absheron a ravivé les espoirs de voir la Nabucco envahir encore les débats sur la sécurité énergétique de l’Europe. Car, l’Azerbaïdjan seule en détournant les territoires russe et iranien pourra approvisionner du gaz nécessaire pour le projet Nabucco.



À lire aussi