Tansu Çiller : Femme politique turque - Turquie News
mardi 9 août 2022

Tansu Çiller : Femme politique turque

Publié le | par Hakan | Nombre de visite : 308 |

Tansu Çiller, née le 24 mai 1946, est une économiste et une femme politique turque. Elle est la première et la seule femme à exercer la charge de Premier ministre dans son pays. Née à Istanbul, elle fréquente le lycée américain (Robert College) et obtient le diplôme de l’école des sciences économiques de l’université du Bosphore. Elle devient enseignante dans cette même université en 1983. Entrée en politique en 1990, elle est élue au parlement en octobre 1991 et devient ministre de l’Économie dans le gouvernement de Suleyman Demirel. Ce dernier accédant à la présidence en 1993, elle hérite de la direction de son parti, le DYP et de la présidence du gouvernement de juin 1993 à mars 1996.

Après les élections législatives anticipées de décembre 1995 son parti perd la majorité parlementaire, et elle décide donc de s’allier avec le Parti de la Prospérité (Refah Partisi), islamiste, de Necmettin Erbakan pour constituer une majorité parlementaire. Elle mit au point avec lui une alternance du pouvoir, visant à partager le poste de Premier ministre. En attendant son tour, elle devint ministre des Affaires étrangères. Suite à la démission d’Erbakan en juin 1997, la coalition DYP-RP prit fin et elle est passée à l’opposition.

Elle se retira de la vie politique après la défaite électorale lors des législatives de novembre 2002. Son nom, ainsi que celui de son époux, sont impliqués dans plusieurs affaires de corruption. Elle a en effet fait l’objet d’enquêtes par le Parlement turc après 1997, bien qu’elle ait échappé à toute condamnation, de même que l’ex-premier ministre Mesut Yılmaz, grâce à son immunité parlementaire et à la prescription et au soutien apporté par les députés du DYP, de l’ANAP et du DSP. Elle menait une politique forte contre le PKK, organisation indépendantiste kurde. Elle est mariée à Özer Çiller et le couple a deux fils.

Souce : Mémoires de guerre

À lire aussi