30 mai 2024

42 visites en ce moment

100e anniverssaire de la république de Turquie

Actualité

REVUE DE PRESSE DU 04 OCTOBRE 2017

Publié le | par Dilek, Pakize | Nombre de visite 568
REVUE DE PRESSE DU 04 OCTOBRE 2017

Par Dilek

Revue de presse du 4 octobre
©Turquie-News 2017

Retrouvailles turco-russe

Les présidents de Russie et de Turquie, Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdoğan se sont rencontrés jeudi 28 septembre pour se pencher sur divers sujets comme le contrat d’armement mais aussi ils comptent trouver un arrangement sur le conflit syrien. Ils tentent d’être sur la même longueur d’onde malgré des dossiers ardus et sensibles. Cette rencontre inquiète l’Occident souligne le journal LE MONDE. L’achat de système de défense antiaérienne à la Russie n’est certainement pas une bonne nouvelle, en particulier pour les Etats Unis, l’Allemagne et les partenaires de L’OTAN ; surtout que les relations entre Ankara et certains pays de l’UE se sont dégradées.

Cette visite va atténuer leurs divergences et permettre également de discuter sur le referendum d’indépendance du Kurdistan irakien ; sur lequel Moscou se montre plus réservé, qui a d’importants intérêts économiques ajoute le quotidien. A ce sujet RFI se demande s’il faut prendre au sérieux les déclarations d’Ankara menaçant de fermer les frontières suite au référendum de l’indépendance du Kurdistan irakien. Des chars turcs se trouvent depuis le 18 septembre sur la frontière du Kurdistan d’Irak. « Pour qu’Ankara commence à envisager sérieusement une intervention militaire » estime Ünal Çeviköz, ancien ambassadeur de Turquie en Irak entre 2004 et 2006, « il faudrait a minima un changement du statu quo en Irak : l’éclatement du pays et la proclamation d’un Etat kurde indépendant ».

L’ORIENT LE JOUR livre l’analyse de Sinan Ülgen, président du Centre d’études sur l’économie et la politique étrangère (EDAM) à Istanbul et chercheur associé à Carnegie Europe à Bruxelles. « La Turquie voit de plus en plus en Moscou un partenaire conjoncturel, mais tout de même important pour assurer une stabilité régionale qui lui échappe depuis 2011 ». Par ailleurs, Ankara pointe l’absence d’’implication de l’Occident concernant la stabilité de la région. Cependant « Les relations entre la Russie et la Turquie peuvent sembler amicales, mais elles sont pleines de contradictions et devraient rester instables à court terme » expliquent les chercheurs Pavel Baev et Kemal Kirisci, de l’institut Brookings.

LE MONDE ajoute que la visite éclair du président russe avait également pour objectif de rassurer son "ami" Recep Tayyip Erdoğan sur les efforts de concrétisation des accords conclus à Astana (Kazakhastan) avec l’Iran sur la création en Syrie de " quatorze zones de désescalade, dont la plus grosse à Idlib" (région située au Nord-ouest du pays). Cette zone est actuellement sous le contrôle du groupe rebelle Hayat Tahrir Al-Cham, précise le quotidien . Vladimir Poutine reste confiant en déclarant « Malgré les difficultés, nous sommes parvenus à un résultat positif. Ces accords sont notre succès commun ». Toutefois il reste quelques barrières soulève l’article, comme le rôle à jouer de l’Iran. Une réunion a lieu le 4 octobre à Téhéran.

Relations turco-européennes toujours incertaines

L’EXPRESS rapporte les propos du ministre turc des Affaires étrangères, Ömer Çelik, à l’occasion d’une conférence organisée par le Real Instituto Elcano à Madrid « La Turquie n’est pas un camp de réfugiés, mais un allié qui défend le bien commun et la démocratie. Si l’UE ne considère pas la Turquie comme une alliée, la coopération dans d’autres domaines sera impossible ». Il affirme que L’UE ne tient pas ses promesses concernant les réfugiés, selon le ministre elle n’a versé que 820 millions au lieu de la somme de 3 milliard annoncée. Il avertit des conséquences si l’engagement n’est pas tenu.

EURO ACTIV, site consacré aux affaires européennes, quant ‘à lui informe que Ömer Çelik est inquiet de la montée du racisme, de l’islamophobie en Europe « L’islamophobie, la xénophobie et la politique de haine sont en train de se développer en Europe ». Il avise l’Europe de se rapprocher de la Turquie. En revanche, pour le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. C’est entièrement de la faute du « système Erdoğan », si l ’Europe s’éloigne . Ömer Çelik n’accepte pas le chantage envers la Turquie. Un autre point qui agite le ministre turc c’est l’indépendance du Kurdistan irakien « Le jeu qui est en train de se jouer est très risqué, il va créer des conflits et il menace la coexistence dans cette région ».

Ankara, lassé d’attendre son intégration à L’Europe, le président Erdoğan a déclaré devant la troisième session législative du Parlement turc « Nous n’avons plus besoin de devenir membre de l’Union Européenne, mais si l’Union Européenne voulait faire une avancée aujourd’hui, ce serait en autorisant l’accession de la Turquie (à l’UE). Si l’Union Européenne fait cela, nous sommes ici ». Propos rapporté dans LE COURRIER DU SOIR, site d’actualités. Le chef d’Etat turc aurait néanmoins souhaité avoir le soutien de l’Europe lors de la tentative du coup d’état du 15 juillet 2016 et sa lutte contre le terrorisme. Il ne cache pas sa déception. Selon le président, les pays européens « affichent leur haine qu’ils ont accumulée pendant des années contre notre pays, contre notre nation et même contre les musulmans sur les écrans de télé et des ‘une’ de journaux quotidiens ». C’est pourquoi, avance l’article, la Turquie s’est tournée vers la Russie pour renforcer ses relations.

Inauguration d’une base militaire turque en Somalie

Une base militaire turque pouvant accueillir 1 500 soldats pour des formations et qui a couté 50 millions de dollars à la Turquie a été inaugurée samedi 30 septembre en Somalie en présence du chef d’Etat-major, Hulusu Akar et le Premier ministre somalien Hassan Ali Khaire. Sa plus importante à l’étranger souligne RFI. Cette base fera briller l’image de la Turquie dans le monde et en particulier dans le monde musulman pour le président turc Recep Tayyip Erdoğan.

Le quotidien régional breton OUEST FRANCE rappelle que le contrat de reconstruction et de maintenance a été attribué à une compagnie turque et l’aéroport de Mogadiscio est géré également par une compagnie turque, ce qui atteste des prétentions turques sur le sol africain. Ce que retient aussi FRANCE INFO. La Turquie intensifie ses efforts tant diplomatiquement qu’économiquement en Somalie. En 6 ans (de 2010 à 2016) affirme la station, le volume des exportations turques en Somalie est passée de 5,1 millions de dollars à 123 millions de dollars.

Arrestations en Turquie

LE MONDE revient sur le procès à Istanbul des journalistes du journal d’opposition Cumhuriyet, fondé par Atatürk en 1924. Il emploie les vocables d’absurdité et manque de sérieux pour qualifier les charges retenues contre ces personnes. Un observateur de l’institut international de la presse (IPI), Steven Ellis a affirmé que « cette audience était surréaliste ». Bien que l’éditorialiste Kadri Gürsel ait été libéré, d’autres journalistes du quotidien sont encore en détention. Ils comparaitront le 31 octobre, ils sont accusés d’avoir aidé trois "organisations terroristes armées" : le PKK, le DHKP-C et les gülenistes.

OUEST FRANCE quant à lui informe de l’arrestation de de 117 militaires turcs dans la région d’Izmir vendredi 29 septembre. Ils sont soupçonnés d’être en lien avec l’imam exilé Fethullah Gülen que le président turc Erdogan accuse d’être à l’origine du coup d’Etat raté de 2016, ce que dément le prédicateur souligne le journal.

Les chrétiens de Turquie

LA CROIX s’intéresse aux chrétiens de Turquie en y consacrant cette semaine deux articles. Le quotidien se penche sur la communauté vieillissante grecque d’Istanbul. Elle était nettement plus importante jusqu’au milieu du 20ème siècle indique-t-il. Par exemple au lycée Zografeion, vieux de 124 ans. « Le manque d’élèves, c’est notre principal problème », se soucie Giannis Demirtzoglou, le directeur. Les cours sont enseignés en grec, excepté la sociologie et l’histoire de la Turquie. Les grecs sont appelés les Rums en Turquie pour qualifier les descendants de l’Empire romain d’Orient. En 1964 rappelle le quotidien, la Turquie annule le permis de résident de 12000 Rums, ces derniers sont obligés d’aller en Grèce. Cette minorité ne compte plus que 2500 personnes.

Cependant Giannis Demirtzoglou tente d’apporter une note optimiste « on ne peut pas vivre dans le passé, c’est l’avenir qui est important ». Mihail Vasiliadis, revenue en Turquie en 2002 a repris avec son fils Minas Vasiliadis un journal en langue grecque Apoyevmatini (fondé en 1925), publié à 600 exemplaires actuellement, alors qu’autrement le tirage était de 35000. Le fils regrette de ne plus être soutenu financièrement par le gouvernement turc « plus la Turquie s’éloigne de l’Europe, moins les autorités sont susceptibles de nous soutenir » déclare-t-il. D’autant plus que les relations se compliquent entre Ankara et le Patriarcat œcuménique, notamment sur la question de la transformation de la cathédrale-musée Sainte Sophie en mosquée.

Mais fort heureusement, souligne le journal, afin de faire vivre la culture Rum, une maison d’édition, une boite de production, le café Istos mettent en place des initiatives. Anna Maria Aslanoglu, l’une des fondatrices de l’association affirme qu’il y a un véritable besoin : " la littérature rum, par exemple, n’avait jamais été traduite en turc. Et de nombreux auteurs grecs sont traduits en turc depuis une troisième langue ! C’est ce manque que nous voulons pallier. La communauté est désormais vieillissante et très petite, mais la mémoire rum ne va pas mourir ».

Le journal porte également un intérêt à Daniel Çepe. Il est guide dans le sud-est de la Turquie, il fait visiter Mar Ya’qoub, édifié en 359. C’est l’un des plus anciens lieux de culte chrétiens et chefs-d’œuvre de l’art syro-mésopotamien. Daniel Çepe appartient à la dernière famille chrétienne de Nusaybin, aone peuplée de Kurdes musulmans. Depuis 2015 où le PKK a repris les armes, les visites touristiques se font rares déplore-t-il. « Les Kurdes, les Turcs, ça ne m’intéresse pas. Tout ce que je veux, c’est rester ici et faire mon travail. Si je n’étais pas là, les musulmans pourraient prendre l’église, la détruire ou la transformer en mosquée ».

Sources :
http://www.lemonde.fr/international/article/2017/09/28/vladimir-poutine-se-rend-en-turquie-sur-fond-de-rechauffement-des-relations-avec-erdogan_5192696_3210.html
https://www.lorientlejour.com/article/1075337/poutine-et-erdogan-accordent-encore-leurs-violons.html
https://www.letemps.ch/monde/2017/09/29/poutine-erdogan-veulent-renforcer-cooperation-syrie
http://www.lemonde.fr/international/article/2017/09/29/visite-eclair-de-vladimir-poutine-a-ankara-pour-rassurer-son-ami-recep-tayyip-erdogan_5193337_3210.html
http://lecourrier-du-soir.com/2017/10/03/la-turquie-renonce-a-devenir-membre-de-lue-au-moment-ou-macron-veut-batir-une-europe-forte/
http://www.lemonde.fr/europe/article/2017/09/27/le-proces-cumhuriyet-revele-le-delitement-de-l-institution-judiciaire-en-turquie_5192441_3214.html
https://fr.express.live/2017/09/29/turquie-allemagne-ue/
http://www.euractiv.fr/section/elargissement/news/la-turquie-veut-entrer-dans-lue-et-negocier-de-linterieur/
http://www.rfi.fr/europe/20170929-aspirations-independence-kurdistan-irak-vehemence-grandissante-erdogan
https://www.ouest-france.fr/monde/turquie/nouvelle-purge-en-turquie-mandat-d-arret-contre-117-soldats-gulenistes-5280129
https://www.la-croix.com/Religion/En-Turquie-gardien-dune-eglise-edifiee-359-2017-09-29-1200880774
https://www.la-croix.com/Journal/Grecs-dIstanbul-communaute-seteint-2017-09-29-1100880557
http://www.rfi.fr/afrique/20171001-turquie-somalie-camp-militaire-erdogan-shebab
http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2017/10/01/la-turquie-a-inaugre-sa-nouvelle-base-en-somalie-18587.html
http://buzz.lanouvelletribune.info/2017/10/turquie-installe-base-militaire-somalie/
http://geopolis.francetvinfo.fr/la-turquie-installe-en-somalie-sa-plus-importante-base-militaire-a-l-etranger-161259


Lire également