22 mai 2024

25 visites en ce moment

100e anniverssaire de la république de Turquie

La Turquie, un pays majeur de l’OTAN, s’est efforcée de moderniser son arsenal d’avions de combat ces dernières années. Le F-16 américain est en tête de liste.


International

Pas de F-35, de F-16 ou de Typhoon, la Turquie se tourne donc vers le JF-17

Publié le | par Hakan | Nombre de visite 409
Pas de F-35, de F-16 ou de Typhoon, la Turquie se tourne donc vers le JF-17

Cependant, les relations entre la Turquie et les États-Unis ont connu des oscillations continues, conduisant au désaccord des États-Unis avec les intentions d’achat de la Turquie. Par conséquent, la Turquie se trouve dans une position difficile, notamment en ce qui concerne l’expansion de l’OTAN.

Par conséquent, la Turquie a tenté de rechercher des alliances avec l’Europe, dans le but d’accéder aux avions de combat Typhoon. Cependant, ils se sont heurtés à une ferme résistance de la part de l’Allemagne.

Poussée par le désespoir, des informations indiquent que la Turquie envisagerait de se procurer le chasseur JF-17 Thunder, développé conjointement par la Chine et le Pakistan. Il est important de noter que cet avion à réaction est également connu sous le surnom chinois de Fierce Dragon.

Si la Turquie devait prendre la décision définitive d’envisager cette voie, le dernier modèle du FC-1 Fierce Dragon, version 3.0, apparaît comme l’option la plus prometteuse. Il convient de noter que cet avion est classé dans la catégorie des chasseurs de génération 4++.

La Turquie manque d’avions de combat américains F-16V

Les initiés des affaires internationales sont parfaitement conscients que la Turquie, un membre clé de l’OTAN, apporte une dynamique distincte à la table. Ces dernières années ont été témoins de relations tendues entre la Turquie et ses homologues de l’OTAN, notamment les États-Unis.

Les frictions se sont intensifiées lorsque les États-Unis ont exclu la Turquie de l’initiative de coopération mondiale sur le chasseur furtif F-35. Cette décision était une représailles directes contre la décision de la Turquie de se procurer l’appareil antimissile russe S-400.

Cette décision particulière n’a pas plu à la Turquie. Plutôt que de faire marche arrière, elle a persisté dans son acquisition de missiles S-400 et a en outre renforcé encore davantage son alliance avec la Russie.

De l’autre côté du fossé, les États-Unis, visiblement mécontents, ont cherché une fois de plus à limiter les ambitions de la Turquie. Cette fois, ils ont fait pression sur la Turquie pour qu’elle réduise sa demande d’acquisition d’avions de combat F-16V.

La Turquie a pris des mesures

Dans un geste inattendu, la Turquie a exprimé son intérêt pour l’achat d’avions de combat Eurofighter Typhoon en Europe. Simultanément, la confusion surgit lorsque la Turquie bloque l’entrée potentielle de la Suède dans l’OTAN.

Malgré le refus de la Turquie d’approuver l’adhésion de la Suède, la Finlande, qui a également demandé son adhésion à l’OTAN, a obtenu sa place il y a plus de huit mois. Pendant ce temps, l’éventuelle adhésion de la Suède est en jeu.

Cependant, cette décision a encore tendu les relations entre la Turquie et plusieurs pays importants de l’OTAN. Cela se reflète dans l’approbation imminente de l’achat par la Turquie du F-16V américain, qui n’a toujours pas été approuvée à ce jour.

À peu près au même moment, alors que la Turquie envisageait d’acquérir les avions de combat européens Typhoon, l’Allemagne cherchait résolument des raisons d’affirmer sa position.

Les typhons sont la deuxième meilleure option pour la Turquie

Des rapports indiquent que la Turquie envisage d’acheter 40 avions de combat Typhoon, mais cette décision se heurte à l’opposition de l’Allemagne. Beaucoup pensent que cette opposition est d’une manière ou d’une autre influencée par les États-Unis.

Pour une compréhension plus claire, le projet de construction d’avions de combat Typhoon est un effort conjoint impliquant quatre pays : le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne. Lorsqu’il s’agit de ventes à des clients étrangers, un consensus est requis dans chacun de ces pays.

Alors, que se passe-t-il lorsque la voie est bloquée ?

Les médias étrangers suggèrent que le choix optimal pour la Turquie pourrait être d’acquérir les avions de combat russes Su-35. Néanmoins, une telle décision pourrait avoir des répercussions importantes, attisant les tensions persistantes dans les relations entre la Turquie et les États-Unis [OTAN].

De plus, l’intégration des avions russes avec le matériel militaire turc existant, principalement américain, présente des défis techniques et, par conséquent, un prix élevé en raison des limites technologiques des avions de fabrication russe.

La dernière version du JF-17 Thunder, codéveloppée par la Chine et le Pakistan, contraste fortement avec les problèmes liés à la technologie russe. Non seulement cet avion est proposé à un prix compétitif, mais il présente également une compatibilité technique exceptionnelle avec les équipements électroniques occidentaux.

De plus, lorsqu’il est équipé de radars actifs à balayage électronique [AESA] et de missiles air-air PL-10, le JF-17 Thunder offre des performances de combat comparables à celles des chasseurs occidentaux de génération 4++.

La Turquie rencontre Fierce Dragon

Si la Turquie réussit à acquérir 40 FC-1 Fierce Dragon version 3.0, ce ne serait pas seulement le premier exemple d’un chasseur de conception chinoise pénétrant dans un pays important de l’OTAN. Cela représenterait également une transaction substantielle et de grande valeur.

Plusieurs analystes ont attiré l’attention sur un souvenir commun à de nombreux Chinois concernant l’incident du missile HQ-9 survenu il y a environ dix ans. À cette époque, la Turquie utilisait l’acquisition du HQ-9 comme levier de négociation, jouant la « carte de la Chine » pour se procurer un missile Patriot auprès des États-Unis.

Récemment, certains médias suggèrent que la Turquie pourrait recourir à sa stratégie antérieure, en utilisant le FC-1 Fierce Dragon version 3.0 comme moyen de contraindre les États-Unis et l’Europe à ouvrir les portes aux ventes d’armes pour avions de combat.

Aussi vrai soit-il, le FC-1 Fierce Dragon version 3.0 n’est pas à la hauteur du J-10CE, sans parler du chasseur F-16V et du chasseur Typhoon. Par conséquent, la possibilité de les remettre à la Turquie pourrait facilement se révéler être un autre écueil.

La Turquie est trompeuse

Les experts du secteur s’accordent généralement sur le fait que la principale motivation de la Turquie derrière son annonce d’un intérêt potentiel pour l’achat d’avions de combat chinois était probablement d’exercer une pression sur les États-Unis pour les forcer à faire des concessions.

En supposant que la Turquie maintienne son engagement auprès de l’OTAN après une période de querelles diplomatiques, le consensus est que la nation donnera finalement son feu vert à l’inclusion de la Suède dans l’OTAN et que les États-Unis procéderont à la vente d’avions de combat F-16V à la Turquie.


Lire également
Les Philippines reçoivent deux hélicoptères T129 ATAK de Turquie

Les Philippines reçoivent deux hélicoptères (…)

20 mai 2024

La Turquie dévoile un plan d'austérité pour lutter contre l'inflation

La Turquie dévoile un plan d’austérité pour (…)

20 mai 2024

France : Mort cérébrale d'un jeune d'origine turque blessé lors d'un incident impliquant un véhicule de police

France : Mort cérébrale d’un jeune d’origine (…)

9 septembre 2023

La start-up Getir quitte les États-Unis et l'Europe, se recentrera sur la Turquie

La start-up Getir quitte les États-Unis et (…)

3 mai 2024