mercredi 30 novembre 2022

Les relations gazières entre la Turquie et la Russie deviennent litigieuses

Publié le | par Hakan | Nombre de visite : 582 |
Les relations gazières entre la Turquie et la Russie deviennent litigieuses

La fermeture soudaine pour « maintenance » par le géant gazier russe Gazprom d’un important gazoduc transportant du gaz vers la Turquie a coïncidé avec les pourparlers sur les offres d’adhésion de la Finlande et de la Suède à l’OTAN.

Alors que le géant gazier russe Gazprom a de nouveau réduit ses exportations de gaz vers l’Europe cette semaine et que la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a accusé Moscou de « chantage », la Turquie – en tant qu’État non membre de l’UE – peut sembler à première vue être en sécurité isolée de ce que beaucoup en Turquie considèrent comme un problème purement européen.

La réalité est que les relations énergétiques turco-russes ont été marquées par des différends fréquents et parfois très conflictuels, car la récente coupure du flux de gaz vers la Turquie par la Russie - dans un délai sans précédent selon les experts - a fourni un aperçu rare de la nature de la relation complexe.

Les entreprises turques détiennent des contrats pour 31,75 milliards de mètres cubes par an (bcm/an) de gaz russe, en vertu desquels la Turquie a importé l’année dernière 26,3 milliards de mètres cubes, répondant à 45 % de ses besoins en gaz. La dépendance est également synonyme de vulnérabilité, comme Ankara l’a découvert en janvier de cette année lorsque l’Iran, qui ne fournissait l’année dernière que 16 % du gaz turc, a interrompu ses exportations pendant trois semaines, la pénurie qui en a résulté forçant la fermeture de centrales électriques et d’une grande partie de l’industrie turque.

La décision d’Ankara de ne pas suivre les sanctions de l’UE contre la Russie en réponse à son invasion de l’Ukraine semblerait logique, mais en même temps, la Turquie a fourni des drones à l’Ukraine, qui ont été déployés avec succès pour attaquer les forces russes et le mois dernier a transité du gaz à la Bulgarie à la place du gaz russe que Moscou avait décidé de couper.

Alors pourquoi la Russie n’a-t-elle pas utilisé le gaz pour faire pression sur la Turquie ? En fait, il est loin d’être clair que Moscou ne l’a pas fait. Les importations russes de la Turquie proviennent de deux contrats détenus par l’importateur public de gaz Botas pour 16 milliards de m3/an et 5,75 milliards de m3/an, respectivement, les 10 milliards de m3/an restants étant répartis sur huit contrats détenus par sept sociétés privées.

Alors que les responsables turcs et russes commentent rarement, voire jamais, publiquement les différends énergétiques, ceux-ci sont à la fois fréquents et parfois très conflictuels à huis clos et avec seulement quelques rapports apparaissant dans les médias turcs de plus en plus restreints, l’image complexe qui émerge des relations gazières de la Turquie avec la Russie soulève plus de questions que de réponses.

L’excuse actuelle de Gazprom pour réduire le flux de gaz vers l’Europe via son gazoduc principal Nord Stream 1 est la nécessité de travaux d’entretien périodiques. Passé largement inaperçu, il y a deux mois, la même excuse a été utilisée pour un arrêt de maintenance de 10 jours du gazoduc Blue Stream, qui transporte environ 60 % des importations de gaz russe de la Turquie – l’arrêt a été annoncé avec un préavis de seulement deux jours .

Selon un ancien haut responsable de Botas, un avertissement aussi court est "sans précédent", avec un arrêt de maintenance similaire sur le pipeline TurkStream qui livre le reste des importations russes de la Turquie qui était prévu pour fin juin annoncé début mars.

C’est peut-être une coïncidence si la décision de Gazprom est intervenue juste au moment où l’OTAN demandait à la Turquie d’approuver l’adhésion de la Suède et de la Finlande face à l’opposition russe. Mais ce ne serait pas non plus la première fois que Moscou utilise des coupures de gaz pour faire pression sur Ankara.

En 2014, Gazprom a réduit les flux de gaz vers la Turquie sans avertissement, les rétablissant le mois suivant seulement après qu’Ankara eut signé un accord autorisant la construction du gazoduc TurkStream à travers la Turquie vers l’Europe.

Le renouvellement à la fin de l’année dernière du contrat de Botas pour le gaz russe livré via TurkStream, qui devait expirer en décembre 2021, soulève davantage de questions.

Les responsables ont confirmé en 2019 que des négociations étaient en cours, mais ce n’est qu’en janvier que la confirmation est apparue qu’un nouvel accord avait été signé.

Les quelques détails qui ont émergé par la suite semblent confirmer les rumeurs selon lesquelles les pourparlers ont abouti et face à la menace de pénurie de gaz, Botas a été contraint d’accepter des conditions pires que l’accord expiré, sont correctes.

Encore plus opaque est la situation des sept importateurs privés de gaz russe.

Une combinaison de la crise économique turque de 2018 et des prix bas du GNL qui ont suivi a vu les sept sous-cotés par Botas et incapables de vendre leur gaz.

Leurs importations combinées sont passées de 74 % des 10 milliards de mètres cubes sous contrat en 2018 à seulement 13 % en 2019. Bien qu’elles aient atteint 39 % l’année dernière, plusieurs des sept n’ont pas respecté leurs contrats.

Pour compliquer encore les choses, trois des sept - Akfel Gaz, qui a continué d’importer régulièrement du gaz russe, et Avrasya Gaz et Enerco Enerji, qui ne l’ont pas fait - sont en fait des entreprises d’État. Les autorités turques ont saisi les entreprises en 2016 après que leurs propriétaires auraient soutenu le mouvement illégal et terroriste de Gulen, qui est accusé d’avoir orchestré la tentative de coup d’État ratée de 2016.

Selon une source connaissant le dossier, Moscou - malgré l’implication du gouvernement turc - a choisi de traiter le problème comme un différend commercial, les importateurs privés ayant été condamnés l’année dernière par un tribunal arbitral international à rembourser leurs dettes.

Cela ne semble pas s’être produit, quatre des sept entreprises n’ayant effectué aucune importation au cours des quatre premiers mois de cette année malgré le besoin désespéré de la Turquie de plus de gaz en janvier et février lorsque l’Iran a interrompu ses exportations sans avertissement.

Si cela n’était pas suffisamment déroutant, le Fonds d’assurance des dépôts d’épargne (TMSF) du pays a fusionné l’année dernière ses trois importateurs privés de gaz en une seule société, Akfel Gas Group, qu’il a ensuite mis en vente . À l’exception de la date limite d’appel d’offres qui a ensuite été prolongée jusqu’en février, aucune autre nouvelle n’a émergé et toute mention de la société et de sa vente a été supprimée du site Web de TMS.

Mais même cette situation compliquée est dérisoire par rapport à celle du seul importateur turc privé de gaz russe qui a continué à importer ses volumes contractuels : Bosphorus Gaz, qui jusqu’en 2018 était détenu majoritairement par Gazprom elle-même.

En octobre 2020, les services de renseignement turcs ont démantelé une opération d’"espionnage" présumée au cours de laquelle des dirigeants du Bosphore auraient vu des responsables du Bosphore soudoyer des responsables de Botas pour qu’ils remettent des informations confidentielles qui ont ensuite été transmises à une "compagnie énergétique étrangère" anonyme.

Alors que les responsables turcs et russes maintiennent leur silence "traditionnel", ni l’identité de la "société énergétique étrangère" ni l’endroit où se trouve le PDG de Bosphorus, Mert Goksu - qui aurait fui la Turquie - n’ont été confirmés.

Presque le seul fait sur l’affaire qui a été rendu public par la suite est qu’en janvier, la Cour constitutionnelle turque a rejeté un appel de la directrice générale adjointe de Bosphorus, Emel Ozturk, selon lequel son arrestation et son maintien en détention dans l’attente du procès étaient illégaux.

Alors qu’est-ce que tout cela veut dire si ce n’est confirmer qu’en matière de vente de gaz, la relation entre la Turquie et la Russie est loin d’être celle d’un simple vendeur-acheteur, certains diraient même dysfonctionnelle ?

On peut dire que la seule chose qui soit claire est qu’avec près de la moitié du gaz turc provenant de Russie et plus de 34 % de l’électricité turque produite par des centrales électriques brûlant du gaz, toute décision de Moscou de traiter la Turquie avec les mêmes réductions de gaz qu’elle impose à L’Europe aurait un impact très grave.

"La Turquie n’a ni les approvisionnements alternatifs ni la capacité de stockage pour faire face à une coupure d’approvisionnement en gaz en provenance de Russie", a confirmé David Tonge, responsable de la recherche et du conseil IBS basé à Istanbul.

Alors que la Turquie devrait accueillir des élections législatives et présidentielles l’année prochaine et que le président turc Recep Tayyip Erdogan a obtenu de mauvais résultats dans les récents sondages d’opinion, une coupure de l’approvisionnement en gaz pendant l’hiver est quelque chose qu’Ankara voudra éviter.

Source : Al Monitor



À lire aussi