lundi 30 janvier 2023

Le poète le plus connu en Turquie Nâzim Hikmet ; Amours, séparations et ses années difficiles

Publié le | par Hakan | Nombre de visite 455
Le poète le plus connu en Turquie Nâzim Hikmet ; Amours, séparations et ses années difficiles

Nazim Hikmet… Poète du monde, communiste romantique, grand amant, plaideur téméraire. Un écrivain qui aime la vie avec tous ses défauts et ses beautés et qui dit "vivre est une bonne chose mon frère". Quand vous le regardez d’ici, il n’y a presque aucun moment où votre vie n’est pas tissée de miracles. Que dirait-il si on lui demandait ? En fait, il y répond dans son poème « Autobiographie » écrit deux ans avant sa mort : « … même si je meurs de chagrin aujourd’hui à Berlin / je peux dire que j’ai vécu humainement / et combien de temps je vivrai / qui sait quoi sinon je passerai." Des pages de notes devant moi. , attendant de plier bagages et de passer à l’écriture.

Nazim Hikmet, la période de sa naissance, ses origines familiales, l’éducation qu’il a reçue, son soutien bénévole à la Lutte Nationale, ses contributions à la poésie turque, ses amours, ses années de prison et d’innombrables autres aventures que je ne peux finir en les séparant avec une virgule. Nous disons tout, mais ce que nous pouvons dire sur Nâzım et son père poète est en fait très peu.

Premières années

Premières années de Nazim Hikmet
Premières années

Nazim Hikmet est né le 15 janvier 1902 à Thessalonique. Il appartient à une haute famille ; Mehmed Nâzım Pacha, qui était son grand-père du côté de son père, est un Mevlevi qui a servi comme gouverneur dans divers endroits, son père Hikmet Bey est le directeur de la presse et sa mère Celile Hanım est l’une de nos premières femmes peintres. Le grand-père de sa mère, Mustafa Celaleddin Pacha, est un ingénieur et turcologue polonais du nom de "Borjenski", qui est venu à Istanbul et s’est converti à l’islam. Nazim Hikmet grandit dans une telle famille qui occupe des postes importants et s’intéresse de près à l’art. Même avant l’école, il a reçu sa première éducation de sa mère et de son grand-père Mevlevi, Mehmed Nâzım Pacha, qui était également poète. Ajoutons que le frère de Nâzım, İbrahim Ali, né en 1905, est décédé l’année suivante des suites d’expectorations d’oiseaux. En 1907, sa sœur Samiye est née.

Le premier poème

Le premier poème de Nazim
Nazim

Nâzım a rencontré la poésie à l’âge de 11 ans, en 1913. Vous serez peut-être surpris, mais son premier poème n’est pas un poème d’amour, il s’agit d’un événement "social" dans lequel ses idées fleuriront plus tard. A propos de ce poème intitulé "Feryad-ı Vatan", Asım Bezirci dit dans son livre sur Nâzım : "Le premier poème de son carnet est daté du 20 juin 1329 (3 juillet 1913). Nazim Hikmet a écrit ce poème intitulé ’Feryâd-ı Vatan’ quand il avait onze ans. Le poème, qui a été écrit après la défaite des Ottomans dans la guerre des Balkans et l’arrivée des ennemis à Çatalca, reflète la profonde tristesse du poète ainsi que son désir et son espoir de sauver sa patrie bien-aimée. Cependant, selon sa propre déclaration, le premier poème qu’il a écrit était "Fire". Il a écrit ce poème le 6 Kanun-ı avoué 1330 (19 décembre 1914) après qu’un incendie se soit déclaré dans un bâtiment en face de leur maison. C’est une expérience disproportionnée, ou plutôt déformée, ordonnée. Selon les mots du poète, le mètre est fait avec les imitations sonores des poèmes écrits en aruz que son grand-père récitait à haute voix.

Feryad-i Vatan

C’était un matin brumeux et pourtant il était entouré de fumée ... Un son lointain est venu de loin, oh mon dieu !
Tu écoutes ce cri de la patrie Écoute et règle ta conscience comme ça Le cœur brisé de la patrie t’attend.

Années d’études

La première éducation de Nâzım

La première éducation de Nâzım a été donnée à la maison par sa mère, Celile Hanım, qui était peintre, et son grand-père Mevlevi, Mehmed Nâzım Pacha, qui était poète. Celile Hanım est la tante de l’une de nos premières femmes peintres turques, la poétesse Oktay Rıfat, et appartient à une famille d’éducateurs. Il est élevé en privé à la maison, prend des cours de peinture. Le poète raconte ce qui suit à propos de cette atmosphère à la maison : « Mon grand-père, Mevlevi Nâzım Pacha, était poète, ma mère aimait Lamartin. La poésie était prédominante dans notre maison, malgré l’indifférence de mon père à la littérature.’’ Après avoir obtenu son diplôme de l’école primaire (Taşmdep) avec son ami Vala Nurettin, il s’est inscrit au lycée Galatasaray d’aujourd’hui. Comme c’est une école chère, il est emmené d’ici un an plus tard et envoyé au lycée Nişantaşı. Le poète est ici un élève exemplaire et reçoit de nombreux avis « bien faits » de ses professeurs. Des formations en français tant au sein de la famille qu’en français, Cela l’aide aussi à développer son langage. Puis c’est au tour de l’Ecole Navale.

Marine Nazim

Le poète entre à l’école navale de Heybeliada en 1917, à l’âge de 15 ans. Dans les dernières années du lycée Nişantaşı, Nâzım Hikmet, déjà influencé par la poésie de son grand-père Nâzım Pacha, assiste à une réunion de famille et lit un poème héroïque qu’il a écrit pour les marins. Parmi ceux qui écoutent cela se trouve le ministre de la Marine, Cemal Pacha. Ainsi, en 1917, Nâzım poursuit ses études de marine. Le beau-fils de Nâzım, l’écrivain Memet Fuat, raconte ces années comme suit : "Nâzım Hikmet est diplômé de l’école navale de Heybeliada en 1917 et a été nommé officier de pont stagiaire sur le croiseur Hamidiye en 1919. Au cours de l’hiver de la même année, il a récidivé avec une pleurésie alors qu’il était dans sa dernière année. Après une période de traitement de deux mois sous la supervision de l’ami de la famille, médecin-chef de l’hôpital naval Hakkı Şinasi Pacha, il a été autorisé à se reposer à la maison pendant encore deux mois. Quand on a vu qu’il ne pouvait pas récupérer à la fin de cette période et ne pouvait pas retrouver la santé pour servir comme officier de marine, il a été renvoyé du service militaire le 17 mai 1920, avec le rapport du Conseil de santé.

Son professeur, Yahya Kemal Beyatlı

Yahya Kemal Beyatlı
Yahya Kemal Beyatlı

Alors qu’il était élève à l’école navale de Nâzım, il prend ses cours d’histoire et de littérature auprès de Yahya Kemal Beyatlı, grand nom de l’époque et de la poésie turque. Les Beyatlı Nâzıms sont aussi des amis de la famille et vont chez eux. On sait même qu’il y avait une histoire d’amour entre Beyatlı et la mère du poète Celile Hanım à cette époque, mais la célèbre note de Nâzım "Tu ne peux pas entrer dans cette maison comme mon professeur, tu ne peux pas entrer comme mon père" met fin à cet amour. Revenons à notre sujet ; Nâzım, qui avait une grande admiration pour son professeur à cette époque, a montré à Beyatlı ses propres poèmes et a obtenu ses opinions. A propos de cet achat, le poète raconte : « Puis j’ai écrit mon troisième poème quand j’avais 16 ans. Je pense qu’un grand poète turc était amoureux de ma mère, Yahya Kemal, qui a apporté un nouveau langage poétique et une nouvelle compréhension de la poésie turque à cette époque. Ma mère lisait ses poèmes à la maison. Le poète était mon professeur d’histoire à l’École navale. C’était à propos du chat de ma sœur, c’est ce que j’ai écrit. Je l’ai montré à Yahya Kemal, il voulait voir le chat aussi, et il ne ressemblait pas tellement au chat qu’il a vu dans mon poème qu’il m’a dit ; "Tu sais faire l’éloge de ce sale chat galeux comme ça, tu vas être poète", a-t-il dit.

Ses premiers poèmes publiés et premier prix

Nâzım est un nom connu sous le nom de « jeune poète » qui a été progressivement connu et aimé par les cercles de poètes de cette période. En 1920, il participe à un concours ouvert par le journal « Alemdar » et remporte ce concours avec des noms importants dans le comité de sélection. Faruk Nafiz, Yusuf Ziya Ortaç, Orhan Seyfi Orhon commencent à faire l’éloge du poète. D’après ce qu’il a dit à propos de cette période : "Je pense que mon premier poème a été publié quand j’avais 17 ans. Autrement dit, c’était sur les morts qui ont aimé dans leur vie, qui ont pleuré dans les "Cyprès", c’est-à-dire dans les cimetières. Yahya Kemal avait corrigé de nombreuses parties. Puis je suis tombé amoureux des filles et j’ai écrit de la poésie.

Appui à la lutte nationale

Appui à la lutte nationale

Les poèmes d’amour qu’il écrivait aux filles étaient de courte durée, car des événements importants se déroulaient dans sa ville natale, l’Empire ottoman, que l’Occident appelait "l’homme malade". Istanbul est sous occupation et Nâzım, qui aime beaucoup sa ville natale, veut rejoindre la Lutte Nationale sous la direction d’Atatürk. Le 1er janvier 1921, grâce à une organisation secrète qui faisait passer en contrebande des armes et des munitions à Mustafa Kemal, Faruk Nafiz, avec Yusuf Ziya et son ami d’enfance Vala Nureddin, montèrent à bord du ferry du Nouveau Monde au départ de Sirkeci. Leur but est d’aller à Ankara et de devenir les soldats de la lutte. Lorsqu’ils sont arrivés à İnebolu, après quelques jours d’attente, Ankara n’a autorisé que Nâzımla Vala Nureddin. Pendant leur séjour à İnebolu, ils rencontrent de jeunes étudiants allemands qui leur ressemblent. La première fois que Nâzım a rencontré l’idée du socialisme coïncide avec cette période. parce que ces étudiants allemands décrivent l’Union soviétique et le socialisme comme le premier pays à reconnaître les frontières du Pacte national turc. Nâzım est profondément touché par ce que lui disent les étudiants, car il fait partie de ces personnes qui souhaitent sincèrement que la pauvreté dans son pays cesse.

La rencontre d’Atatürk et Nâzım

La rencontre d'Atatürk et Nâzım

Après une courte période à İnebolu, deux poètes qui se sont rendus à Ankara se voient confier une tâche sacrée. En conséquence, on leur demande d’écrire un poème invitant la jeunesse d’Istanbul à la lutte nationale. Le retentissement de ce poème, imprimé et distribué à dix mille exemplaires en mars 1921, sera grand. A tel point que si les jeunes d’Istanbul affluent vers Ankara, comment leur trouver un emploi commence à être discuté. Plus tard, de jeunes poètes sont présentés à Atatürk. Vâlâ Nureddin, qui était l’ami d’enfance de Nâzım et était avec lui à Ankara, décrit l’événement comme suit dans son livre « Nâzım est passé dans ce monde » : « Sans avoir besoin de clichés, Mustafa Kemal est entré dans un point très important pour nous : certains jeunes poètes sont modernes, ils s’écartent de la voie de l’écriture de poèmes sans sujet. Je vous recommande d’écrire des poèmes utiles, dit-il. Il parlerait plus. Mais une ou deux personnes s’approchèrent précipitamment du feu. Ils ont apporté un télégramme. Quand Pacha y jeta un coup d’œil, il s’intéressa au télégramme. Il hocha la tête et s’éloigna de nous.

Départ pour Moscou

Départ de Nazim Hikmet pour Moscou
A1

Nâzım Hikmet et Vâlâ Nureddin ont été nommés à Bolu comme enseignants après Ankara, où ils ont enseigné pendant une courte période. Cependant, comme l’environnement est assez conservateur et que les gens du quartier n’aiment pas ces deux enseignants nouvellement arrivés, ils réalisent tous les deux qu’ils ne peuvent pas se sentir à l’aise ici et prennent une décision. Sous l’influence de Ziya Hilmi, le chef adjoint de la Cour pénale lourde, qui leur a parlé de l’Union soviétique et de Lénine à Bolu, ils ont décidé d’aller à Moscou et d’y étudier. Le beau-fils du poète et écrivain Memet Fuat raconte à ce sujet : "Ils quittèrent Bolu en août 1921, se faisant passer pour un enseignant à l’est, à côté de Kazım Karabekir Pacha, et allèrent de Zonguldak à Trabzon en ferry, puis de nouveau en ferry le 30 septembre 1921. Ils arrivèrent à Batoumi. Ainsi, ayant mis le pied en Union soviétique,

Nouvelle compréhension de la poésie

Depuis son enfance, Nâzım a été contraint d’écrire de la poésie en prosodie aruz. Un langage propre et un mètre syllabique peuvent être vus dans les poèmes qu’il a écrits sur le pays plus tard, c’est-à-dire dans les années où il a déménagé en Anatolie. Cependant, cela ne suffit pas au poète géant, il cherche d’autres solutions. A ce sujet, il dit : « Je suis allé en Anatolie. Les gens se battaient avec leurs chevaux maigres, l’arme de Noé, la faim et les poux. contre les armées grecques. J’ai découvert la nation et sa guerre. J’ai été choquée, effrayée, aimée, évanouie et j’ai senti que je devais écrire tout cela différemment, mais je ne pouvais pas. Une plus grande commotion cérébrale était nécessaire…’’ Cette grande commotion cérébrale nécessaire apparaît devant lui à Batoumi lors de son voyage à Moscou. Il a été grandement influencé par l’ordre du poème, qu’il a vu dans le journal "Izvestiya" à Batumi et qui appartient probablement à Mayakovsky, composé d’une longue et d’une courte phrase. Bien qu’il ne puisse pas comprendre le contenu parce qu’il ne connaît pas le russe, la porte qui apportera une nouvelle compréhension de la poésie à la poésie turque est également ouverte. Il a commencé à écrire le poème "Les yeux des affamés" sur la faim et la misère qu’il a vues lorsqu’ils sont allés à Moscou, et il l’a écrit à une échelle libre, tout comme le poème qu’il a vu dans le journal. C’est une nouvelle mesure pour la poésie turque et Nâzım Hikmet est devenu le pionnier de cette poésie libre qui s’est développée avec la République.

Les globes oculaires des affamés

Pas quelques-uns, pas cinq dix trente millions de nôtres affamés !

Ils sont à nous ! Nous sommes eux ! Vagues de la mer ! Vos vagues de la mer !

Pas quelques, pas cinq, dix 30 000 000, 30 000 000 !
Les affamés font la queue !
Ni homme, ni femme, ni garçon, ni fille, ce sont des arbres
maigres et spongieux aux
branches
tordues !
Ni homme, ni femme, ni garçon, ni fille, les
affamés sont alignés !

Retour en Turquie et fuite vers les Soviétiques

Retour en Turquie de Nazim Hikmet et fuite vers les Soviétiques

Nazim Hikmet revient de Moscou, où il est allé avec son ami Vala Nureddin, avec de nouvelles idées, un système de poésie et l’apprentissage du russe. Le poète, qui voulait retourner dans sa ville natale après avoir obtenu son diplôme universitaire, est venu secrètement en Turquie en octobre 1924 et a commencé à travailler dans le magazine "Aydınlık". Cependant, les choses ne sont pas si faciles pour Nâzım ; Lorsqu’il se rend compte qu’il est suivi par la police, il se rend à Izmir pour fonder une imprimerie. Le 1er mai 1925, le magazine Aydınlık a été fermé et la plupart des employés ont été arrêtés. Voici un extrait de ce que Memet Fuat a compilé à propos de cette période : "Lorsque le procès devant le tribunal de l’indépendance d’Ankara s’est terminé le 12 août 1925, on a vu que Nâzım avait également été condamné à 15 ans par contumace. Là-dessus, Nazim Hikmet est venu à Istanbul d’Izmir, où il se cachait, à la mi-juin, et est secrètement parti à l’étranger et est retourné en Union soviétique. Lorsqu’il apprend que sa peine entre dans le cadre de l’amnistie prononcée à l’occasion de la fête de la République en 1926, il s’adresse immédiatement à l’ambassade de Turquie avec une demande de passeport afin qu’il puisse officiellement rentrer chez lui. Il n’a pas reçu de réponse positive à ses candidatures répétées. Entre-temps, le 28 septembre 1927, il est condamné à 3 mois de prison, toujours par contumace, pour appartenance à un parti secret dans un procès intenté en raison de tracts distribués à Istanbul. Après une attente d’un an et demi, il réalisa définitivement qu’il n’obtiendrait pas de réponse positive de l’Ambassade, et il publia son premier livre de poésie, La Chanson de ceux qui boivent le soleil, à Bakou en 1928.’’ Entre-temps, le 28 septembre 1927, il est condamné à 3 mois de prison, toujours par contumace, pour appartenance à un parti secret dans un procès intenté en raison de tracts distribués à Istanbul. Après une attente d’un an et demi, il réalisa définitivement qu’il n’obtiendrait pas de réponse positive de l’Ambassade, et il publia son premier livre de poésie, La Chanson de ceux qui boivent le soleil, à Bakou en 1928.’’ Entre-temps, le 28 septembre 1927, il est condamné à 3 mois de prison, toujours par contumace, pour appartenance à un parti secret dans un procès intenté en raison de tracts distribués à Istanbul. Après une attente d’un an et demi, il réalisa définitivement qu’il n’obtiendrait pas de réponse positive de l’Ambassade, et il publia son premier livre de poésie, La Chanson de ceux qui boivent le soleil, à Bakou en 1928.’’

Zekeriya Sertel et le magazine Illustrated Month

Zekeriya Sertel et le magazine Illustrated Month

La même année, c’est-à-dire en juillet 1928, Nâzım, qui est retourné secrètement dans son pays pour s’acquitter, a été arrêté à Hopa et arrêté avec son ami Laz İsmail. À la suite du procès qui s’est terminé le 23 décembre 1928, tous deux ont été libérés et Nazım Hikmet a été inclus dans l’équipe du magazine "Resimli Ay" de Zekeriya Sertel peu de temps après. Ici, il écrit des articles qui feront sensation dans le monde littéraire. Dans le magazine, où ses poèmes sont également publiés, la série d’articles intitulée "Nous lavons les idoles" commence au milieu de 1929 et Abdülhak Hâmid et Mehmet Emin Yurdakul attaquent les poètes. Son livre de poésie "835 Satır", publié en mai 1929, a été écrit en mètre libre, que Nâzım a vu à Moscou et qui était nouveau dans la poésie turque à cette époque, et surtout pour cette raison, il a suscité de grandes répercussions. De ce point de vue, il est évident que Nâzım est un poète d’avant-garde. Un poème dans le livre 835 lignes :

Nous n’avons pas de longs cheveux gras enroulés autour du cou de nos cœurs ,
Adieu, rossignol, âme, clair de lune, bla, bla
Nous sommes rassasiés.
Et pour l’instant , on ne donne pas un sou aux oeuvres du coeur…
Vous nous confiez votre femme sans aucune crainte.
Nous remplissons les cris de Prométhé et fumons notre pipe comme du tabac brut, La donnant avec la tour à feu, épaule contre épaule. Nous choisissons les yeux qui brillent sur les horizons...

Revenir au tribunal

Avec sa nouvelle compréhension de la poésie, Nâzım a trouvé un écho non seulement dans les cercles littéraires, mais aussi dans la police. En juillet 1930, il chante les poèmes "Weed Willow" et "Bahri Hazer" en passant un contrat avec une maison de disques. Lorsque ces enregistrements commencent à être diffusés dans des lieux publics tels que des restaurants et des cafés, la police prend le contrôle de la situation et la deuxième édition du disque n’est pas réalisée. Mais les choses ne s’arrêteront pas là, poursuivons avec ce que Memet Fuat a cité et les phrases que Nâzım s’est défendues devant le tribunal : « Le mercredi 6 mai 1931, à 15 heures, au 2e tribunal correctionnel de première instance, les Turcs Code pénal." Nazim Hikmet est venu au tribunal, qui a commencé sur la base des articles 311 et 312 du Code pénal turc, vêtu d’un costume sombre, d’une cravate rayée et d’un chapeau fedora. Peu de temps après, son avocat İrfan Emin Bey (Kösemihaloğlu) a pris place à côté de lui. La petite salle d’audience était bondée d’étudiants, de jeunes poètes, de dames à chapeaux. À un moment de son interrogatoire, Nazim Hikmet a déclaré : « Il y a cinq ou six points d’accusation dans l’acte d’accusation. Tout d’abord, c’est considéré comme un crime de déclarer que je suis communiste. Oui, je suis communiste, c’est sûr. Je suis un poète communiste et j’essaie d’être un communiste plus fondamental. Conformément au Teşkilat-ı Esasiye Kanunu, je n’aurais pas commis de crime en étant un poète communiste. Le communisme est une façon de penser. L’idéal communiste n’est pas un crime, tout comme les autres professions économiques et politiques ne sont pas des criminels. Il n’y a aucune prétention que j’incite une classe de personnes contre une autre. À la fin de l’interrogatoire, le procureur a exprimé son opinion sur le fond et a déclaré : L’avocat İrfan Emin Bey, quant à lui, a fait une longue et enthousiaste défense. Il a terminé son discours dans lequel il a également évoqué la guerre de la Turquie contre l’impérialisme en disant : "Nous exigeons notre acquittement en nous joignant à la demande de l’accusation". Les juges se sont retirés, prenant une pause de dix minutes pour examiner le dossier. Un verdict d’acquittement était attendu dans la salle d’audience. Mais cela n’arriva pas, le procès fut ajourné jusqu’au matin du dimanche 10 mai 1931. Ce report, qui éveilla la méfiance de certains, augmenta complètement l’intérêt, et le public venu le dimanche matin ne rentra pas dans la salle et déborda dans le couloir. Lorsque la décision a été lue à l’unanimité comme un acquittement, il y a eu de grands applaudissements. Un verdict d’acquittement était attendu dans la salle d’audience. Mais cela n’arriva pas, le procès fut ajourné jusqu’au matin du dimanche 10 mai 1931. Ce report, qui éveilla la méfiance de certains, augmenta complètement l’intérêt, et le public venu le dimanche matin ne rentra pas dans la salle et déborda dans le couloir. Lorsque la décision a été lue à l’unanimité comme un acquittement, il y a eu de grands applaudissements. Un verdict d’acquittement était attendu dans la salle d’audience. Mais cela n’arriva pas, le procès fut ajourné jusqu’au matin du dimanche 10 mai 1931. Ce report, qui éveilla la méfiance de certains, augmenta complètement l’intérêt, et le public venu le dimanche matin ne rentra pas dans la salle et déborda dans le couloir. Lorsque la décision a été lue à l’unanimité comme un acquittement, il y a eu de grands applaudissements.

Nouveaux livres de poésie et pièces de théâtre

Nâzım maintient le mètre libre comme un poète extraordinairement productif, et construit également un poème remarquable dans le contenu en traitant des réalités sociales. Après que Benerci s’est tué (1932), il a été mis en scène au Darülbedayi (théâtre de la ville d’Istanbul). Avec la publication de son livre de poésie, Night Gelen Telgraf, en 1933, les tribunaux l’ont à nouveau confronté comme si le destin de Nâzım était son destin. Après un procès mitigé, il rentre, puis profite de l’amnistie due au dixième anniversaire de la République. Il est maintenant temps d’épouser l’une des femmes les plus importantes de sa vie, Piraye, qu’il appelle "la sœur rousse de mon cœur".

Piraye et Nâzım

Piraye et Nâzım

Si nous disons, "Le grand amour était le leur…", ce ne serait pas un cliché quand ces deux noms sont mariés. Nâzımla Piraye, qui s’est rencontrée en 1930, avait en fait prévu qu’ils se marieraient en 1931, mais ce travail a été un peu retardé car le poète n’a pas trouvé l’occasion de dire le tribunal et le procès. Ils se sont finalement mariés le 31 janvier 1935. Ce mariage est en fait le troisième mariage de Nâzım et le deuxième mariage de Piraye. Lorsque Nâzım est allé en Union soviétique, il a épousé Nüzhet Hanım, pour qui il a écrit le poème "Le géant aux yeux bleus".Ils divorcent suite à un malheur. Son autre mariage est avec une fille russe, le Dr. Il le fait avec Lena. Piraye, quant à elle, est une femme divorcée du réalisateur et acteur Vedat Örfi Bengü et a deux enfants. L’un de ces enfants est Memet Fuat, dont je cite souvent le nom en citant ici, et qui est un nom important pour notre monde littéraire. Nâzım commence à travailler pour le journal Akşam afin de subvenir aux besoins de cette famille de quatre personnes. Ici, il écrit des blagues sous le pseudonyme "Orhan Selim", et participe également à des travaux tels que scénariste et réalisateur au İpek Film Studio.

Longue peine de prison

Longue peine de prison pour Nâzim Hikmet

Disons dès le début que Nazim Hikmet a éduqué de nombreuses personnes au cours de sa longue vie en prison. Au même endroit, il dirige Orhan Kemal, féru d’écriture poétique, de prose, et enseigne la peinture au peintre turc İbrahim Balaban, qui se dit « père poète ». Le poète, qui est exposé à certaines provocations et les comprend très bien, ne donne matière à personne, pour ainsi dire. Il est prudent et alerte. Pourtant, les longues années d’emprisonnement sont maintenant proches. Nâzım a été arrêté par la police dans la nuit du 17 janvier 1938. Il est envoyé au tribunal militaire du commandement de l’académie militaire d’Ankara. Espérant être acquitté, le 29 mars 1938, il est condamné à 15 ans de prison pour « incitation à la rébellion contre ses supérieurs militaires ». Puis il est emmené à la prison d’Istanbul Sultanahmet. Le deuxième procès, qui s’ouvrit le 10 août 1938, aboutit à l’accusation du poète d’"incitation à la rébellion militaire" et fut condamné à 20 ans de prison. Une peine totale de 35 ans est réduite à 28 ans et 4 mois pour divers motifs. Il a été envoyé à la maison de détention d’Istanbul le 29 décembre 1938, à la prison de Çankırı en février 1940 et à la prison de Bursa en décembre. Pendant cette période, le poète, emprisonné pendant 12 ans au total, écrit constamment des poèmes en prison. Un poème qu’il a écrit à sa femme Piraye alors qu’il était à l’intérieur :

Mon amour !

Dans sa dernière lettre :
« J’ai mal à la tête, mon cœur est fou ! ’ vous dites.
« S’ils te pendent, si je te perds ; vous dites ;
« Je ne peux pas vivre ! « Vive ma femme, ma mémoire se dissipe comme une fumée noire au vent ; Vive la sœur rousse de mon cœur, la douleur de la mort au XXe siècle dure un an tout au plus . La mort est un mort suspendu à une corde. Mon cœur ne pourra jamais consentir à cette mort . Mais sois sûr, chérie ; Si la main poilue et noire en forme d’araignée d’ un pauvre gitan va mettre la corde autour de ma gorge, ils chercheront en vain à voir la peur dans mes yeux bleus Nazima ! …

Demande de libération et grève de la faim

Demande de libération et grève de la faim de Nâzim Hikmet

Pendant que Nâzım est à l’intérieur, la Seconde Guerre mondiale se termine et bien d’autres choses changent. Vers 1949, l’idée que le poète mentait à l’intérieur en raison d’une "erreur judiciaire" a commencé à monter. Des intellectuels, des artistes et des avocats d’Ankara et d’Istanbul organisent des pétitions pour la libération de Nâzım. Même à l’étranger, artistes et avocats organisent des manifestations dans le même but. Voyant qu’ils ne pouvaient obtenir aucun résultat, Nazim Hikmet a entamé une grève de la faim le 8 avril 1950, après 12 ans d’emprisonnement. Continuons d’ici avec un article de journal de Memet Fuat : « Parce qu’on sait qu’il est malade du cœur et du foie, il a été amené à Istanbul le lendemain, sur ordre d’Ankara, et a d’abord été admis à l’infirmerie de la prison de Sultanahmet. , puis à l’hôpital Cerrahpaşa. Lorsqu’il n’a pu l’empêcher de prendre la décision d’entamer une grève de la faim, Son avocat, Mehmet Ali Sebük, qui s’est rendu directement à Ankara, a envoyé un télégramme à Nazim Hikmet après ses premières rencontres avec les autorités compétentes, indiquant que des recours étaient recherchés pour sa libération, deux fois avec le vice-Premier ministre Nihat Erim, deux fois avec le ministre de la Justice Fuat Sirmen, trois fois. Il a déclaré qu’ils avaient discuté de la question en détail avec le directeur général des prisons, Sakıp Güran, et que le président İsmet İnönü l’accepterait le lendemain, auquel cas il devrait reporter la grève de la faim pour le moment être. Là-dessus, Nazim Hikmet a reporté sa grève de la faim le matin du 10 avril 1950, suite à la demande de son avocat. Toute cette ambiguïté pousse Nâzım à reprendre une grève de la faim, et le poète recommence une grève de la faim le 2 mai 1950, malgré son cœur malade et sa vie en prison. Le poète, qui a été observé épuisé à la fin du quatrième jour, a été transporté à l’hôpital le 9 mai 1950, et il a été décidé qu’il serait soigné dans un hôpital à part entière, et il a été envisagé qu’il serait hospitalisé dans une chambre individuelle à l’hôpital de Cerrahpaşa. Le refus du poète de dire "je fais une grève de la faim pour qu’on m’accorde le droit" le fait à nouveau envoyer en prison. Pendant ce temps, des manifestations et des protestations sont organisées à l’intérieur et à l’extérieur du pays et la libération du poète est exigée.

Loi d’amnistie

Le poète, qui poursuit sa grève avec certitude, s’épuise de jour en jour et est hospitalisé. On dit que sa survie est désormais possible grâce à des interventions médicales. De nombreuses lettres envoyées à Nâzım à cette nouvelle contiennent des demandes pour que le poète quitte la grève. Lui aussi finit par mettre fin à la grève car le parlement est en vacances, son corps est détruit et ses amis insistent. Après que le Parti démocrate, qui a remporté les élections du 14 avril 1950, a adopté la loi d’amnistie, il a été informé qu’il avait été libéré le 15 juillet 1950 alors qu’il était à l’hôpital. Maintenant, il tombe amoureux d’une femme qui vient d’entrer dans sa vie. Münevver Hanım, qui est la fille de l’oncle du poète, qui est venu lui rendre visite au cours de ses deux dernières années de prison, est le nouvel amour de Nâzım, et le poète quitte Piraye après sa sortie de prison pour cette cause. Nâzımla Münevver a d’abord vécu dans la maison de la mère du poète à Kadıköy. Puis ils commencent à vivre dans un appartement. Le couple a eu un enfant nommé Mehmet le 26 mars 1951. Ne soyons pas confus, Memet, dont j’ai mentionné le nom en citant, est issu du précédent mariage de Fuat Piraye et est le beau-fils de Nâzım. Mehmet Nâzım, qui est né de Münevver Hanım, est le propre fils du poète, et sa colère et sa déception envers son père Nâzım deviennent un sujet dont on parlera beaucoup plus tard. Extrait d’un poème qu’il écrivit à son fils :

« Sa mère m’a donné naissance à un garçon ;
Un garçon blond sans sourcils, une boule de lumière allongée dans son lange bleu foncé, pesant trois kilogrammes.

Munevver Andac

Nâzim Hikmet et sa femme Munevver Andac
Sa femme Munevver Andac

J’aimerais parler un peu de Mme Münevver. Disons tout d’abord que Piraye, Münevver, et Galina et Vera, dont nous parlerons plus tard, font de grands sacrifices pour Nâzım. Oui, mais ils ne s’en plaignent pas beaucoup, car l’amour de Nâzım pour eux et les poèmes qu’il a écrits sont une caractéristique du poète qui enchante les femmes. Piraye attend sa femme Nâzım tout au long de sa longue vie carcérale, démissionne de son travail pour rendre plus visite au poète Münevver pendant qu’il est en prison, Galina s’occupe de son cœur malade pendant 7 ans, Vera donne un grand bonheur au poète dans le derniers jours de sa vie. Alors qui est Münevver Andaç, la mère de Mehmet Nâzım, qui est le seul fils naturel de Nâzım ? Tout d’abord, Mme Münevver (1917 – 1998) est une de nos traductrices importantes. Il a habilement traduit de nombreuses œuvres du poète et presque toutes les œuvres de Yaşar Kemal en français. A tel point qu’il remporte le Grand Prix de la traduction de l’Association des traducteurs de France en 1987 avec sa traduction de « İnce Memed 3 » de Yaşar Kemal. Münevver Hanım a rendu visite au poète à plusieurs reprises en 1948, deux ans avant que Nazim Hikmet ne soit libéré de prison. Münevver Hanım, qui est la fille de l’oncle de Nâzım, a déjà eu un mariage avec le peintre Nurullah Berk et une fille nommée Renan. Le couple Nazim Hikmet et Münevver Andaç est ensemble entre la sortie de prison du poète et son évasion à l’étranger. Münevver Hanım est décédé en France en 1998 après un long traitement contre le cancer. Le bourgeon de rose dans le poème de Nâzım "Snowy Beech Forest" n’est autre que Münevver Hanım : Münevver Hanım, qui est la fille de l’oncle de Nâzım, a déjà eu un mariage avec le peintre Nurullah Berk et une fille nommée Renan. Le couple Nazim Hikmet et Münevver Andaç est ensemble entre la sortie de prison du poète et son évasion à l’étranger. Münevver Hanım est décédé en France en 1998 après un long traitement contre le cancer. Le bourgeon de rose dans le poème de Nâzım "Snowy Beech Forest" n’est autre que Münevver Hanım : Münevver Hanım, qui est la fille de l’oncle de Nâzım, a déjà eu un mariage avec le peintre Nurullah Berk et une fille nommée Renan. Le couple Nazim Hikmet et Münevver Andaç est ensemble entre la sortie de prison du poète et son évasion à l’étranger. Münevver Hanım est décédé en France en 1998 après un long traitement contre le cancer. Le bourgeon de rose dans le poème de Nâzım "Snowy Beech Forest" n’est autre que Münevver Hanım :
J’ai laissé mon bouton de rose dans ma ville aux sept collines. Il n’est ni honteux d’avoir peur de la mort, ni de penser à la mort.

Pression militaire

Service militaire à vie de Nazim Hikmet
Lorsque Nâzım sortait de prison, construisait sa vie pour le meilleur et pour le pire et avait un enfant, cette fois, il a été appelé pour le service militaire. En 1951, c’est-à-dire lorsque le poète avait 49 ans, une telle situation n’est pas très réconfortante. De plus, il est également coupable de cela à cause de notre grand écrivain Sabahattin Ali, qui a été tué de la même manière en 1948. (!) Et pourtant, le poète, qui a dû à nouveau quitter sa patrie et son peuple bien-aimés, a navigué vers la mer Noire avec son ami proche Refik Erduran le 17 juin 1951. Il se rend à Moscou. C’est le dernier départ du poète de Turquie et il doit laisser Münevver à Istanbul...

Refik Erduran, que Nâzım mentionnera plus tard comme « … j’ai marché sur une mer avec un jeune ami en 951, au sommet de la mort… » raconte cette histoire d’évasion.

Une anecdote d’İlber Ortaylı selon laquelle l’intention du poète de s’enrôler dans l’armée était liée à un complot d’assassinat

Encore Moscou

L’avion transportant Nâzım Hikmet à Moscou atterrit à Moscou le 29 juin 1951. Des écrivains soviétiques l’attendent à l’aéroport avec des fleurs à la main. Nâzım, qui y fut étudiant entre 1921 et 1924 et admire le pays de Lénine, espère retrouver le même ordre et la même beauté. Cependant, après 30 ans, Nâzım est déçu. Le poète, qui dit que Staline est complètement idolâtré ici et s’en inquiète, n’hésite pas à exprimer publiquement son opinion. À tel point qu’il a dit qu’il trouvait drôle que Staline soit comparé au Soleil dans des pièces de théâtre et des poèmes lors de l’événement organisé en son nom et auquel assistaient des écrivains soviétiques, et ces commentaires ont conduit à un silence de mort dans ces années où Staline était tabou. . En 1944, il est invité en Bulgarie par le Parti communiste bulgare, arrivé au pouvoir dans son propre pays. Nâzım observe la situation des Turcs ici et pourquoi ils ont migré d’ici. Nazim Hikmet, qui a proposé des solutions aux problèmes au Premier ministre bulgare de l’époque, met l’accent sur la coopération et dit que les Turcs bulgares devraient avoir plus d’écoles et d’enseignants. Ils voient que ces recommandations fonctionnent dès qu’elles sont mises en œuvre. Voici un fragment du poème qu’il a écrit à Varna en 1957, à l’époque de Sofia :

Je suis entré à Sofia un jour de printemps, ma chérie, ça sent le tilleul, la ville où tu es née.
Je parcours le monde sans toi C’est mon destin, Que puis-je faire... A Sofia, l’arbre est devant le mur, à Sofia, l’ arbre et les gens se mélangent dans la belle Sofia, surtout le peuplier, Il va presque entrer dans la pièce et s’asseoir sur le tapis rouge..

Extrait du poème "Je pense à toi"

Nâzim Hikmet

Je pense à toi maman. Le rideau est-il complètement tombé sur vos yeux ? Êtes-vous dans le noir ? Femme, je pense à toi. Votre lait s’est-il complètement arrêté ? tu ne peux plus allaiter

Mon mémé ? Avez-vous payé le loyer de la maison ce mois-ci ? suis-je dans ton esprit ? Des nuages ​​bleus passent sur les dômes dorés, sur les cheminées rouges, sur les tours blanches. Je regarde d’une des fenêtres de Moscou. Je pense à toi, ma ville natale, ma Turquie, je ne pense pas à toi une minute, ton désir est insupportable. Si ce n’était pas pour le bonheur de vivre à Moscou, si tout le monde ne te demandait pas ici , s’il n’y avait pas de lettres de moi ou des Soviétiques tous les jours, s’ils ne vous aimaient pas autant que je les aime.

Retour à Moscou et Galina

Retour à Moscou de Nâkim Hikmet et Galina

Lorsque Nâzım revient de Sofia à Moscou, sa santé se détériore. Il est envoyé dans un sanatorium à l’extérieur de la ville pour y être soigné. Ici, il rencontre Galina Kolesnikova, qui l’aimera beaucoup. Galina Hanım est l’un des médecins de l’hôpital et Nâzım la choisit comme médecin. Galina dit ce qui suit à propos du poète : « Nâzım était si beau et si beau que tout le monde, des filles de 16 ans aux femmes de 80 ans, est tombé amoureux de lui. Je suis tombé amoureux aussi. J’avais 17 ans de moins que lui. Je ne voulais pas voler le bonheur de quelqu’un d’autre." Et alors qu’ils ne devraient passer que quelques mois ensemble pendant qu’il est à l’hôpital, Galina et Nâzım vivent ensemble depuis 7 ans. Galina devient à la fois son médecin, son amie et son amante. La femme de Nâzım, Münevver, et son fils Mehmet sont en Turquie et ne peuvent pas communiquer pendant longtemps. Le poète exprime son désir ardent pour son fils dans les lignes suivantes :

Pays de l’autre côté,
j’appelle de Varna,
 
entendez-vous
 
Mémet ! Mémet !
 
La mer Noire coule sans fin,
désir fou, désir fou,
mon fils, je t’appelle,
 
entendez-vous
 
Mémet ! Mémet !

Lettre de Münevver Andaç d’Istanbul avec la voix de Nazim Hikmet
Le dernier amour de Nâzım : Vera Tulyakova

Le dernier amour de Nâzım Hikmet, Vera Tulyakova

Vera Tulyakova (1932 - 2001) travaille dans un studio de cinéma et à la fin de 1955, elle demande à Nâzım de l’aider à tourner un film. Le poète, quant à lui, tombe amoureux de Vera dès qu’il la voit. A cette époque, Nâzım avait déjà deux femmes dans sa vie : sa femme Münevver à Istanbul et Galina à ses côtés. De plus, Vera, qui a 30 ans de moins que lui, est mariée et a un enfant. En 1957, après deux ans, Vera appelle Nâzım pour lui dire qu’un scénario sur lequel ils ont travaillé a été accepté et qu’ils doivent se réunir à nouveau. Vera veut mettre fin à sa conversation avec Nâzım en raison de son état civil. A tel point qu’il part en vacances avec sa femme dans le village d’Osipovka en mer Noire pour s’éloigner du poète. Cependant, à l’automne 1958, Nâzım, éperdument amoureux, devient fou et se rend à l’endroit où Vera et son mari sont en vacances. de plus, il y a Galina avec qui il est ensemble depuis 7 ans. La pièce qu’ils ont écrite ensemble entre 1958 et 1959 les rapproche et Vera est désormais amoureuse de Nazim Hikmet. En conséquence, le couple s’est marié le 18 novembre 1960 et a vécu pleinement jusqu’au dernier moment de la vie du poète. Ils participent à des voyages, assistent à des conférences et visitent de nombreuses villes. Vera, dont Nâzım dit "ses cheveux sont jaune paille et ses cils sont bleus", reste avec le poète jusqu’à sa mort.

"Ses cheveux sont jaune paille" écrit par Nâzım à Vera de sa propre voix"

3 juin 1963

Mort de Nâzim Hikmet le 3 juin 1963

Nâzım et Vera passent ces périodes de la vie du poète de manière magnifique et colorée. Le matin du 3 juin 1963, alors que Nâzım se penchait pour ramasser les lettres sur la porte, il eut une crise cardiaque. Nazim Hikmet meurt alors qu’ils vont à l’hôpital. Lorsque Vera ouvre son portefeuille pour obtenir l’identité de Nâzım, elle voit sa propre photo et les lignes suivantes écrites par le poète au dos :

"Il m’a dit viens
, reste, il m’a dit, ris
, il m’a dit de
mourir, il m’a dit, je suis venu, je suis resté, j’ai
ri , je suis mort "

Poème autobiographique

Et enfin, je vous dis adieu avec le poème "Autobiographie", dans lequel le poète décrit sa propre vie du début à la fin :

Je suis né en 1902, je ne suis pas retourné dans ma ville natale, je n’aime pas y retourner, j’étais petit-fils d’un pacha d’Alep à l’âge de trois ans, à dix-neuf ans j’étais étudiant à l’université communiste de Moscou. A quarante-neuf ans, j’étais l’invité du Tseka-Party à Moscou, et depuis l’âge de quatorze ans, je suis poète. Je connais les genres de ruptures, certaines personnes se souviennent par cœur des noms de stars , les noms de les étoiles que j’ai passées dans les prisons et affamées dans les grands hôtels J’ai affamé en grève de la faim et il semble qu’il n’y ait pas de nourriture que je n’ai pas goûtée A trente ans, ils m’ont demandé de me pendre Ils m’ont donné la médaille de la paix à quarante-huit Mais à trente-six J’ai passé en six mois quatre mètres carrés de béton.

J’ai pris l’avion à dix-huit heures quand j’avais cinquante-neuf ans. Je n’ai pas vu Lénine de Pırağ à La Havane. J’ai veillé sur son cercueil. Ce sont les livres du mausolée que j’ai visités en 924, 961. Ils ont essayé de m’arnaquer de ma fête . J’ai attendu quatre mois après ta mort avec un cœur brisé en 52. J’étais follement jaloux des femmes que j’aime . Je n’enviais même pas les femmes que j’aimais. Je n’ai même pas parlé de mes femmes . Je ne parlais pas à mes amis derrière moi, je buvais derrière mes amis mais je n’étais pas à un dîner. J’ai toujours pris mon .pain à la sueur de mon front

Mais à l’improviste, j’ai menti, je suis monté dans le train, la majorité ne peut pas
monter dans l’avion , je suis allé à l’opéra, la majorité ne peut pas y aller, je ne suis même pas allé dans certains endroits où la majorité de l’ opéra , je ne suis pas allé à la mosquée, à l’église, au temple, à la synagogue ou chez le sorcier depuis 21 ans, mais j’ai fait lire mon café dans trente et quarante langues . Je n’ai pas eu de cancer, je n’ai pas être encore pris , je ne vais pas être premier ministre , je ne suis pas fan de ça, je ne suis pas allé à la guerre, je ne suis pas allé dans des refuges, je n’ai pas pris les routes la nuit , je ne me suis pas crashé sous les avions en piqué, mais je suis tombé amoureux, bref, de près d’une soixantaine de camarades

Même si je meurs de chagrin à Berlin aujourd’hui, je peux dire que j’ai vécu humainement , et qui sait combien de temps je vivrai.

Nâzim Hikmet
Nâzim Hikmet

À lire aussi