Le ministère de la Santé « surveille de près Omicron » - Turquie News
vendredi 7 octobre 2022

Le ministère de la Santé « surveille de près Omicron »

Publié le | par Hakan | Nombre de visite : 152 |
Le ministère de la Santé « surveille de près Omicron »

La souche Omicron du coronavirus étant détectée dans le pays et suscitant l’inquiétude des experts, le ministère turc de la Santé a déclaré qu’il surveillait de près les développements concernant la nouvelle souche.

"Les experts de nos laboratoires effectuent des analyses de séquences génomiques de l’Omicron et d’autres souches et partagent les résultats sur des plateformes scientifiques internationales", a déclaré le ministère dans un communiqué le 14 décembre.

Les échantillons prélevés sur les cas suspects de variantes sont envoyés au Laboratoire national de référence de virologie à Ankara pour les tests nécessaires afin d’identifier les souches possibles, ajoute le communiqué.

« Nous avons régulièrement mis à jour les tests de dépistage et les utilisons dans tous les laboratoires du pays. Nous avons également lancé un programme de dépistage de la souche Omicron », a déclaré le Dr Gülay Korukluoğlu du laboratoire de virologie.

Le ministre de la Santé Fahrettin Koca a annoncé la semaine dernière que les premiers cas de la souche Omicron avaient été détectés dans le pays, appelant la population à rester calme mais vigilante.

« La pandémie n’est plus aussi effrayante qu’à son apparition. Pourquoi ? Ce n’est plus aussi destructeur qu’avant pour la vie sociale. Pourquoi ? Les gens développent des symptômes plus légers. Pourquoi ? La réponse à ces questions est le vaccin . Obtenez vos photos », a écrit Koca sur Twitter.

Pendant ce temps, certains utilisateurs de médias sociaux ont affirmé avoir pris rendez-vous pour recevoir une dose du vaccin Pfizer/BioNTech, mais lorsqu’ils sont arrivés dans les établissements de santé pour se faire vacciner, ils ont vu des flacons avec des inscriptions chinoises dessus, exprimant le soupçon qu’ils pourraient ne pas être le jab Pfizer/BioNTech.

Cependant, des responsables du ministère de la Santé ont déclaré à la nouvelle agence İhlas qu’il s’agissait des vaccins Pfizer/BioNTech. Ces vaccins ont été initialement produits par BioNTech pour un pays asiatique, ont-ils déclaré.

La Turquie a demandé à la société d’augmenter ses approvisionnements en vaccins, et à la demande de la Turquie, BioNTech a envoyé les vaccins qui devaient initialement être livrés à ce pays asiatique dans des flacons avec des inscriptions chinoises dessus, ont expliqué les autorités.

"Il s’agissait des vaccins produits par BioNTech en Allemagne et le consentement du pays asiatique a été demandé avant qu’ils ne soient dirigés vers la Turquie", ont déclaré des responsables du ministère de la Santé.

À lire aussi