EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > Actualité > LE CONGRES DE SIVAS, LE LIBAN, MACRON & (...)

LE CONGRES DE SIVAS, LE LIBAN, MACRON & LE MANDAT FRANÇAIS


Ecrit par Engin, Özcan Türk (Facebook), 2020-09-04 19:56:32


LE CONGRES DE SIVAS, LE LIBAN, MACRON & LE MANDAT FRANÇAIS

Il y a 101 ans, jour pour jour, alors que l’Empire ottoman défait lors de la Grande guerre est occupé, Mustafa Kemal Atatürk réunit les forces patriotes résistantes dans un grand Congrès à Sivas afin de cristalliser la résistance et donner corps au combat pour la libération du pays.

Pourtant, lors de ce Congrès national qui s’est tenu du 4 au 11 septembre 1919 à Sivas, certains délégués ottomans font preuve d’un activisme très énergique en faveur d’un mandat américain !

Oui, oui, aussi inouï que ça puisse paraître, des délégués comme Kara Vasıf Bey, İsmail Hami Bey, İsmail Fazıl Paşa, Bekir Sami Bey et Refet Bey veulent placer les Turcs sous le contrôle des Américains !

Mustafa Kemal proteste vigoureusement : « Plutôt que de vivre comme les enfants d’un peuple qui renonce à son indépendance et à sa fierté, je préfère mourir avec dignité l’arme à la main. Qu’il est curieux que certains ne le comprennent pas ! » et qualifie leur démarche de « misérable ».(source : Kansu, ibid., C.1, pp. 247, 248).

Au final et heureusement, le mandat américain voulu, avec insistance, par certains délégués turcs, est formellement rejeté !

Notamment en cela, le Congrès de Sivas symbolise le cri de liberté du peuple turc.

Les Turcs y ont proclamé leur indépendance absolu et inaliénable.

De nos jours, un pays voisin de la Turquie, le Liban souffre d’une crise sans précédent depuis la proclamation du « Grand Liban », le 1er septembre 1920 à la Résidence des Pins, par le général Gouraud comme le montre la photo en illustration de cette publication où il apparaît assis au centre, avec à sa droite le patriarche maronite et à sa gauche le mufti sunnite.

Le président Macron a choisi de revenir au pays du Cèdre pour le centenaire du mandat français, une commémoration qui fait pourtant débat au Liban. Emmanuel Macron avait accouru le 6 août dernier à Beyrouth, au surlendemain de la double explosion catastrophique du port de la capitale libanaise.

Le président français n’a pas hésité une seule seconde pour s’ingérer dans les affaires de ce pays indépendant critiquant vertement « ses dirigeants (corrompus et incompétents) », exhortant à une « refondation d’un ordre politique nouveau », à de « profonds changements ».

En France, Les Républicains et La France insoumise ont directement « mis en garde contre une ingérence » alors que le Rassemblement national a dénoncé un « one-man-show arrogant et moralisateur ».

Curieusement, au Liban-même, pays indépendant, une pétition, sans équivoque, implore : « Placez le Liban sous mandat français pour les dix prochaines années ». Certes désespérés par la mauvaise gouvernance de leur pays, les signataires de cette pétition qui a recueilli 61,430 adhésions à ce jour veulent placer leur pays sous le contrôle étranger !

Ces individus se sentent-ils à ce point suicidaires pour donner les clés de leur maison, pour céder leur souveraineté nationale, pour abandonner les intérêts supérieurs de leur pays à une puissance étrangère, peu importe laquelle, France, Etats-Unis, ou une autre ?!

J’espère qu’un grand dirigeant libanais émergera pour faire entendre raison à son peuple et pourra le guider vers un avenir prometteur que seuls les Libanais pourront concevoir, fonder et embellir et certainement pas des étrangers. Le peuple libanais doit avoir confiance en lui-même et dans ses forces vives. Il ne doit jamais céder son indépendance. Même lorsqu’une crise semble insurmontable, la dignité et le combat ne doivent jamais être abandonnés.

Vive le peuple libanais, libre et indépendant !

Mot-clé :
Emmanuel Macron Mustafa Kemal Atatürk
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank