4 mars 2024
100e anniverssaire de la république de Turquie

Un projet financé par le Japon cible quelque 200 millions de tonnes de gravats de la catastrophe de février


International

La Turquie s’apprête à recycler les débris du tremblement de terre

Publié le | par Hakan | Nombre de visite 201
La Turquie s'apprête à recycler les débris du tremblement de terre

Le Japon et l’agence de développement des Nations Unies ont signé mercredi un accord pour la construction de deux installations de recyclage des gravats "à la pointe de la technologie" afin d’aider à lutter contre les montagnes de débris laissées par les tremblements de terre dévastateurs de février en Turquie.

Les projets pilotes seront construits dans le sud de Hatay et Kahramanmaras, deux des villes les plus durement touchées, parmi près d’une douzaine secouée par une catastrophe qui a tué plus de 50 000 personnes en Turquie et en Syrie voisine, et a vu plus de 300 000 structures détruites ou laissées inhabitables en raison de grave dommage.

Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) affirme que les plus de 200 millions de tonnes de débris produits par la secousse de magnitude 7,8 « éclipsent presque toutes les catastrophes naturelles précédentes dans le monde », y compris le tremblement de terre et le tsunami de 2011 au Japon, qui ont généré environ 31 millions de tonnes de décombres.

Les débris du tremblement de terre en Turquie étaient "suffisants pour recouvrir toute l’île de Manhattan-deux fois d’une couche de gravats d’un mètre de haut", a déclaré l’agence dans un communiqué.

Les nouvelles installations de recyclage, les premières du genre construites dans la région touchée par le tremblement de terre, retireront en toute sécurité l’amiante et les autres déchets dangereux des décombres, sépareront la ferraille et les autres matériaux recyclables et concasseront le ciment pour le réutiliser comme matériau de pavage et de construction.

Les catastrophes précédentes montrent que jusqu’à 90% des gravats de construction peuvent être recyclés, tandis que le Japon a réutilisé approximativement 81% des débris laissés après la catastrophe de 2011, a déclaré le PNUD.

La signature mercredi de l’accord, qui verra le Japon fournir un financement de 700 millions de yens (4,83 millions de dollars), a été suivie par Takahiko Katsumata, ambassadeur du Japon en Turquie, et la représentante résidente du PNUD Louisa Vinton, ainsi que des responsables turcs.

"Les décombres recyclés peuvent servir de matière première vitale pour l’effort de reconstruction massif qui nous attend. Et plus nous attendons, plus le risque que des débris se retrouvent dans des endroits inappropriés est grand", a déclaré Vinton, selon un communiqué commun publié mercredi après-midi. L’événement à l’ambassade du Japon à Ankara.

L’ambassadeur Katsumata a ajouté : "On craint que les décombres contiennent des substances nocives telles que l’amiante et présentent des risques pour la santé [des] résidents à proximité et de ceux qui effectueront les travaux d’enlèvement des débris à l’avenir."

Depuis les tremblements de terre du début de cette année, des centaines de milliers de camions de gravats ont été déplacés vers des sites de stockage temporaires, où les barres d’armature en acier sont déjà retirées des débris de béton.

Le projet de recyclage, qui devrait être achevé d’ici à un an, verra la construction de deux installations de traitement équipées de concasseurs à l’échelle industrielle, de séparateurs magnétiques et de convoyeurs à bande, ainsi que de concasseurs mobiles pour traiter les débris sur des sites de stockage plus petits.

"Nous pensons que ce travail doit être fait comme le fait le Japon, du début à la fin, où vous séparez les substances nocives", a déclaré Vinton du PNUD à Nikkei Asia ce mois-ci depuis la ville de Gaziantep frappée par le séisme, ajoutant que les déchets organiques devraient être traités d’une manière qui "maximise" son potentiel de recyclage. "Une ressource est simplement gaspillée pour être déversée et mise en décharge, mettant en danger les personnes et la nature."

La première étape du projet consistera à aider les autorités turques à cartographier les sites de stockage existants et à identifier les "points chauds" créés par des décharges de déchets non autorisées, qui constituent une menace pour les personnes, les terres agricoles et les "écosystèmes délicats", indique le communiqué conjoint.

Le mois dernier, Nikkei a visité des points chauds potentiels à Hatay, où un site de stockage de gravats et une grande « ville de conteneurs » abritant des personnes qui ont perdu leur maison ne sont séparés que par une route.

Les familles vivant dans les logements temporaires se sont plaintes des risques potentiels pour la santé des nuages ​​de poussière grise provenant de la zone de stockage.

"Nous ne pouvons pas garder nos petits enfants dans un conteneur de 21 mètres carrés toute la journée, pendant qu’ils sortent et jouent", a déclaré Sibel Bilal, une mère de trois enfants de 41 ans. "Les exposer à la poussière des décombres est vraiment m’inquiéter. Je garde mon fils de 15 ans à l’intérieur toute la journée car il souffre d’asthme et son état s’est déjà aggravé."


Lire également
Un séisme M4.1 secoue le nord-ouest de la Turquie et des secousses sont ressenties à Istanbul

Un séisme M4.1 secoue le nord-ouest de la (...)

18 décembre 2023

La Turquie s'apprête à recycler les débris du tremblement de terre

La Turquie s’apprête à recycler les débris (...)

16 août 2023

[Vidéo] 1999 - Turquie factuel tremblement de terre à Istanbul

[Vidéo] 1999 - Turquie factuel tremblement (...)

17 août 2023