dimanche 28 novembre 2021
Accueil | Nos rubriques | International

La Turquie rejette la déclaration de la Ligue arabe selon laquelle ses interventions militaires menacent la sécurité régionale

lundi 13 septembre 2021 | par Hakan



La Turquie rejette la déclaration de la Ligue arabe selon laquelle ses interventions militaires menacent la sécurité régionale

La Turquie a rejeté vendredi une déclaration faite la veille par le Conseil des ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe qui avait appelé la Turquie à cesser ses « provocations en Afrique du Nord et au Moyen-Orient ».

Les ministres arabes des Affaires étrangères ont accusé les récentes interventions militaires d’Ankara en Irak, en Libye et en Syrie de « menacer » la sécurité de l’ensemble de la région.

Les responsables arabes ont condamné les « interventions turques en Libye » ainsi que « l’attaque de la Turquie sur le territoire syrien », arguant qu’elles constituent une « violation flagrante » des « principes de la Convention des Nations Unies et des résolutions du Conseil de sécurité ».

Les responsables ont donc appelé la Turquie à mettre un terme à ces interventions et ont adopté des résolutions à cet effet.

Ankara a rapidement répondu par un communiqué de presse du gouvernement dans lequel il rejetait « totalement » « les résolutions infondées adoptées contre la Turquie ».

"Il est bien connu que certains membres de la Ligue arabe poursuivent des allégations stéréotypées contre la Turquie pour avoir déguisé leurs ambitions et leurs agendas n’ont aucune résonance sur les peuples arabes amis et frères", ajoute le communiqué. "Insister sur cette position dont personne ne bénéficie, n’est pas non plus compatible avec les récentes mesures positives prises dans la région."

« En fait, on constate également que certains membres de la Ligue arabe ont émis des objections ou émis des réserves sur ces résolutions de nature délibérée bien connue. »

La Turquie a également affirmé que ses interventions, loin d’être des provocations qui menacent la stabilité régionale, adoptent une « approche résolue et fondée sur des principes » de sa politique étrangère et « figurent en tête des pays qui déploient le plus d’efforts pour préserver la souveraineté, l’intégrité territoriale et l’indépendance des pays arabes. . "

« Faire de la lutte de la Turquie contre les menaces contre sa sécurité nationale et ses intérêts dans le cadre du droit international un sujet de critique dans les résolutions de la Ligue arabe est inacceptable et n’a aucun sens non plus », indique le communiqué. « À cet égard, nous appelons la Ligue arabe à se libérer de ces approches futiles et à se concentrer sur la paix, la prospérité et le bien-être des peuples arabes. »

Ces dernières années, la Turquie a lancé plusieurs opérations militaires transfrontalières. Dans le nord de l’Irak, il cible fréquemment le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) dans le cadre d’opérations aériennes et terrestres de plus en plus importantes. En Syrie, il a envahi deux régions contrôlées par les Unités de protection du peuple kurde syrien (YPG), un allié des États-Unis dans la guerre contre l’État islamique (EI), en 2018 et 2019 respectivement. Il s’est également heurté aux forces gouvernementales syriennes dans la province nord-ouest d’Idlib au début de 2020. Et en Libye, il est intervenu de manière décisive dans la guerre civile de ce pays en 2019, aidant son allié, le gouvernement d’entente nationale (GNA) à Tripoli à briser un siège. et repousser les forces de l’Armée nationale libyenne (ANL) basées dans l’Est et commandées par le général Khalifa Haftar.

À lire aussi