100e anniverssaire de la république de Turquie

Ankara cherche à souligner son rôle traditionnel de route pour les marchandises circulant de l’Asie vers l’Europe


International

La Turquie propose une alternative au plan de corridor commercial Inde-Moyen-Orient du G20

Publié le | par Hakan | Nombre de visite 256
La Turquie propose une alternative au plan de corridor commercial Inde-Moyen-Orient du G20

La Turquie est en « négociations intensives » avec ses partenaires régionaux sur son alternative au plan de corridor commercial Inde-Moyen-Orient convenu lors du sommet du G20 de ce mois-ci, alors que le pays cherche à renforcer son rôle historique de voie de transport pour les marchandises venant d’Asie vers L’Europe.

Ankara s’est opposée au projet de route Inde-Moyen-Orient qui transporterait des marchandises du sous-continent via les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite, la Jordanie et Israël vers les marchés européens. Le corridor évoqué, soutenu par les États-Unis et l’UE dans leur tentative de repousser l’influence croissante de la Chine, contournerait complètement la Turquie.

Recep Tayyip Erdoğan, président de la Turquie, a déclaré après le G20 qu’« il ne peut y avoir de corridor sans la Turquie », ajoutant que « la route la plus appropriée pour le commerce d’est en ouest doit passer par la Turquie ».

Son ministre des Affaires étrangères, Hakan Fidan, a depuis redoublé son scepticisme, insistant cette semaine sur le fait que « les experts doutaient que l’objectif principal [du corridor Inde-Moyen-Orient] soit la rationalité et l’efficacité » et suggérant que « des préoccupations plus géostratégiques » étaient en jeu.

« Une route commerciale ne signifie pas seulement rencontrer des échanges commerciaux. C’est aussi le reflet d’une concurrence géostratégique », a déclaré Fidan en réponse à une question du Financial Times.

La Turquie tient à souligner son rôle traditionnel de pont entre l’est et l’ouest, une histoire qui remonte à des siècles sur les routes de la soie.

Ankara a plutôt vanté une alternative appelée initiative Iraq Development Road, Fidan insistant sur le fait que des « négociations intensives » étaient en cours avec l’Irak, le Qatar et les Émirats arabes unis sur un projet qui serait forgé « dans les prochains mois ».

L’itinéraire proposé, d’un coût de 17 milliards de dollars, permettrait d’acheminer les marchandises du port de Grand Faw, dans le sud de l’Irak, riche en pétrole, à travers 10 provinces irakiennes et vers la Turquie, selon les schémas publiés par le gouvernement de Bagdad.

Le plan s’appuierait sur 1 200 km de lignes ferroviaires à grande vitesse et un réseau routier parallèle. Le projet comporte trois phases, la première devant être achevée en 2028 et la dernière en 2050.

Les analystes affirment cependant que la faisabilité du projet de route de développement suscite des inquiétudes pour des raisons financières et de sécurité.

"La Turquie ne dispose pas du financement nécessaire pour réaliser toute l’ampleur du projet et semble compter sur le soutien des Émirats arabes unis et du Qatar pour construire l’infrastructure proposée", a déclaré Emre Peker, directeur Europe du groupe de réflexion Eurasia Group. « Pour que cela se produise, les États du Golfe devraient être convaincus de bons retours sur investissement – ​​ce qui n’est pas évident de sitôt avec le projet [Development Road] ».

Peker a ajouté qu’il existe également « des problèmes de sécurité et de stabilité qui menacent à la fois la construction et la faisabilité à long terme du projet ».

L’Irak est ravagé par une corruption endémique, des infrastructures en ruine, un gouvernement faible et des épisodes réguliers d’instabilité politique. On ne sait pas non plus comment l’Irak financera le projet.

Les analystes et les diplomates occidentaux ont par ailleurs noté que le projet de corridor du G20 pourrait ainsi prendre des décennies.

La Turquie a cherché à chevaucher la ligne stratégique entre l’ouest et l’est en tentant de maintenir des relations fortes avec les États-Unis et l’UE, mais aussi avec la Russie et la Chine. Cette approche a parfois attisé les tensions avec l’Occident. Cette semaine, par exemple, deux entreprises turques ont été frappées de sanctions américaines pour avoir prétendument aidé la Russie dans sa guerre contre l’Ukraine.

Ankara a généralement soutenu l’initiative chinoise "la Ceinture et la Route", a ajouté Peker, mais il a déclaré que son rôle dans ce projet était limité. Pékin a investi environ 4 milliards de dollars en Turquie dans le cadre de la Ceinture et de la Route, ce qui ne représente que 1,3 % du total, selon une étude récente du Carnegie Endowment for International Peace.

Murat Yeşiltaş, directeur des études de politique étrangère à Seta, un groupe de réflexion lié au gouvernement d’Erdoğan, a déclaré que malgré la proposition alternative, Ankara pourrait encore faire pression pour rejoindre l’initiative Inde-Moyen-Orient.

Erdoğan pourrait avoir l’occasion de faire valoir ses arguments dès la semaine prochaine, s’il rencontre son homologue américain Joe Biden en marge de l’Assemblée générale de l’ONU la semaine prochaine.

Yeşiltaş a déclaré qu’en plus de faire valoir la situation géographique favorable de la Turquie pour le commerce, le pays peut également exercer son influence dans la région, en particulier après le récent réchauffement des relations avec l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.

« La Turquie exerce une influence politique considérable dans la région [et est] capable de faciliter les négociations commerciales et de résoudre les différends entre les pays participant au corridor », a déclaré Yeşiltaş.


Lire également
La France perd deux places dans le classement des réseaux diplomatiques du monde, devancée par la Turquie et le Japon

La France perd deux places dans le classement (…)

2 mars 2024

La Turquie annonce la suspension de tout commerce avec l'État hébreu

La Turquie annonce la suspension de tout (…)

3 mai 2024

Les exportations turques vers la Russie chutent de 33,7% face à la menace de sanctions américaines

Les exportations turques vers la Russie (…)

2 mars 2024

C'est l'œuvre de Poutine

C’est l’œuvre de Poutine

8 juillet 2024