EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > International > La Turquie affirme que l’Arménie vise un "crime (...)

La Turquie affirme que l’Arménie vise un "crime de guerre" civil


Ecrit par Hakan, 2020-10-05 22:14:18


Le chef de l’OTAN en visite exprime sa "profonde préoccupation" concernant le différend dans le Haut-Karabakh lors d’une conférence de presse conjointe avec un diplomate turc.

Le ministre turc des Affaires étrangères a déclaré lundi que les forces arméniennes avaient pris pour cible des civils dans les récentes tensions sur la ligne de front Azerbaïdjan-Arménie.

"L’Arménie vise directement les civils [en Azerbaïdjan], ce qui est essentiellement un crime de guerre", a déclaré Mevlut Cavusoglu lors d’une conférence de presse conjointe après avoir accueilli le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, dans la capitale Ankara.

Beaucoup, y compris des enfants, ont été martyrisés dans les attaques arméniennes, a déclaré Cavusoglu.

"L’Arménie, qui a été acculée ces derniers jours, a commencé à envoyer des missiles à Ganja et même à des endroits proches de Bakou", a-t-il ajouté.

Le haut diplomate turc a souligné que lorsque l’intégrité territoriale de l’Ukraine et de la Géorgie est en jeu, tout le monde soutient à juste titre ces pays.

"Alors, pourquoi ne pas dire à l’Arménie" se retirer des terres azerbaïdjanaises "en ce qui concerne la question Arménie-Azerbaïdjan ?" Demanda Cavusoglu.

Cavusoglu a exhorté toutes les parties, en particulier l’OTAN, à appeler l’Arménie à se retirer des territoires azerbaïdjanais occupés conformément au droit international et aux résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU.

"Sinon, ce problème ne peut être résolu. Les terres azerbaïdjanaises sont sous occupation depuis 30 ans", a-t-il ajouté.

Stoltenberg, pour sa part, a déclaré que l’OTAN était "profondément préoccupée" par le conflit du Haut-Karabakh, et il a appelé à une solution pacifique du différend.

"Nous devons soutenir tous les efforts pour trouver une solution pacifique négociée car il n’y a pas de solution militaire à la situation dans et autour du Haut-Karabakh", a déclaré Stoltenberg, exhortant toutes les parties à cesser immédiatement les combats.

"Je m’attends à ce que la Turquie utilise son influence considérable pour calmer les tensions", a-t-il ajouté.

Le chef de l’OTAN en visite devrait rencontrer le président turc Recep Tayyip Erdogan plus tard dans la journée.

Les combats ont commencé le 27 septembre lorsque les forces arméniennes ont pris pour cible des colonies de peuplement et des positions militaires azerbaïdjanaises civiles dans la région, faisant des victimes.

Conflit du Haut Karabakh

Les relations entre les deux anciennes républiques soviétiques sont tendues depuis 1991, lorsque l’armée arménienne a occupé le Haut-Karabakh, également connu sous le nom de Haut-Karabakh, un territoire de l’Azerbaïdjan internationalement reconnu.

De multiples résolutions de l’ONU, ainsi que de nombreuses organisations internationales, exigent le retrait des forces d’invasion.

Le Groupe de Minsk de l’OSCE - coprésidé par la France, la Russie et les États-Unis - a été formé en 1992 pour trouver une solution pacifique au conflit, mais en vain. Un cessez-le-feu, cependant, a été convenu en 1994.

De nombreuses puissances mondiales, dont la Russie, la France et les États-Unis, ont appelé à un cessez-le-feu immédiat. La Turquie, quant à elle, a soutenu le droit de Bakou à la légitime défense.

Système de missile S-400

A propos de l’achat du système de missiles S-400 par la Turquie à la Russie, Cavusoglu a déclaré : "Puisque nous ne pouvions pas obtenir le Patriot ou tout autre système de défense aérienne de nos alliés, nous avons dû acheter le S-400."

"Et nous voyons la sensibilité que cela crée au sein de l’OTAN", a-t-il ajouté, rappelant que la Turquie doit également répondre à ses exigences essentielles.

"L’OTAN et ses alliés doivent également comprendre cela", a-t-il souligné.

"Il ne s’agit pas seulement du système de défense aérienne, mais aussi du fait que les alliés ne devraient pas se causer des difficultés pour différentes raisons pour répondre aux autres besoins de l’industrie de la défense", a-t-il dit, ajoutant que c’était l’une des questions dont il a discuté avec l’OTAN. tête.

Depuis 2017, la Turquie et les États-Unis sont en désaccord sur la décision de la Turquie d’acheter le S-400, un système de défense antimissile de fabrication russe, et les menaces américaines de rompre leur contrat de vente d’avions de combat turcs F-35 en raison du différend.

Pour sa part, Stoltenberg a déclaré : "La Turquie est un allié précieux contribuant de différentes manières à l’OTAN". L’OTAN reste fermement attachée à la sécurité de la Turquie, a-t-il ajouté.

"Nous sommes préoccupés par les conséquences de l’acquisition turque du système S-400", a-t-il dit, ajoutant que le système peut poser un risque pour les avions alliés et peut conduire à des sanctions américaines.

Soulignant que le système S-400 ne peut pas être intégré dans le système de défense antimissile de l’OTAN, il a exhorté la Turquie à travailler avec tous les alliés pour trouver des solutions alternatives.

Méditerranée orientale

Parmi les questions abordées par Cavusoglu et Stoltenberg figuraient la Méditerranée orientale, la Libye et la Syrie, a déclaré un haut diplomate turc.

"En tant que Turquie, nous essayons de ne pas aborder nos problèmes bilatéraux avec d’autres alliés inscrits à l’ordre du jour de l’OTAN", a-t-il déclaré.

"Mais nous constatons constamment que certains alliés mettent leurs problèmes avec la Turquie ou d’autres pays à l’ordre du jour de l’OTAN", a-t-il ajouté.

Soulignant que la Turquie prend des mesures en Méditerranée orientale pour se protéger et protéger les Chypriotes turcs, Cavusoglu a salué la prise d’initiative de l’OTAN pour apaiser les tensions entre la Grèce et la Turquie.

"Nous avons vu cette initiative positivement depuis le tout début et nous avons apporté notre soutien", a-t-il déclaré.

"Au début, la Grèce avait une attitude négative, mais maintenant nous voyons que la Grèce participe également à ces réunions. Nous en sommes également satisfaits", a-t-il ajouté.

"Aujourd’hui, nous avons discuté des tensions en Méditerranée orientale. Nous avons maintenant mis en place un mécanisme militaire de déconfliction pour réduire les risques d’incidents et d’accidents dans la région", a déclaré Stoltenberg.

Il a ajouté que cela inclut un engagement à utiliser la hotline sécurisée qui a été mise en place entre la Grèce et la Turquie disponible 24/7.

"Le mécanisme a été réalisé grâce à l’engagement constructif de la Turquie et de la Grèce au siège de l’OTAN", a-t-il déclaré, saluant les efforts turcs et grecs.

Il espère que les différends en cours pourront être réglés par des négociations, dans l’esprit de la solidarité alliée et du droit international.

Dimanche, la Turquie et la Grèce ont reporté leur prochain cycle de négociations techniques sur la Méditerranée orientale alors que le chef de l’OTAN est en visite à Ankara et à Athènes.

Les délégations militaires turques et grecques se sont engagées dans une série de pourparlers techniques accueillis par l’OTAN depuis le 10 septembre. Les pourparlers ont été planifiés après un appel téléphonique entre le président turc Recep Tayyip Erdogan et Stoltenberg début septembre.

Les tensions sont vives depuis des mois en Méditerranée orientale, la Grèce ayant contesté les droits de la Turquie à l’exploration énergétique.

La Turquie - le pays avec le plus long littoral de la Méditerranée - a envoyé des navires de forage pour explorer l’énergie sur son plateau continental, affirmant ses propres droits dans la région ainsi que ceux de la République turque de Chypre du Nord.

Par ailleurs, Stoltenberg a rencontré le ministre turc de la Défense Hulusi Akar, selon une déclaration écrite du ministère turc de la Défense nationale.

Au cours de la réunion, Akar et Stoltenberg ont échangé leurs points de vue, notamment sur les développements récents en Méditerranée orientale et en Libye, les questions de l’OTAN ainsi que les réunions techniques tenues au siège de l’OTAN à Bruxelles entre les délégations militaires grecque et turque.

Akar a souligné que la Turquie continue de soutenir les efforts de résolution des conflits par le dialogue sans aucune condition préalable.

Source : avec AA

Mot-clé :
Justice Organisation des Nations Unies (ONU) Organisation du Traité de l’Atlantique nord (OTAN)
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank