mercredi 8 décembre 2021
Accueil | Nos rubriques | Economie

La livre turque plonge de jour en jour

lundi 22 novembre 2021 | par Hakan



La livre turque plonge de jour en jour

La livre turque a augmenté pour le premier jour en deux semaines, s’étant partiellement remise d’un creux record, après que les rumeurs selon lesquelles le président Recep Tayyip Erdoğan limogerait son ministre des Finances ce week-end ne se soient pas matérialisées.

La livre s’échangeait 0,4% plus haut à 11,18 pour un dollar en début d’après-midi à Istanbul, inversant une séquence de baisse qui lui a fait perdre jusqu’à 15% de sa valeur depuis le 8 novembre. Elle a établi le plus bas historique de 11,348 pour un dollar.

La livre turque a prolongé son effondrement par rapport au dollar et à l’euro après que la banque centrale a réduit les taux d’intérêt pour un troisième mois consécutif jeudi à 15 %. La banque centrale abaisse les coûts d’emprunt sur ordre du président Recep Tayyip Erdoğan même après l’accélération de l’inflation à 19,9%.

Les pertes de la devise en novembre ont fait chuter la confiance des consommateurs à un niveau record, ont montré lundi les données publiées par l’Institut turc de la statistique. La confiance est tombée à 71,1 contre 76,8 en octobre. Il s’agit du niveau le plus bas depuis 2004, lorsque la série de données actuelle a commencé. Toute lecture inférieure à 100 reflète le pessimisme des consommateurs.

La semaine dernière, Erdoğan a imputé les pertes de la lire à un complot étranger, qui, selon lui, a commencé en 2013, lorsqu’une vague de protestations publiques a éclaté contre son gouvernement. Il a également critiqué les membres de son parti au pouvoir pour ne pas avoir soutenu ses plans de baisse des taux d’intérêt dans un coup apparent au ministre du Trésor et des Finances Lütfi Elvan.

Elvan a déclaré mardi dernier que son ministère avait clairement démontré qu’il faisait tout son possible pour lutter contre l’inflation. Il a appelé les autres institutions à faire de même dans des commentaires qui semblaient être une critique voilée de la politique de taux d’intérêt d’Erdoğan.

Certains investisseurs espèrent qu’Elvan, un bureaucrate chevronné, pourra aider à contrer ou à adoucir les politiques économiques et financières non conventionnelles du gouvernement promues par les principaux conseillers d’Erdoğan au palais présidentiel à Ankara.

À lire aussi