jeudi 2 février 2023

La découverte de gaz naturel de la Turquie en mer Noire s’élève désormais à 710 milliards de m3

Publié le | par Hakan | Nombre de visite 445
La découverte de gaz naturel de la Turquie en mer Noire s'élève désormais à 710 milliards de m3

Le volume total de gaz naturel que la Turquie a découvert dans la mer Noire s’élève désormais à 710 milliards de mètres cubes (bcm) après la découverte d’un nouveau champ et une découverte précédente révisée à la hausse, a déclaré le président Tayyip Erdogan sur Lundi.

S’exprimant après une réunion du cabinet, Erdogan a déclaré que la Turquie avait découvert une nouvelle réserve de 58 milliards de m3 dans le champ de Caycuma-1, en plus de réviser un volume estimé dans le champ de Sakarya à 652 milliards de m3 par rapport aux 540 milliards de m3 précédents.

"A la suite de l’analyse des données, nous avons révisé la réserve précédemment déclarée de 540 milliards de mètres cubes à 652 milliards de mètres cubes", a déclaré Erdogan, ajoutant que la Turquie avait foré 13 puits dans le champ de Sakarya.

"Avec notre nouvelle découverte à Caycuma-1, notre réserve de gaz en mer Noire a augmenté de 170 milliards de mètres cubes pour atteindre 710 milliards de mètres cubes", a-t-il déclaré.

Erdogan a déclaré le mois dernier que la Turquie était sur la bonne voie pour que le champ gazier de Sakarya soit mis en ligne en 2023. Il a déclaré lundi que le champ de Caycuma-1 nouvellement découvert serait connecté au champ de Sakarya et de là au réseau national.

La Turquie, qui dispose de peu de pétrole et de gaz, est fortement dépendante des importations de Russie, d’Azerbaïdjan et d’Iran, ainsi que des importations de GNL du Qatar, des États-Unis, du Nigeria et d’Algérie pour son gaz.

La Turquie a également exploré des ressources en hydrocarbures en Méditerranée, où ses opérations dans les eaux contestées ont attisé les tensions avec la Grèce et Chypre.

Séparément, le président russe Vladimir Poutine a lancé l’idée de créer un "hub gazier" en Turquie à la suite des explosions qui ont endommagé les gazoducs russes Nord Stream sous la mer Baltique et interrompu ses ventes directes de gaz à l’Allemagne.

Source : avec Reuters



À lire aussi