jeudi 2 février 2023

L’erreur de la Turquie : surestimer l’importance d’Öcalan

Un article de Toktamış Ateş publié dans Bugün de Vendredi 23 Novembre 2007

Publié le | par Behor | Nombre de visite 251
L'erreur de la Turquie : surestimer l'importance d'Öcalan

L’erreur turque : surestimer l’importance d’Öcalan

Source : Bugün
paru vendredi 23 Novembre 2007
Par Toktamış Ateş

Être un pays puissant est difficile or la Turquie redevient un pays puissant.
Au cours des années difficiles d’après guerre et du rideau de fer, la Turquie était la base avancée des États-Unis, grand acteur de la Guerre froide face à l’URSS et la Chine communiste.

Au cours de cette époque, elle a été en très mauvais termes avec Syrie et Grèce. Puis à partir de 1960, quand est survenue la question chypriote, en 1964 et en 1967, Turquie et Grèce, alors aux mains des "Colonels" ont été prêts d’entrer en guerre.

A partir des années 1970, une nouvelle organisation terroriste arménienne, l’ASALA (Armée Secrète Arménienne pour la Libération de l’Arménie), a entrepris de commettre des attentats sanglants, dont en France, et assassiné une cinquantaine de diplomates et fonctionnaires d’ambassades anonymes turcs dans le monde.

Après l’attentat à la bombe particulièrement sanglantde de 1984 à Orly en France, au comptoir Turkish Airlines, l’Asala a dû disparaître devant la réprobation publique générale.

C’est alors qu’a émergé le PKK (parti des Travailleurs du Kurdistan) qui a pris le relais des attentats en Turquie avec l’attaque d’Eruh puis le peuple turc a beaucoup souffert des attentats du PKK.

Le PKK s’est retranché dans les trois pays ou se trouvaient des populations Kurdes : Turquie, Syrie et Irak. Et si l’Irak de Saddam Hussein était un allié, la Syrie restait un ennemi.

Or Abdullah Öcalan le leader du PKK (maintenant emprisonné) a finalement été expulsé par Damas vers les USA qui l’ont ensuite extradé vers la Turquie. L’opinion publique internationale était certaine qu’il serait pendu or il n’en a rien été : la Turquie a supprimé la peine de mort.

Öcalan semblait si pathétique au Tribunal qu’on pouvait imaginer que le PKK allait se dissoudre. On l’a inutilement isolé dans une île pleine de gardiens, alors que finalement, après l’invasion de l’Irak par les USA, des leaders kurdes et les Etats-Unis ont préféré ranimer le PKK dont une nouvelle mouture est apparue en Irak du nord.

L’erreur de la Turquie a été de surestimer l’importance d’Öcalan et nous en payons le prix.

Traduction : Behor pour Turquie News



À lire aussi