22 mai 2024

27 visites en ce moment

100e anniverssaire de la république de Turquie

Editos & Tribune libre

Erdogan pour l’Arménie : ne manquez pas cette « opportunité historique » pour la paix

Publié le | par Engin | Nombre de visite 261
Erdogan pour l'Arménie : ne manquez pas cette « opportunité historique » pour la paix

Erdogan pour l’Arménie : ne manquez pas cette « opportunité historique » pour la paix

Par Murat Yetkin

La Turquie a déclaré son plein soutien à la signature d’un accord de paix entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie. Le dernier chapitre de cet intense processus diplomatique, qui impliquait la Turquie et certains pays européens, dont l’Allemagne, s’est ouvert le 19 février lorsque le président Recep Tayyip Erdoğan a reçu le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev à Ankara.

"La signature d’un accord de paix durable entre les deux pays du Caucase sera sans aucun doute une nouvelle source d’espoir pour la paix, la tranquillité et la stabilité dans la région et dans le monde", a déclaré Erdoğan, soulignant l’importance de ce moment.

« Avec la fin de l’occupation au Karabakh, une fenêtre d’opportunité historique s’est ouverte pour une paix durable dans notre région. Il est très important que cette fenêtre d’opportunité ne se ferme pas. Je pense que l’Arménie devrait évaluer ce processus dans une perspective stratégique et une réflexion à long terme. Nous invitons les tiers à contribuer de manière constructive au processus au lieu de l’empoisonner », a-t-il ajouté.

Diplomatie en coulisses pour l’Arménie et l’Azerbaïdjan
Tout en exprimant son soutien à un éventuel accord de paix, Erdoğan a également souligné que la Turquie était « aux côtés de l’Azerbaïdjan » tout au long de ce processus. Cependant, ses paroles véhiculent également un message encourageant l’Azerbaïdjan à faire des compromis.

Après tout, quelques heures seulement avant la conférence de presse d’Erdoğan et d’Aliyev, le porte-parole du ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères, Ayhan Hajizade, a rappelé à Erevan un article constitutionnel. La Constitution arménienne reconnaît toujours le Karabakh, occupé par l’armée arménienne en 1993 et ​​repris par l’armée azerbaïdjanaise fin 2020 , comme territoire arménien.

Le rôle de l’Allemagne et la position difficile de Paşinyan
Le 17 février, deux jours avant sa rencontre avec Erdoğan à Ankara, Aliyev a rencontré le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan grâce à la médiation du chancelier allemand Olaf Scholz lors de la Conférence de Munich sur la sécurité. Il était clair qu’au moins l’un des « tiers » évoqués par Erdoğan était l’Allemagne.

Aliyev avait également rencontré la veille le ministre turc des Affaires étrangères Hakan Fidan à Munich. En d’autres termes, la coordination entre Ankara et Bakou s’est poursuivie.

Il était clair que Pashinyan n’était pas satisfait de l’accent mis par Aliyev sur la « nécessité de déterminer les frontières » lors de la rencontre avec Scholz, qui a abouti à la décision de « poursuivre les pourparlers ».

D’un côté, la guerre entre la Russie et l’Ukraine, de l’autre, la crise de Gaza et le fait que les gouvernements occidentaux, menés par les États-Unis, ont concentré leur poids diplomatique sur le soutien à Israël, ont empêché Erevan d’obtenir le soutien espéré. contre Bakou.

En outre, la reconnaissance par l’administration Pashinyan de la compétence de la Cour pénale internationale, qui a émis un mandat d’arrêt contre le président russe Vladimir Poutine le 1er février, apparemment à la demande de Washington et de Paris, a suscité la colère de Moscou.

Le corridor de Zangezur et les élections américaines
Dans un discours prononcé le 2 février à la radio d’État arménienne, Pashinyan a déclaré que son pays « ne pouvait plus compter sur la Russie (dont il dépend à plus de 95 %) pour ses besoins de défense » et qu’il devait former une nouvelle alliance de sécurité avec les États-Unis, la France, l’Inde et la Géorgie contre "la menace" azerbaïdjanaise.

La Russie a répondu en déclarant que la position de l’Arménie détériorerait encore davantage les relations entre les deux pays.

Après avoir rencontré Aliyev, Pashinyan s’est entretenu à Munich avec la communauté arménienne d’Allemagne et a abordé une autre question sensible, celle du corridor de Zangezour prévu entre la Turquie et l’Azerbaïdjan. Il a déclaré que cette question n’était pas incluse dans la déclaration tripartite de 2020 entre la Russie, l’Azerbaïdjan et l’Arménie.

Les avantages de l’Azerbaïdjan et la voie à suivre
Pashinyan espère clairement l’aide du lobby arménien influent et des groupes de la diaspora aux États-Unis avant l’élection présidentielle américaine du 5 novembre 2024. Cependant, comme le dit le proverbe, « les jours comptés passent vite ». Il est clair que la main de l’Arménie contre l’Azerbaïdjan sera encore plus affaiblie une fois passée l’excitation électorale américaine, et maintenant qu’elle a également mis en péril son alliance avec la Russie.

L’Azerbaïdjan, en revanche, exploite à bon escient ses avantages géographiques, notamment son pétrole et sa proximité avec l’Iran. Oui, l’Arménie est également voisine de l’Iran, via le corridor de Zanguezur, et l’Iran et l’Arménie entretiennent des liens étroits, mais on peut se demander dans quelle mesure les États-Unis en sont satisfaits.

Il est clair qu’améliorer ses relations avec l’Azerbaïdjan et la Turquie serait dans l’intérêt politique et économique de l’Arménie. Si Pashinyan et ses partisans font preuve de cette volonté et profitent de l’opportunité actuelle, il est clair que la Turquie, qui est en contact permanent avec l’Azerbaïdjan, usera également de son influence pour parvenir à un accord de paix.


Lire également
Erdogan pour l'Arménie : ne manquez pas cette « opportunité historique » pour la paix

Erdogan pour l’Arménie : ne manquez pas cette (…)

20 février 2024

Le Caucase a besoin de paix et de coopération pour un avenir prospère

Le Caucase a besoin de paix et de coopération (…)

4 octobre 2023