mercredi 8 décembre 2021
Accueil | Nos rubriques | Actualité

10 choses que vous ne savez peut-être pas sur les embargos sur les Chypriotes turcs

vendredi 19 novembre 2021 | par Engin



10 choses que vous ne savez peut-être pas sur les embargos sur les Chypriotes turcs

Avec aimable autorisation de Ipek Özerim : https://twitter.com/IpekOzerim

10 choses que vous ne savez peut-être pas sur les embargos sur les Chypriotes turcs

article original ; http://www.t-vine.com/10-things-you-may-not-know-about-the-embargoes-on-turkish-cypriots/

Saviez-vous que les Chypriotes turcs sont privés de leurs droits politiques, économiques et sociaux depuis 1964 ?

Les Chypriotes turcs sont les co-fondateurs de la République de Chypre, une petite île de la Méditerranée orientale. L’île est devenue indépendante de la domination britannique en 1960 et un nouvel État de partage du pouvoir a été créé entre les deux plus grandes communautés de Chypre : les Chypriotes turcs et grecs.

Lorsque les Chypriotes turcs ont refusé de renoncer à leur droit de veto constitutionnel, ils ont été brutalement chassés du pouvoir en décembre 1963 et ont été isolés internationalement depuis lors.

Près de 60 ans plus tard, ils ne peuvent pas commercer, voyager ou communiquer directement avec le reste du monde, et sont également interdits de participer à des événements sportifs internationaux de haut niveau comme les Jeux olympiques.

Voici dix faits sur ces embargos injustes et pourquoi il est vital que le monde aide à y mettre fin, afin que les Chypriotes turcs puissent profiter des mêmes droits et opportunités que les Chypriotes grecs.

Résolution 186 des Nations Unies du 4 mars 1964 et début des embargos
Le conflit à Chypre a éclaté en décembre 1963, lorsque la plus grande population chypriote grecque a attaqué les Chypriotes turcs et a pris le pouvoir. Des centaines de Chypriotes turcs ont été tués et des dizaines de milliers sans abri dans les semaines qui ont suivi. Lorsque la médiation n’a pas réussi à arrêter l’effusion de sang, les Nations Unies ont proposé d’envoyer une force internationale de maintien de la paix.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a ratifié cet arrangement lors de sa 1102 e réunion le 4 mars 1964, lorsque les membres ont adopté à l’unanimité la résolution 186. Cependant, cette résolution mal formulée a changé l’équilibre des pouvoirs à Chypre en qualifiant les Chypriotes grecs de « gouvernement de Chypre ». , tout en reléguant les Chypriotes turcs au statut de « communauté », avec d’énormes ramifications.

Le libellé de la résolution allait à l’encontre de la Constitution chypriote et des termes des traités internationaux qui ont établi la République de Chypre en 1960. La République a été formée par les Chypriotes grecs et les Chypriotes turcs en tant qu’État partageant le pouvoir, chaque communauté étant considérée comme politiquement égale et possédant le droit de veto.

Les politiciens chypriotes turcs Rauf Denktaş et Osman Örek, lors de la conférence de Chypre à Marlborough House, Londres, 15 janvier 1964
Intégrer à partir de Getty Images

D’un seul coup, la résolution de l’ONU du 4 mars a non seulement donné aux Chypriotes grecs le feu vert pour rester la seule autorité reconnue sur l’île, mais a également privé les Chypriotes turcs de leurs droits juridiques et politiques inhérents.

Si vous n’existez pas politiquement, vous n’existez pas du tout
La résolution 186 de l’ONU a non seulement refusé par inadvertance aux Chypriotes turcs un siège politique à l’ONU, mais aussi une voix et une représentation ailleurs.

De nombreuses institutions mondiales sont liées à l’ONU, donc si vous n’y êtes pas représenté, vous ne pouvez pas être représenté au sein d’organismes tels que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ou l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI).

Les Chypriotes turcs sont exclus des instances sportives mondiales comme le Comité international olympique (CIO), et leurs politiciens démocratiquement élus ne sont pas en mesure de les représenter au Parlement européen, bien que Chypre en soit membre depuis 2004.

Ersan Saner, le ministère du Travail et de la Sécurité sociale de la RTCN, à Djeddah, en Arabie saoudite, pour une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’OCI, les 10 et 11 juillet 2017. Photo © TRNC PIO

Certains organismes internationaux ont tenté de surmonter cette injustice en offrant aux Chypriotes turcs le statut d’« observateur » jusqu’à ce que le différend chypriote soit résolu.

Depuis 1975, l’Organisation de la coopération islamique (OCI), par exemple, a permis aux représentants chypriotes turcs de participer à ses différents forums. L’organisation a décidé de conférer officiellement le statut d’« observateur » à « l’État chypriote turc » lors d’une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’OCI au Yémen en 2005.

L’appel de l’ONU à la non-reconnaissance de la RTCN va à l’encontre de sa propre Charte promouvant l’autodétermination en tant que droit de l’homme
Bien qu’elles connaissent les réalités de Chypre, l’ONU insiste sur le fait qu’il ne peut y avoir qu’un seul État internationalement reconnu sur l’île - la République de Chypre - qui a été détournée par les Chypriotes grecs.

Il y a eu de nombreuses négociations et plans dirigés par l’ONU pour rétablir le partage du pouvoir à Chypre - chacun rejeté par les Chypriotes grecs, qui ont peu d’incitations à changer la donne.

Les Chypriotes turcs ont tenté d’échapper à ce vide politique en déclarant leur propre État, la République turque de Chypre du Nord (RTCN), le 15 novembre 1983.

Logo des Nations Unies
Considéré comme un « acte sécessionniste », diverses résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU ont appelé à la non-reconnaissance de la RTCN, notamment les résolutions 541 (1983) et 550 (1984), qui ont qualifié la déclaration de la RTCN de « juridiquement invalide ».

Pourtant, ces résolutions vont à l’encontre de la propre Charte des Nations Unies et ont pour objectif fondamental de faciliter l’autodétermination :

« Développer des relations amicales entre les nations fondées sur le respect du principe de l’égalité des droits et de l’autodétermination des peuples, et prendre d’autres mesures appropriées pour renforcer la paix universelle » [Charte des Nations Unies, article 1, clause 2].

Les résolutions vont également à l’encontre des traités internationaux, tels que le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) de 1966, qui stipule à l’article 1 que « Tous les peuples ont le droit à l’autodétermination. En vertu de ce droit, ils déterminent librement leur statut politique et poursuivent librement leur développement économique, social et culturel.

Les Chypriotes grecs bloquent les vols directs vers l’aéroport d’Ercan
Essentiellement, Chypre a été scindée en deux depuis le début de 1964, lorsque le conflit chypriote s’est installé, chaque communauté gérant ses propres affaires. Pourtant, parce que la communauté internationale ne reconnaît qu’une seule autorité sur l’île - la République de Chypre contrôlée par les Chypriotes grecs - ce sont elles qui déterminent quels aéroports sont ouverts au trafic aérien international.

S’appuyant sur la Convention de Chicago de 1944, les Chypriotes grecs ont indiqué à l’OACI que l’aéroport principal de la RTCN, Ercan, également connu sous le nom de Tymvou, est un aéroport non désigné pour les vols internationaux. Ils refusent également l’autorisation aux compagnies aériennes internationales souhaitant se rendre à Ercan, interdisant essentiellement à tous les vols réguliers et charters de voler directement vers Chypre du Nord.

Aéroport d’Ercan, juillet 2020

Alors que la grande majorité des États et des compagnies aériennes se conforment à cette demande, les compagnies aériennes turques et de nombreux opérateurs de jets privés ne le font pas sans aucune répercussion juridique.

Cependant, tous les vols réguliers et charters à destination ou en provenance d’Ercan doivent d’abord atterrir en Turquie. Cela ajoute du temps, des coûts et des inconvénients à la fois aux passagers et aux compagnies aériennes, et limite la croissance du tourisme, qui est le plus grand secteur de la RTCN.

Il y a seize ans, Imair, une compagnie aérienne commerciale d’Azerbaïdjan, a tenté de surmonter ce problème en lançant des vols directs vers Ercan. Plus de 90 passagers ont effectué le voyage historique sur un vol Imair de l’aéroport international Heydar Aliyev dans la capitale Bakou à l’aéroport d’Ercan dans le nord de Chypre le 27 juillet 2005.

Les Chypriotes grecs se sont plaints auprès de l’UE du vol azéri et la compagnie aérienne a été menacée de perdre sa licence européenne, la forçant à annuler tous les futurs vols directs vers Ercan.

En avril 2004, la Grande-Bretagne était parmi les nombreux pays à s’engager à mettre fin à l’isolement international des Chypriotes turcs après leur courageux « oui » lors d’un référendum soutenant le plan Annan soutenu par l’ONU pour réunifier l’île. Les Chypriotes grecs, sans surprise, ont rejeté ce plan.

Au moment de la crise, à la demande des Chypriotes grecs, le gouvernement britannique, comme le reste de la communauté internationale, n’était pas disposé à prendre des mesures pour supprimer les restrictions injustes imposées à Chypre du Nord. Le Royaume-Uni, cependant, a des responsabilités différentes à Chypre – en tant que puissance garante, il est obligé de traiter les deux parties à Chypre sur un pied d’égalité.

La compagnie aérienne nationale TRNC Cyprus Turkish Airways (KTHY) a perdu son procès pour vols directs contre le gouvernement britannique en 2009. Photo prise à l’aéroport d’Ercan début 2005

Par l’intermédiaire de leur compagnie aérienne nationale Cyprus Turkish Airlines, les Chypriotes turcs ont décidé d’intenter une action en justice contre le gouvernement britannique pour avoir refusé d’autoriser des vols directs vers l’aéroport d’Ercan. La Haute Cour, tout en reconnaissant les difficultés pratiques pour ceux qui visitent Chypre du Nord, a décidé en 2009 que les circonstances n’étaient pas suffisamment exceptionnelles pour passer outre les traités internationaux. La Cour d’appel a confirmé la décision initiale en 2010.

En 2017, les autorités britanniques ont ajouté un nouvel embargo pour ceux qui se dirigent vers le Royaume-Uni depuis l’aéroport d’Ercan . Sous prétexte de « problèmes de sécurité régionale », le Royaume-Uni insiste pour que tous les avions en provenance de la RTCN atterrissent non seulement en Turquie, mais que tous les passagers débarquent également et subissent un nouveau contrôle de sécurité. Aucun autre pays au monde n’insiste sur cette mesure.

L’aéroport d’Ercan a depuis amélioré sa sécurité, mais le Royaume-Uni refuse toujours de lever la règle de débarquement.

Les anomalies du droit international : ne peut pas voler directement, mais c’est OK pour utiliser Famagouste et d’autres ports maritimes de Chypre du Nord

Alors que les vols directs vers Chypre du Nord sont apparemment interdits, il n’y a pas une telle interdiction pour les ports maritimes du pays. Cet aspect a été établi par la Commission européenne dans sa réponse du 18 janvier 2008 à une question du Parlement européen sur la légalité de l’utilisation des ports maritimes de la RTCN, étant donné l’affirmation chypriote grecque selon laquelle ils ne sont pas ouverts au transport international.

Le port de Famagouste, 7 janvier 2017. Phot0 © A.Savin / (Wikimedia Commons · WikiPhotoSpace ) – Travail personnel, FAL

La Commission européenne a déclaré : « La Commission comprend qu’il n’y a aucune interdiction en vertu du droit international général d’entrer et de sortir des ports maritimes dans la partie nord de Chypre ».

Les juges dans l’affaire des vols directs l’ont également reconnu dans leur décision de 2010.

C’est un droit humain, mais les Chypriotes turcs sont toujours interdits de sport
L’un des pires aspects des embargos concerne la vie sportive. Les athlètes ont une courte durée de vie et il semble particulièrement cruel d’utiliser la politique dans le sport, ce qui prive les sportifs chypriotes turcs du droit de rivaliser avec leurs pairs au plus haut niveau dans les compétitions internationales.

Le CIO, par exemple, n’a pas encore accordé aux Chypriotes turcs le droit de concourir sous le drapeau blanc politiquement neutre. Ils s’attendent plutôt à ce que des athlètes de la RTCN tels que Meliz Redif et Yiğitcan Hekimoğlu prennent la nationalité de la République de Chypre ou de la Turquie pour concourir.

Deux athlètes chypriotes turcs de premier plan contraints de prendre la nationalité turque pour participer à des événements sportifs internationaux : Meliz Redif, 2012, photo © Ayse Fevzi Göktaş (Wikipedia/CC BY-SA 3-0) et Yiğitcan Hekimoğlu, 2018, photo recadrée © Vanbasten 23 (Wikipédia/CC By SA 4.0)

Cette politique absurde n’est pas conforme à l’esprit des Jeux Olympiques et enfreint l’un des « Principes fondamentaux de l’Olympisme », tels qu’énoncés dans la Charte du CIO (article 4, édition 2020) :

« La pratique du sport est un droit humain. Chaque individu doit avoir la possibilité de pratiquer un sport, sans discrimination d’aucune sorte et dans l’esprit olympique, ce qui requiert une compréhension mutuelle dans un esprit d’amitié, de solidarité et de fair-play.

De même, l’organisme mondial de football FIFA manque à sa propre éthique en refusant d’admettre l’Association turque de football chypriote (CTFA) en tant que membre.

Le CTFA a été formé en 1955 après que les Chypriotes grecs eurent chassé les équipes chypriotes turques de la ligue chypriote. La Constitution de la République de Chypre autorise également des arrangements sportifs séparés des deux communautés, mais la FIFA refuse toujours d’accepter des joueurs et des équipes de Chypre du Nord.

La mémorable campagne 2005 « Balls to Embargos » d’Embargoed !, qui a suscité l’intérêt des médias du monde entier. Photo © Harun Ucar

De manière scandaleuse, les Chypriotes turcs sont même interdits de jouer des matchs de football amicaux avec des clubs de football et des équipes nationales enregistrés par la FIFA, ce qui s’exposerait à des sanctions financières et à une éventuelle expulsion pour ce faire. Pourtant, une telle discrimination est interdite par la propre Charte de la FIFA :

« Discrimination de toute nature à l’encontre d’un Pays, d’une personne privée ou d’un groupe de personnes en raison de la race, la couleur de la peau, l’origine ethnique, nationale ou sociale, le sexe, la langue, la religion, l’opinion politique ou toute autre opinion, la richesse, la naissance ou tout autre statut , l’orientation sexuelle ou toute autre raison est strictement interdite et passible de suspension ou d’expulsion. [Charte FIFA, édition 2015, Section 1 Dispositions générales, Article 3]

Mersin 10, Turquie – Chypre du Nord reléguée dans une boîte postale
Après la guerre de Chypre de 1974, l’île a été officiellement divisée en deux territoires ethniques : un nord chypriote turc et un sud chypriote grec. Cette séparation a été confirmée dans l’Accord d’échange de population de 1975, suivi par les Accords de haut niveau de 1977 et 1979.

Tous les plans de règlement de l’ONU pour Chypre depuis les années 1970 sont basés sur l’existence de deux territoires ethniques à Chypre - une caractéristique acceptée par l’ensemble de la communauté internationale. Cela soulève donc la question : « pourquoi le monde refuse-t-il de traiter directement avec les Chypriotes turcs et leur patrie de Chypre du Nord ?

L’isolement international de Chypre du Nord a un impact sur tous les aspects de la vie chypriote turque, y compris les communications. Il n’y a, par exemple, aucun service postal direct vers Chypre du Nord. Tout est redirigé via la Turquie.

Groupe de défense des droits humains Embargo ! attire l’attention sur la façon dont la RTCN est réduite à une boîte postale – Mersin 10, Turquie – car tous les postes à destination de Chypre du Nord doivent passer par la Turquie

Ceux qui envoient du courrier à Chypre du Nord doivent inclure la ligne "Mersin 10, Turquie" dans l’adresse, pour s’assurer que le courrier atteint les destinataires prévus, réduisant essentiellement l’ensemble de Chypre du Nord à une boîte postale en Turquie.

Il y a des problèmes similaires avec les télécommunications : toutes les lignes fixes et les téléphones portables de Chypre du Nord portent l’indicatif de pays +90 de la Turquie. Jusqu’à il y a quelques années, les Chypriotes grecs et turcs ne pouvaient même pas s’appeler en raison des objections des autorités de Chypre du Sud.

Ces dernières années, pour éviter toute confusion chez les clients, de nombreux fournisseurs de télécommunications internationaux ont commencé à faire la distinction entre le nord et le sud de Chypre sur les factures et les forfaits qu’ils proposent. Comme les appels TRNC passent par la Turquie, leurs tarifs et tarifs, ainsi que les coûts des appels et des données sont très différents de ceux des clients du sud de Chypre.

L’impact de l’interdiction du commerce direct
L’isolement international de Chypre du Nord signifie que l’économie du pays et les revenus des Chypriotes turcs sont largement inférieurs à ceux des Chypriotes grecs et des autres habitants de Chypre du Sud.

Dans la mesure du possible, les autorités chypriotes grecques tentent d’empêcher ou d’entraver le commerce direct avec Chypre du Nord. Nous l’avons vu avec l’UE qui, après s’être initialement engagée à commercer directement avec Chypre du Nord, s’est conformée aux exigences chypriotes grecques et a adopté le règlement de la Ligne verte, exigeant que toutes les marchandises destinées à la vente dans l’UE passent par Chypre du Sud. Cette réglementation lourde signifie du temps supplémentaire, des coûts et des inconvénients pour les commerçants chypriotes turcs et leurs acheteurs de l’UE, rendant leurs produits moins compétitifs.

Après près de 17 ans d’adhésion à l’UE, les Chypriotes turcs ne sont toujours pas en mesure de vendre certains de leurs produits de base au bloc, comme le fromage hellim, parce que les Chypriotes grecs refusent d’autoriser l’UE à inspecter les producteurs laitiers de Chypre du Nord ou pour la certification fournie par le Les autorités de la RTCN doivent être acceptées dans l’UE.

Les Chypriotes turcs n’ont pas ces restrictions lorsqu’ils commercent avec des territoires non membres de l’UE, mais comme la RTCN n’est pas reconnue comme un État souverain, elle ne peut pas signer d’accords de libre-échange. En conséquence, il y a plus de taxes sur les exportations de Chypre du Nord, ce qui les rend plus chères pour les acheteurs et les consommateurs.

Pour les marques souhaitant faire des affaires avec la RTCN, elles sont confrontées à des tactiques musclées de la part des responsables chypriotes grecs qui tentent de les repousser. Certaines entreprises se retirent, tandis que d’autres sont obligées de porter une variante de leur marque internationale pendant un certain temps, comme Burger King (Burger City) et Vodafone (Telsim Vodafone).

L’homme d’affaires chypriote turc Mete Boyaci a d’abord dû étiqueter toutes ses succursales de TRNC Burger King « Burger City ». Après une bataille de 20 ans, ils ont été autorisés à se rebaptiser Burger King fin 2019

Heureusement, un nombre croissant de marques mondiales traitent directement avec les entreprises TRNC, leur accordant des licences pour opérer en tant que franchises ou distributeurs. Il s’agit notamment de BMW, des chaînes de vêtements Guess et Zara, Gloria Jean’s Coffee, Sbarro et Whirlpool.

Un embargo même sur l’éducation
Les Chypriotes turcs administraient leur propre éducation bien avant la proclamation de la RTCN. Ce droit est en fait inscrit dans la Constitution de 1960 de la République de Chypre. L’éducation est également un droit humain fondamental.

En 1979, les Chypriotes turcs ont créé leur première université - l’Université de la Méditerranée orientale à Mağusa / Famagouste. Aujourd’hui, elle est classée parmi les 1 000 meilleures universités du monde.

Université de la Méditerranée orientale à Mağusa (Famagouste), Chypre du Nord

Il y a 18 autres universités dans la RTCN, dont plusieurs affiliées à des universités turques. Ces institutions offrent non seulement un enseignement supérieur à la population locale, mais également à plus de 90 000 étudiants internationaux.

L’enseignement supérieur est le deuxième secteur générateur de revenus à Chypre du Nord, et pour cette raison, le gouvernement chypriote grec est déterminé à essayer de le saper.

Les autorités de Chypre du Sud ont empêché les universités de la RTCN de participer au processus de Bologne, qui harmonise les normes des qualifications de l’enseignement supérieur dans les 48 États membres différents à travers l’Europe.

Lentement mais sûrement, cependant, ces embargos sont érodés par différentes facultés, universités et associations académiques de Chypre du Nord :

– L’Association des biologistes de Chypre du Nord (Bio-Der) a rejoint l’Association des biologistes des pays européens (ECBA) en 2006 ;
– L’Association des sciences de l’éducation de Chypre du Nord (KEB-DER) a rejoint l’Association européenne de recherche en éducation en août 2010 ;
– Les facultés de droit des trois universités de Chypre du Nord ont été accréditées par l’Association des facultés de droit européennes (ELFA) ;
– L’Université du Proche-Orient et l’Université de la Méditerranée orientale sont membres de l’Association européenne des universités ;
– L’Université américaine de Girne et l’Université internationale de Chypre sont membres du Conseil européen pour l’enseignement commercial (ECBE) ;
– Le Conseil d’accréditation et de coordination de l’évaluation de la planification de l’enseignement supérieur de Chypre du Nord (YÖDAK) fait désormais partie de quatre organismes européens importants : l’Association européenne pour l’assurance qualité dans l’enseignement supérieur (ENQA, 2007), le Réseau international des agences d’assurance qualité dans l’enseignement supérieur ( INQAAHE, 2009), le UK – National Academic Recognition Information Centre (UK-NARIC, 2009) et le Central and Eastern European Network of Quality Assurance Agencies in Higher Education (CEENQA, 2013).

Serhat Akpınar, le recteur fondateur de l’Université américaine de Girne. Photo via Twitter
Le Réseau d’Europe centrale et orientale des agences d’assurance qualité dans l’enseignement supérieur (CEENQA) a tenu sa réunion à Chypre du Nord du 17 au 18 mai 2019. Vingt-six institutions d’assurance qualité de 20 pays ont participé à la réunion.

Malheureusement, les Chypriotes grecs n’abandonnent pas leur campagne agressive contre le secteur de l’éducation à Chypre du Nord. L’un de leurs grands objectifs actuels est de bloquer la reconnaissance des diplômes des universités de la RTCN.

En décembre 2020, Serhat Akpınar, le recteur fondateur de l’Université américaine de Girne, a déclaré aux médias locaux que les diplômes et diplômes de la RTCN délivrés aux étudiants d’Égypte, de Jordanie, d’Iran, d’Irak et des Émirats arabes unis ne seraient plus reconnus par leur pays d’origine.

Cette évolution, si elle n’est pas contrôlée, pourrait entraîner une réduction importante du nombre d’étudiants étrangers postulant pour étudier dans les universités de la RTCN.

Des artistes internationaux déchirent les embargos culturels sur Chypre du Nord
Nous savons tous que les embargos sur les Chypriotes turcs et leur patrie de Chypre du Nord ont dépassé leur date de péremption depuis longtemps. Non seulement ils sont extrêmement injustes, mais ils sont également à l’origine de l’inimitié entre les deux communautés.

Un domaine d’espoir pour les Chypriotes turcs est dans l’arène culturelle. Si l’on se fie à la réponse des artistes internationaux, les efforts de lobbying des Chypriotes grecs de Chypre du Sud et de sa diaspora pour intimider les artistes afin qu’ils ne se produisent pas à Chypre du Nord échouent de plus en plus.

Bob Geldof, chanteur de Boomtown Rats, live pour Rock n EMU, 21 avril 2017. Photo © Major Music

Pour chaque nom de haut niveau qui s’est retiré de la RTCN, comme Jennifer Lopez, Julio Iglesias et SNAP !, il y en a beaucoup d’autres qui sont heureux de venir jouer.

Parmi les musiciens, groupes et artistes notables à avoir visité et joué à Chypre du Nord au cours des 20 dernières années, citons : Artful Dodger, Aswad, the Belarussian Ballet Company, Berlin Art Ensemble, Billy Paul, Boomtown Rats, Buika, Cesera Evora, David Russell, Deep Purple, Dionne Warwick, George Benson, Gloria Gaynor, Goran Bregoviç, Inner Circle, Joshua Redman Quartet, Jose Carreras, Julian Marley, Kelis, Levi Roots, Los Paraguayos, Monica Molina, Natalie Cole, Paco Peña, Paris Hilton, Paul van Dyk, Pink Martini, Randy Crawford, Ras Kwame, Rojas et Rodriguez, Samantha Fox, Sean Paul, Sister Sledge, Stephen Marley, Tiesto, The Weather Girls, Tinie Tempah, Tom Jones, Twinkle Brothers, UB40, Yasmin Levy, le Wailers, Wax Poetic et bien d’autres.

Tiesto - alors le meilleur DJ du monde - jouant au Club Escape, à Chypre du Nord, le 12 juillet 2006

Photo principale, en haut, des manifestants lors de la manifestation de 2006 du groupe de défense des droits humains Embargoed ! Bâillonné à Bruxelles, le 26 avril 2006. Photo © Embargoed !

Portfolio

À lire aussi