mardi 6 décembre 2022

USA-Israël-Turquie : 3 alliés, 2 mesures

Publié le | par Ilker TEKIN | Nombre de visite : 554 |

Le 12 juillet 2006 le Hezbollah libanais attaquait une patrouille israélienne, en territoire israélien. A la suite de cette attaque, 3 soldats israéliens seront tués, et 2 autres seront enlevés. Le jour même l’armée israélienne lancera une opération militaire de grande envergure au Liban non seulement contre les positions du Hezbollah, mais aussi contre les infrastructures du Liban.

Le 14 juillet le Président George Bush déclarait : qu’ « Israël a le droit de se défendre », ajoutant : « Quoi qu’Israël fasse, cela ne doit pas affaiblir le gouvernement au Liban » [1]

Le 8 octobre 2007, l’organisation terroriste PKK franchissant la frontière irakienne attaquait des soldats turcs dans la ville de Sirnak. L’attaque se soldera par la mort de 13 soldats turcs.
Le 21 octobre 2007, toujours dans la ville de Sirnak, 11 soldats turcs sont tués, 17 blessés et 8 enlevés après une attaque du PKK aux armes lourdes. Cette attaque sera organisée et lancée toujours depuis le Nord irakien.

Le 18 octobre 2007, à l’inverse de son soutien à Israël, le Président américain George Bush tançait vivement la Turquie sur une éventuelle opération militaire turque contre les bases du PKK en Irak. Bush déclarait : « nous disons de manière très claire à la Turquie que nous ne pensons pas qu’il soit dans leur intérêt d’envoyer des troupes en Irak ».
 [2]

Le 23 octobre 2007, après la deuxième attaque, les Etats-Unis apportaient leur soutien « entier » aux autorités turques face aux attaques du PKK, mais tout en restant fermement opposés à une intervention militaire turque contre les bases du PKK en Irak, ne proposaient aucune solution afin d’éradiquer le terrorisme anti-turc [3].

Bien que, à un an d’intervalle, les agressions contre les Israéliens et les Turcs soient très similaires, bien que la Turquie ait avant tout privilégié l’action diplomatique plutôt que militaire, cette fois à l’inverse d’Israël, les USA, loin de leur soutien sans faille à Israël, n’ont jusqu’à maintenant apporté qu’un soutien de forme à la Turquie. Interdisant aux Turcs d’agir, afin de se défendre, contre les bases irakiennes du PKK, les autorités américaines n’ont rien entrepris de leur côté afin empêcher les terroristes du PKK d’agir à leur guise dans le Nord irakien - région sous contrôle américain. 2 alliés, 2 mesures donc. Si tant est qu’on puisse encore parler d’« alliance » USA-Turquie, tellement la politique américaine actuelle vis-à-vis de la Turquie est insincère et inamicale.

À lire aussi