Accueil | Nos rubriques | Actualité

Pro Asyl : la Grèce coupe l’argent des demandeurs d’asile

vendredi 24 décembre 2021 | par Engin | Temps de lecture estimé : 2 mn
Pro Asyl : la Grèce coupe l'argent des demandeurs d'asile

Pro Asyl : la Grèce coupe l’argent des demandeurs d’asile

L’organisation humanitaire allemande Pro Asyl a accusé le gouvernement grec d’avoir interrompu les paiements en espèces des fonds européens pour les réfugiés et de les laisser mourir de faim.

L’organisation allemande de défense des droits humains Pro Asyl a accusé la Grèce d’avoir laissé mourir de faim les personnes dans le besoin qui s’y étaient réfugiées. Dans la déclaration faite par l’organisation, il a été déclaré que le gouvernement grec avait arrêté les paiements en espèces à des milliers de réfugiés et que des milliers de réfugiés mouraient de faim.

Le directeur administratif de Pro Asyl, Günter Burkhardt, a déclaré que les demandeurs d’asile sont dans une situation terrible et que cette situation ne peut pas être acceptée par l’UE et a déclaré : « La Grèce mène une politique brutale de misère qui va à l’encontre de la dignité humaine.

Les paiements que le gouvernement grec aurait arrêtés consistent en une aide en espèces transférée aux demandeurs d’asile dans le cadre des programmes d’aide de l’UE. Burkhardt a déclaré que jusqu’en octobre, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés a été autorisé à distribuer ladite aide en espèces, puis l’autorité a été transmise au gouvernement grec, notant qu’après le transfert, les paiements ont été bloqués pendant des semaines, et la situation pour demandeurs d’asile s’est aggravé.

Appel à la Commission européenne
Pro Asyl a exhorté la Commission européenne à veiller à ce que la législation européenne soit appliquée en Grèce et à ce qu’Athènes reprenne les paiements.

Dans le communiqué, il a été souligné que la situation des réfugiés dont les demandes d’asile ont été acceptées est également problématique et s’aggrave. Soulignant qu’il est presque impossible pour les réfugiés de trouver du travail ou un logement locatif, Burkhardt a noté que pour cette raison, beaucoup d’entre eux vivent encore dans des refuges pour réfugiés, qu’ils ont en fait dû évacuer. Burkhardt a déclaré que le nombre de réfugiés confrontés au danger de l’itinérance et de l’extrême pauvreté augmente à cause de cela.

À lire aussi