jeudi 2 février 2023

Macron ne se rendra probablement pas en Turquie tant que les tensions persistent

Publié le | par Hakan | Nombre de visite 743
Macron ne se rendra probablement pas en Turquie tant que les tensions persistent

Des sources françaises affirment que les désaccords sur des questions telles que la Méditerranée orientale doivent être aplanis avant que Macron n’accepte l’invitation d’Erdogan

Le président français Emmanuel Macron ne devrait pas se rendre en Turquie malgré une invitation ouverte du président turc Recep Tayyip Erdogan plus tôt cette année, indiquant que les différences entre les pays sont encore trop grandes pour être comblées.

La Turquie et la France ont eu une relation difficile au cours des dernières années, se disputant sur des questions telles que la Méditerranée orientale et la Syrie. Les deux dirigeants ont même échangé des insultes personnelles, Erdogan ayant un jour qualifié Macron de "mort cérébrale". Mais une période de non-engagement a pris fin l’année dernière lorsqu’ils ont échangé des lettres pour réparer les liens rompus.

En octobre, Erdogan a déclaré avoir rencontré Macron en marge du sommet de la Communauté politique européenne dirigé par la France et l’avoir invité à une visite. "Il m’a demandé s’il pouvait venir après le sommet du G-20 en Indonésie en [novembre] et je lui ai dit d’amener sa femme, qui s’entend bien avec la mienne", a déclaré Erdogan à l’époque.

Des sources françaises proches des discussions ont déclaré à un groupe de journalistes que le voyage de Macron à Ankara était peu probable. Les sources ont indiqué que les deux pays sont toujours en négociations pour parvenir à une conclusion sur divers désaccords et que la visite serait vaine sans leur résolution.

Les prochaines élections présidentielles turques, prévues pour juin, sont un autre facteur. Les sources ont déclaré qu’elles ne voudraient pas avoir une visite présidentielle officielle trop près des élections et risquer d’avoir un impact sur la politique intérieure turque.

En Méditerranée orientale et en mer Égée, la Turquie et la France sont en désaccord sur les frontières maritimes et les tensions entre Ankara, la Grèce et Chypre.

Les sources ont affirmé que la Turquie a menacé la souveraineté de la Grèce et de Chypre, attisant les tensions et aliénant Ankara de l’Union européenne.

Les sources, qui soutiennent qu’une solution à deux États à Chypre est contraire aux paramètres des Nations Unies, ont déclaré que l’appel d’Erdogan à une conférence sur la Méditerranée orientale est toujours sur la table. Ils ont dit que la France voudrait faire tout le nécessaire pour poursuivre des intérêts communs.

Ils ont également noté que la proposition de la Turquie pour une conférence et un dialogue est conforme aux objectifs français, tant que les tensions ne sont pas mises sur la table.

La France n’a pas d’agenda séparé sur les questions et souhaite une solution selon les paramètres de l’ONU, ont-ils ajouté.

Plus tôt ce mois-ci, Macron a également proposé un sommet régional sur les opérations militaires turques et iraniennes contre les groupes kurdes en Syrie et en Irak, qui se tiendra peut-être avant la fin de l’année. Les sources ont déclaré que la réunion était toujours en cours de planification et ne se réunirait probablement pas avant la fin de l’année.

La France affirme que les partenariats économiques et commerciaux sont deux des piliers les plus importants de sa relation avec la Turquie.

L’exemple le plus récent de cette coopération est le protocole de la Commission conjointe de l’économie et du commerce (JETCO) Turquie-France, signé à Paris le 30 novembre, qui vise à accroître les échanges et les investissements bilatéraux.

À lire aussi