samedi 4 février 2023

Le PM turc accentue la pression sur la banque centrale pour une nouvelle baisse des taux

Publié le | par Hakan | Nombre de visite 161
Le PM turc accentue la pression sur la banque centrale pour une nouvelle baisse des taux

Le Premier ministre islamo-conservateur turc Recep Tayyip Erdogan a exhorté mardi la banque centrale à abaisser davantage les taux, jugeant insuffisante une récente mesure en ce sens de cette institution.

"Les taux sont trop élevés. Il faut qu’ils baissent pour qu’il y ait un investissement réel" en Turquie, a estimé M. Erdogan lors de son discours hebdomadaire au Parlement devant les députés de son Parti de la justice et du développement (AKP).

La banque centrale turque a annoncé jeudi avoir abaissé son principal taux directeur de 10% à 9,5% tout en gardant ses autres taux inchangés (12% et 8%).

Le comité de politique monétaire (PPK) a, lors de sa réunion mensuelle, décidé que la politique de resserrement monétaire serait poursuivie jusqu’à ce qu’une amélioration substantielle soit observée en matière d’inflation.

En avril, le Premier ministre, conforté par une nette victoire électorale aux municipales du 30 mars, qui suivirent une forte période d’instabilité marquée par un scandale de corruption le touchant, avait exhorté la banque centrale à abaisser ses taux pour stimuler l’économie. Ceux-ci avaient été massivement relevés en janvier pour enrayer la chute de la livre et les déficits publics.

M. Erdogan a en outre balayé les critiques sur l’intervention politique qu’il exerce sur la banque centrale, censée être un organisme indépendant.

"Il est mon droit le plus naturel d’exprimer mes opinions sur les décisions de la banque centrale", a insisté mardi M. Erdogan, affirmant que les taux actuels contribuaient à la montée de l’inflation.

La semaine dernière M. Erdogan s’en était une nouvelle fois pris à l’institution monétaire : "Quand vous augmentez les taux, vous le faites de 5 points de pourcentage. Quand vous les baissez, c’est de 0,5 point. C’est une plaisanterie".

Source : AFP



À lire aussi