dimanche 4 décembre 2022

La Turquie à l’honneur sur le salon CARTES & IDentification

Publié le | par Hakan | Nombre de visite : 227 |
La Turquie à l'honneur sur le salon CARTES & IDentification

Avec le premier déploiement commercial de paiement mobile NFC en Europe, mais aussi la première carte d’identité nationale au monde à intégrer la fonction paiement EMV, la Turquie multiplie les’premières’ dans les domaines du paiement, de l’identité et des communications mobiles. Elle est également devenue en quelques années l’un des pays les plus importants en Europe pour l’usage de la carte bancaire. Autant de raisons pour que la Turquie soit mise à l’honneur lors du salon CARTES & IDentification qui se tiendra au Parc des Expositions de Paris Nord Villepinte du 15 au 17 novembre 2011 ?

Marché leader européen d’ATM, avec une croissance de 40% sur les 5 dernières années des cartes produites, et une mise en place dynamique de nouvelles solutions sans-contact et programmes de fidélité, la Turquie offre de nombreuses opportunités de développements.

Ce pays a d’ores et déjà prouvé sa capacité à innover dans le secteur de la carte à puce qui y connaît une croissance rapide. Avec une population de 77,8 millions d’habitants, dont 63 millions d’utilisateurs de téléphones mobiles, la Turquie représente un potentiel élevé pour l’industrie du paiement. L’adoption des technologies du sans contact s’accroît dans les zones urbaines et tend à progresser encore alors que les banques rivalisent afin de conquérir le segment grandissant des jeunes citadins.

Des banques très actives et une inter-bancarité qui s’affirme

Avec plus de 120 millions de cartes émises à la fin du premier trimestre 2011, soit une progression de près de 53% en un peu plus de 5 ans, et un parc de terminaux de paiement de plus de 1,8 million - dont déjà 21 000 sont sans contact - le secteur bancaire turc confirme savitalité et son appétence pour l’innovation. Le pays a mené sa migration EMV en un temps record grâce aux initiatives et à la coordination du BKM (Bankalararasi Kart Merkezi), le centre interbancaire turc. Il est devenu également le premier marché européen des automates bancaires. Il comptait à la fin 2010 près de 28 000 machines installées intégrant la fonction de géolocalisation pour être recherchées depuis un téléphone mobile, grâce une application développée par le BKM dans le cadre d’un projet (ATM Sharing System) qui a permis la création de services communs (changement de PIN, déblocage de cartes) sur l’ensemble du parc d’automates. La particularité du marché bancaire turc était en effet, jusqu’en 2005-2006, d’être marqué par une absence d’inter-bancarité. Chacune des banques émettaient leurs propres cartes - souvent en co-branding avec des commerçants -, mais déployaient également leur propre infrastructure de terminaux de paiement et d’automates.

Accords entre banques et opérateurs mobiles

Les ’premières’ dans le domaine bancaire se conjuguent aujourd’hui avec des premières dans le domaine des communications mobiles :

 Le premier déploiement commercial de paiement et de fidélité mobile NFC (Bonus Trink Program loyalty) en Europe a été lancé en février dernier par Garanti Bank, l’opérateur de téléphonie mobile Avea, et Gemalto pour la fourniture de l’add-on NFC.

 La banque Asya a lancé de son côté l’une des premières cartes microSD intégrant la fonction NFC, développée par Wachdata.

 Et plus récemment, Turkcell, le premier opérateur de téléphonie mobile turc et la banque Yapi Kredi Bank ont lancé une solution NFC baptisée Turkcell Cep-T Cüzdan avec OTI, fournisseur de l’accessoire NFC et e-Kart Electronic Card Systems, le ?personalisateur’ agissant également comme TSM (Trusted Service Manager).

Ces initiatives ne sont pas seulement des premières européennes, ce sont aussi des premières techniques. Toutes les technologies utilisées permettent de transformer n’importe quel téléphone du marché (excepté l’iPhone, quoique des développements soient en cours pour le rendre compatible) en téléphone NFC.

Dans le domaine du paiement mobile, les efforts de coordination interbancaire n’ont certes pas encore porté leurs fruits comme ils l’ont fait dans les années 2000 avec la carte EMV, mais des travaux sont en cours au sein du BKM pour mettre en place une plate-forme TSM indépendante, capable d’apporter des services communs à la fois aux banques et aux opérateurs (principalement Turkcell et Avea).

Des sociétés de services dans le contrôle d’accès et le transport

Bon nombre de sociétés de services et d’intégrateurs turcs sont déjà prêts pour accompagner ces déploiements sans contact et NFC dans tous les domaines imaginables.

C’est le cas de la société Oytek, par exemple, qui s’est fait une spécialité de développements de middlewares (middlets NFC) et de kiosques NFC.

C’est également le cas de KentKart qui a développé une carte de transport rechargeable on-line (Infinite City Card), et qui étend son offre jusqu’à présent centrée sur des produits d’accès comme ses lecteurs et validateurs sans contact, à des plates-formes de services dédiées au traitement des transactions.

C’est enfin celui de Belbim (validateur pour le transport), ou encore de PDKs qui développe des tickets et toute une famille de’pass’électroniques.

Avec ses 15 millions d’habitants, Istanbul s’apprête à devenir l’une des villes contactless et sans doute NFC ?les plus importantes au monde.

La première carte d’identité nationale dotée d’une fonction de paiement EMV

La carte d’identité nationale turque s’annonce à ce jour comme la première carte à puce au monde qui sera émise par un Etat tout en ayant la fonction bancaire de paiement (EMV). Développée par les équipes R&D de l’Institut d’Etat UEKAE, cette carte multi-applications à contact et sans contact, utilise un système d’exploitation (AKiS pour AkllKartletim Sistemi) très sécurisé basé sur une puce également très sécurisée (EAL5+). Les applications d’identité et bancaire, par exemple, sont séparées par un pare-feu. 200 000 cartes ont été émises l’été dernier dans la ville de Bolu pour une première phase pilote avec des applications d’authentification chez les médecins et dans les hôpitaux. Le succès de cette première phase a été suivi d’une deuxième phase également couronnée de succès pour tester la fonction e-passport biométrique, conforme au standard mondial ICAO ; une troisième phase a démarré en mars, avec une nouvelle version de la carte qui est désormais conforme au standard européen de Carte Citoyen, et qui offrira la fonction paiement bancaire. Plusieurs banques ont déjà apporté leur soutien à cette option qui prévoit d’utiliser la solution M’Chip de MasterCard. Des schémas d’initialisation et de multi-personnalisation ont été définis. Le gouvernement doit encore donner son feu vert pour cette dernière phase mais il semblerait acquis. Le déploiement devrait se faire en 2012 avec l’émission de 75 millions de cartes.

À lire aussi