jeudi 8 décembre 2022

La Communauté politique européenne prépare sa première réunion

Publié le | par Engin | Nombre de visite : 156 |
La Communauté politique européenne prépare sa première réunion

La Communauté politique européenne prépare sa première réunion

La Communauté politique européenne (AST) se prépare à tenir sa première réunion avec la participation des pays de l’Union européenne (UE) et d’autres pays du continent européen.

La première réunion de l’AST, dans laquelle plus de 40 pays seront représentés, se tiendra dans la capitale Prague, accueillie par la République tchèque, présidente de l’UE au niveau des dirigeants. Immédiatement après la réunion du 6 octobre, les dirigeants des pays de l’UE se réuniront lors du sommet informel entre eux le 7 octobre.

L’administration de l’UE soutient également la réunion, qui se tiendra avec la proposition avancée par le président français Emmanuel Macron.

Outre les 27 États membres de l’UE, les dirigeants de 17 pays non membres de l’UE sur le continent européen ont été invités à la réunion. Les lettres d’invitation ont été signées par Charles Michel, président du Conseil européen, et Petr Fiala, Premier ministre de la République tchèque, qui assure la présidence de l’UE.

IL Y AURA PARTICIPATION AU NIVEAU DES LEADERSHIPS

Les 17 pays invités étaient l’Albanie, l’Arménie, l’Azerbaïdjan , la Bosnie-Herzégovine, la Géorgie, l’Islande, le Kosovo, le Liechtenstein, la Moldavie, le Monténégro, la Macédoine du Nord, la Norvège, la Serbie, la Suisse, l’Ukraine et l’ Angleterre , ainsi que la Turquie .

La participation à la réunion est demandée uniquement au niveau du leader. Seul le président ukrainien Volodymyr Zelensky devrait assister à la réunion par vidéoconférence.

Lors de la première réunion à Prague, les dirigeants se réuniront à midi. Des tables rondes seront ensuite organisées et les dirigeants seront invités à y participer. Il est prévu d’organiser des tables rondes sur les thèmes de la paix et de la sécurité, de l’énergie et du climat, de la situation économique, des migrations et des transports.

Les dirigeants devraient également tenir des réunions bilatérales. Il est prévu qu’une réunion de clôture soit organisée avec un dîner après les réunions et les discussions.

Aucun communiqué ou décision officielle n’est attendu à l’issue de la première rencontre. Il est indiqué que les pays non membres de l’UE invités à la réunion souhaitent organiser la prochaine réunion en dehors de l’UE. Il est indiqué que l’Angleterre et la Moldavie sont déjà prêtes à accueillir la prochaine réunion.

L’idée d’AST a été introduite par le président français Macron. Macron, dans son discours lors de la réunion tenue au Parlement européen à l’occasion de la "Journée de l’Europe" le 9 mai, a proposé la création de l’AST.

La proposition de Macron s’inscrit dans la continuité de l’idée d’une "Confédération européenne" proposée par le président français de l’époque François Mitterrand en 1989, mais qui a échoué.

La proposition de Macron comprend la mise en place d’une formation politique plus large en Europe que l’UE. Elle n’est pas considérée comme une nouvelle organisation internationale mais plutôt comme une « plate-forme de discussion politique ».

L’objectif est que l’AST soit un forum de discussion sur la manière de prendre des mesures et d’assurer la sécurité et la stabilité sur le continent européen après les effets de la guerre qui a commencé en Ukraine, en particulier après l’attaque de la Russie , qui s’est propagée au monde entier. , notamment l’Europe.

L’objectif est que cette nouvelle « formation européenne » fournisse un « environnement de discussion » sur des questions telles que la coopération politique, la sécurité, l’énergie, les transports, les investissements, les infrastructures, la circulation aisée des personnes et en particulier des jeunes en Europe. Il est prévu que la communauté se réunisse au niveau des leaders tous les 6 mois et tienne des réunions.

"PAS ALTERNATIVE À L’UE"

Soutenu par le président du Conseil européen, Charles Michel, Macron soutient que l’idée qu’il propose est importante pour la stabilité et l’avenir de l’Europe.. D’autre part, Macron souligne que l’AST n’est pas une alternative à l’adhésion pour les pays candidats à l’UE. Cela s’explique par la crainte que l’AST ne soit proposée comme alternative et que la voie de l’adhésion ne soit fermée dans les nouveaux pays candidats à l’UE comme l’Ukraine.

La même question s’est également reflétée dans les décisions prises lors du sommet des dirigeants de l’UE qui s’est tenu le 24 juin. Dans les résolutions publiées à la fin du sommet, où l’AST a également été discuté, il a été souligné que l’AST ne remplacerait pas les politiques et outils existants de l’UE tels que l’élargissement.



À lire aussi