mercredi 8 décembre 2021
Accueil | Nos rubriques | Sport

KONYASPOR ETENDARD DE LA PROVINCE DU FOOT TURC

lundi 1er novembre 2021 | par Engin



KONYASPOR ETENDARD DE LA PROVINCE DU FOOT TURC

KONYASPOR ETENDARD DE LA PROVINCE DU FOOT TURC

Konyaspor - Fenerbahçe. Victoire 2-1 pour les locaux. Score qui aurait pu s’aggraver vis-à-vis des visiteurs tant l’équipe receveuse a fait preuve de volonté et quelquefois de panache.

Le Fenerbahçe guidé par le portugais Vitor Pereira, encore sous le choc de la gestion du cas Mesut Ozil ( écarts disciplinaires caractérisés lors du dernier match européen du club ), ne s’est pas déplacé dans les meilleures conditions dans la ville sainte de Konya. Avec pour issue une défaite pas si illogique. L’occasion de revenir sur la physionomie du match puis également sur les mérites ou carences des deux formations de Super Lig.

La première mi-temps a été l’illustration de la mainmise méritée de la formation provinciale. Les locaux ont ainsi ouvert le score très rapidement par l’entremise de Dikmen. Ceci suite à un centre tendu sur débordement du numéro 89 Skubic, mal repoussé par la défense des visiteurs. Quelques minutes plus tard, c’est toujours depuis le flanc droit que l’offensive des verts et blancs s’est déclenchée. Grâce à un coup-franc tiré à deux à proximité du poteau de corner, atterrissant sur le crâne du défenseur Bardakci catapultant le ballon au fond des filets de ses adversaires. C’est encore le côté droit de Konya qui a fourni quelques frayeurs à leurs homologues venus d’Istanbul. Jusqu’au coup de sifflet signalant la pause d’une première moitié de partie où seul Rossi a adressé un vrai tir cadré en faveur du Fenerbahçe. Même si la seconde mi-temps a offert un visage plus apparenté à la résistance qu’à la création pour les hommes coachés par Polut, le Fenerbahçe a souffert. Bien qu’ayant entrepris de réagir jusqu’à réduire le score (84 ’), on a senti les jaunes et bleus au maximum de leurs capacités.

Le tour d’horizon de ce match a permis de constater les présences utiles de Abdulkerim Bardakci, Guilherme, Skubic, Calik au niveau de Konyaspor. Cela a permis de relever ensuite les carences tactiques d’un Fenerbahçe disposant d’un bon effectif mais dont l’alignement a été aléatoire. L’entraîneur du "Fener" devrait repenser l’animation et la gestion dans l’axe, car des garçons comme Kadioglu ou Tisserand se sont souvent retrouvés seuls dans les confrontations, la défense centrale n’étant que moyennement gardée par l’international sud-coréen Kin Min Jae (trop juste dans l’impact physique et approximatif dans la relance). Luiz Gustavo devrait être aussi mieux utilisé. Tout comme Kahveci l’auteur du but ayant permis de réduire le score. Incorporer simultanément d’entrée de jeu les deux derniers joueurs cités pourrait constituer un vrai redémarrage pour le groupe.

Le football turc provincial s’est bien réveillé ces dernières semaines, assommant le foot stambouliote. Ce déplacement de gravité s’en est ressenti avec le 4-4-2 classique pratiqué à Konya la traditionnaliste qui a vaincu le 3-4-1-2 des stamboulites avant - gardistes. En plus grandes proportions, le classement dominé par Trabzonspor et la cinquième place de Konyaspor matérialise l’évolution d’une situation dont la fédération et la Milli Takim devront tenir compte.

Gianguglielmo /Jean-Guillaume LOZATO, professeur d’italien à L’ENSG et à International Paris School of Business, chargé de cours à l’Université Paris-Est. Auteur de recherches universitaires sur le football italien en tant que phénomène de société.

À lire aussi