mercredi 7 décembre 2022

Fenerbahçe en quart de finale (Ligue des Champions / Turquie)

Publié le | Nombre de visite : 826 |
Fenerbahçe en quart de finale (Ligue des Champions / Turquie)

La Turquie était en fête mardi tard le soir. En effet, le seul club turc désormais en lisse dans toute compétition européenne confondue s’est offert le ticket de la qualification en quarts de finales de la Ligue des Champions contre les malheureux Sévillans qui y tenaient autant que les Stambouliotes.

Commençant la rencontre avec un avantage d’1 but grâce à sa victoire sur son terrain à Istanbul sur un score de 3 – 2, les hommes de Zico ont eu vite fait de perdre cette carte précieuse puisque dès la première minute Alvès spectaculaire joueur du FC Séville enroulait une superbe frappe lors d’un coup franc qui n’a pu être que touché des bouts des doigts par le portier Volkan Demirel qui avec un peu plus réalisme aurait pu repousser ce tir. 4 minutes seulement après Keita usait d’un caviar à l’extérieur de la zone de réparation pour mettre une frappe surpuissante dans les filets de Volkan qui avait visiblement été encore sous le choc du premier but.

Cependant, les Stambouliotes n’ont pas lâché prise et ont continué à croire à ce billet des quarts de finales dans ce stade enflammé grâce aux supporters Andalous. Sur un corner d’Alex Deivid profita de l’occasion et ramenait le score à 2 – 1. Conscients du fait que cela ne suffisait pas à se qualifier, Fenerbahçe prenait encore des risques pour marquer un deuxième but. C’est à la 41ème minute que Keita assénait le coup fatal en redonnant confiance aux hommes de Jimenez.

Si la première période penchait plus en la faveur des Sévillans, la deuxième montra qu’une équipe de nature offensive ne peut pas se permettre de se retrancher car le réalisme de Fenerbahçe poussé par des joueurs tels que le splendide Ugur Boral ou Gökhan Gönül fait forcément mouche un moment où à un autre. Ce moment fut la 79ème minute, Deivid qui n’est pas très scintillant en drible reste quand même un renard des surfaces car très bien placé sur un centre, il profita de son isolement pour concrétiser une seconde fois en donnant à ses coéquipiers la perspective des prolongations, qui elles ne donnèrent aucun résultat.

C’est donc aux tirs aux buts que les jeux se sont joués. Kanouté et Vederson concrétisaient tour à tour avant que Volkan malheureux portier de Fenerbahçe qui a encaissé les deux premiers buts trop rapidement repoussait le tir de Escudé. Cependant, Edu n’a pas su profiter de cet avantage et donnait l’occasion aux Sévillans de rétablir la balance. Ensuite venait au tour de Dragutinovic et d’Aurélio de marquer avant que Volkan repousse cette fois le tir de Maresca. Plein d’espoir pour son équipe, l’international serbe Kezman offrait la possibilité à Volkan de clouer le match ce qu’il fit en stoppant le tir d’Alvès qui lui avait pourtant bien fait du mal durant le match avec ses tirs provocateurs.

Pour la première fois de son histoire, Fenerbahçe fait son chemin en finales des ligues champions et franchi les quarts de finales.

On pourra noter ce soir la présence du président de l’UEFA Michel Platini qui avait sans doute flairé le spectacle. Il n’a sûrement pas été déçu de la rencontre. En attendant, Zico qui fêtait la veille ses 55 ans fut le plus heureux des coachs car son équipe lui offrit le plus beau des cadeaux : une place en quarts de finales de la compétition reine du monde en tombant gagnant de la coupe de l’UEFA durant deux ans successivement : "Nous sommes très heureux parce que nous nous sommes qualifiés et, en plus, nous avons atteint les quarts de finale d’une manière particulière. Nous avons fait preuve de caractère et nous avons réussi dans les penalties. Nous avons joué avec courage pour tailler notre route. J’ai une grande confiance en Demirel, notre gardien. Il a fait des erreurs, il les a rattrapées dans les tirs au but. J’ai récemment fêté mon anniversaire pour la première fois loin de ma famille mais ce soir, ma famille, c’était Fenerbahçe"

Cem, Nouvelles de Turquie.

Résumé du match :



À lire aussi