dimanche 26 septembre 2021
Accueil | Nos rubriques | Actualité

Erdogan révoque le gouverneur de la Banque centrale et retire la Turquie de la Convention d’Istanbul

dimanche 21 mars 2021 | par Hakan


Erdogan révoque le gouverneur de la Banque centrale et retire la Turquie de la Convention d'Istanbul

Après une semaine noire en Turquie, avec plusieurs décisions remettant en cause l’état de droit et la défense des droits de l’homme, le président turc Recep Tayyip Erdogan a signé ce matin deux autres décrets présidentiels controversés, révoquant le gouverneur de la banque centrale et retirant la Turquie de la Convention d’Istanbul pour la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes.

Naci Agbal, le gouverneur de la banque centrale, a été limogé après avoir relevé les taux d’intérêt jeudi en réponse à la hausse de l’inflation, qui a déjà atteint près de 16%. Agbal avait été nommé par Erdogan en novembre dernier après une année difficile pour l’économie turque, au cours de laquelle la lire a perdu plus de 20% de sa valeur et les réserves de la banque centrale avaient été anéanties en réponse à la crise économique imposée par la pandémie actuelle.

Agbal a rétabli la confiance des investisseurs étrangers et des marchés internationaux et a réussi à faire remonter quelque peu la devise turque, mais il a commis un péché mortel : l’augmentation des taux d’intérêt. Le président turc défend une approche économique peu orthodoxe, basée sur un crédit bon marché et des taux d’intérêt bas et il n’a pas aimé cette décision.

Erdogan a déjà nommé Sahap Kavcioglu, ancien député de son parti, professeur expérimenté dans les banques d’État et défenseur des taux d’intérêt bas, comme quatrième gouverneur de la banque centrale ces deux dernières années. La décision remet en question l’indépendance de la Banque centrale et les marchés devraient mal réagir et la lire devrait démarrer la semaine prochaine avec de lourdes pertes.

La décision de retirer la Turquie de la Convention d’Istanbul pour prévenir et combattre la violence à l’égard des femmes , élaborée dans le cadre du Conseil de l’Europe et ratifiée par le gouvernement turc en 2011, est selon les mots de la secrétaire générale de cette organisation, Marija Pejcinovic Buric " un énorme recul ", puisque la convention - le premier traité contraignant sur ce sujet au monde et qui a déjà été ratifié par 34 pays, " offre une référence pour les efforts de protection des femmes ".

Erdogan n’a donné aucune raison de sa décision , mais cela semble être une concession aux bases plus conservatrices, qui considèrent la convention contraire aux structures et aux valeurs familiales, et qui favoriseraient un comportement amoral, puisque la convention défend l’égalité des sexes et la non- discrimination envers les homosexuels.

La violence contre les femmes est un problème grave dans la société turque. L’année dernière, au moins 320 femmes sont mortes de violence domestique.

Le calendrier de ces décisions soulève de nombreuses questions, notamment parce que le dossier de la Turquie sera l’un des sujets de discussion lors du prochain sommet européen, qui se tiendra les 25 et 26 mars.



Nombre de visite 218

Sélection d'article