EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > Sport > UN DERBY BIEN GENTIL

UN DERBY BIEN GENTIL


Ecrit par Engin, 2021-01-18 19:09:13


UN DERBY BIEN GENTIL

Istanbul enneigée pour la circonstance a été le réceptacle d’une affiche prestigieuse avec la réception du Galatasaray par le leader Besiktas. Néanmoins le spectacle n’a pas toujours été au rendez-vous pour cette victoire des noirs et blancs sur le score de deux buts à zéro.

Besiktas était l’équipe première du classement avant la rencontre. Elle l’est restée. Avec l’impact psychologique positif d’un derby d’Istanbul remporté sur deux buts d’écart. Le match est allé crescendo mais seulement progressivement. Le Fenerbahçe est deuxième, les surprenants sudistes de Gaziantep sont troisièmes et le Galatasaray est quatrième.

UNE PHYSIONOMIE DE MATCH HESITANTE.

Le derby personne ne veut le lâcher. Avec pour conséquence ce soir-ci la vision de deux équipes qui ont avant tout chercher à quadriller le terrain.Lorsque l’on a pris le temps d’observer les deux moitiés de terrain, on s’est rapidement aperçu que les joueurs du Besiktas tenaient bien en place quitte à se montrer quelquefois statiques tandis que leurs homologues adverses étaient plus concentrés sur le mouvement et le jeu sans ballon. Les dix premières minutes ont posé les bases de cet état d’esprit. L’entre-jeu a été l’espace prioritaire d’expression. La charnière centrale du Galatasaray se montrant hésitante en réalisant des relances périlleuses dans l’axe (par exemple à la deuxième minute, avant que le danger ne soit intelligemment écarté par Marcao). Le Fenerbahçe a dominé et on a pu remarquer l’apport évident du français Valentin Rosier (passé par Dijon et le Sporting Lisbonne), auteur d’un excellent jaillissement face à une relance longue de l’international marocain Y. Belhanda .Et que dire du canadien Hutchinson qui a su contrer Marcao puis s’improviser meneur de jeu sur certaines actions ? Cette première mi-temps a vu le premier tir du Galatasaray seulement dix-neuf minutes après l’engagement initial. Rassurés par les excellentes prises de balle de leur gardien Ersin, les aigles stambouliotes dominaient les débats mais sans pour autant se montrer précis et avec un ou deux sursauts des "Cim-bom-bom". Ainsi Arda Turan et Ghezzal tentaient des choses chacun leur tour en attendnat la pause.

UNE SECONDE PERIODE COMME UNE PRISE DE DECISION.

A la reprise du jeu les deux équipes ont produit un jeu moins prévisible mais pas totalement convaincant. Arda Turan a réalisé quelques incursions sur le flanc droit. Babbel entré en jeu a lui aussi re-dynamisé le jeu de la maison jaune et rouge. Confirmant ainsi que le score de la semaine passée n’avait pas été dû au hasard pour Galatasaray-Genclerbirligi (6-0).

Finalement, le Besiktas semble avoir voulu décider de clore le match en devenant plus précis dans ses transmissions. Sur un centre de Yilmaz (78’), Souza a marqué d’un intérieur droit subtil contrastant avec la trajectoire initiale de la balle. En toute fin de match, Nkoundou a doublé la mise.Peut-être que 2-1 aurait mieux reflété la rencontre... Akbaba et Kilinç étant entrés trop tardivement sur leur terrain alors qu’ils ont les capacités pour apporter un plus.

Le Besiktas s’est adjugé ce précieux résultat dans un match pas comme les autres. Un match que l’on peut qualifier aussi de derby turc pas comme les autres car la polémique semblait être partie en vacances ou en congé maladie pour cause de froid hivernal. Un enseignement à tirer : la qualité du corps arbitral turc, Cakir étant le meilleur arbitre actuellement en Turquie ; celui-ci a su mener l’affrontement sportif de manière civilisée mais ferme même si le carton rouge sur Diagne a paru un peu inique, tout comme le carton jaune sur Rosier.

Gianguglielmo /Jean-Guillaume LOZATO, professeur d’italien à L’ENSG et à International Paris School of Business,chargé de cours à l’Université Paris-Est. Auteur de recherches universitaires sur le football italien en tant que phénomène de société

Mot-clé :
Beşiktaş Derby Galatasaray
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank