Si les nouvelles sont vraies, alors nous parlons de trahison contre la Grèce (...) - Turquie News
mercredi 18 mai 2022

Si les nouvelles sont vraies, alors nous parlons de trahison contre la Grèce et d’un contrecoup !

Publié le | par Engin |

Si les nouvelles sont vraies, alors nous parlons de trahison contre la Grèce et d'un contrecoup !

JOURNAL GREC -Article original ;

[*Ainsi, après avoir tout cédé aux USA, les USA les laissent tomber comme à leur habitude,

Comment expliquer aux voisins de la Turquie comme l’Arménie et la Grèce qu’ils vivent avec la Turquie comme voisin et que les voisins doivent s’entendre à tout point de vue et qu’ils ne peuvent compter ni sur les USA ni sur l’Europe pour leurs intérêts seuls, l’Arménie et la Grèce doivent cesser d’être des instruments dans les mains de ces pays impérialistes*]

Est-ce que les États-Unis « mettent fin » à EastMed malgré l’accord que nous avons signé ?

Si les nouvelles sont vraies, alors nous parlons de trahison contre la Grèce et d’un contrecoup !

La publication de Sotirios Sideris dans Omegapress , ont des noms et des adresses. Dont nous exigeons la réfutation immédiate, car si les nouvelles sont vraies, alors nous parlons de la trahison absolue des USA contre la Grèce, nous aurons affaire à des erreurs catastrophiques du gouvernement grec qui a signé une stratégie stratégique de lion où il livre tout aux Américains, sans même maintenir ce qui a été convenu, alors qu’il devient clair que la Grèce fait face à une menace existentielle.

La révélation sur le non-papier des USA au ministère des Affaires étrangères

Les États-Unis mettent définitivement fin à la construction du gazoduc EastMed, changeant les données en Méditerranée orientale, comme le révèle Sotiris Sideris dans son article. Avec un non-papier du département d’État au gouvernement grec, dont le destinataire officiel est le secrétaire général des Relations économiques internationales et de l’Extroversion du ministre des Affaires étrangères Giannis Smyrlis, ils annoncent le refus de Washington de soutenir ce projet. Des informations de rapport non papier identiques ont été envoyées à Tel-Aviv, mais aussi en Turquie. La politique turque a triomphé et nous attendons maintenant les réactions et les conséquences. Mais ce qui n’est pas surprenant, ce n’est pas l’échec d’un projet qui avait dès le départ des problèmes de viabilité financière.
Le paramètre le plus important est que les États-Unis dans le non paper, justifiant leur position, Outre les données économiques et commerciales, ils soulignent que l’idée de ce gazoduc est une source de tension en Méditerranée orientale, prenant clairement la place de la Turquie. Il s’agit d’un nouveau raisonnement émanant de Washington, qui non seulement affaiblit les positions grecques, mais les écrase également et en même temps reprend pleinement l’argumentation turque.

Trimeris ellada kypros israil
Est-il possible d’annuler ces accords ?
Trahison absolue !
Ce pipeline a été le plus grand succès de la politique étrangère grecque au cours de la dernière décennie. En fait, sous l’administration Trump, ce projet était sous l’entière protection de la Maison Blanche, le département d’État ayant un ministre chargé de le surveiller. On se rend donc compte de l’ampleur de la trahison, quelques mois après la signature d’un accord par la Grèce, où elle cède tout aux États-Unis, jusqu’à récemment sans rien demander. Mais maintenant, non seulement nous n’avons rien obtenu de plus, mais nous semblons également perdre l’arme la plus importante que nous avions sur l’échiquier géopolitique. Méditerranée orientale

Avec ce pipeline, la Grèce avait réalisé deux choses, d’une importance existentielle pour notre propre survie. Il a supprimé la Turquie de la carte énergétique mondiale, tout en revalorisant Chypre et la Grèce, c’est-à-dire l’hellénisme. Le deuxième et le plus important, était que ce pipeline documentait dans le monde entier, l’unité et la continuité géographique ininterrompue de l’hellénisme. De Corfou à Kyrenia.

Cette évolution est donc une défaite nationale majeure, qu’il faut éviter dès maintenant. La Grèce doit utiliser tous les leviers de pression à sa disposition pour que les États-Unis puissent revoir le changement de stratégie, revenir à ce qui a été convenu et soutenir activement la construction du gazoduc.

Si nous acceptons cette évolution, c’est comme si nous acceptions notre mutilation nationale. Nous serons de retour.


Nombre de visite 1008

À lire aussi