jeudi 8 décembre 2022

POUR RAPPELER CEUX QUI ONT UNE MÉMOIRE DE POISSON

Publié le | par Engin | Nombre de visite : 177 |
POUR RAPPELER CEUX QUI ONT UNE MÉMOIRE DE POISSON

L’État ottoman, qui a échoué lors de la Première Guerre mondiale, a signé l’armistice de Moudros le et s’est retiré de la guerre.

Bien que ne figurant pas dans les dispositions de l’armistice de Mudros, les puissances de l’Entente occupèrent Istanbul le et se dispersèrent dans toutes les parties de la ville avec une attitude fière.

Troupes alliées défilant dans la Grande Rue de Péra à Istanbul
Troupes alliées défilant dans la Grande Rue de Péra à Istanbul

Au fil du temps, les troupes britanniques ont occupé la direction roumélienne du détroit de la mer Noire depuis le nord de Beyoğlu et de la Corne d’Or, les troupes Français ont occupé la direction Rumeli de la mer de Marmara sur la ligne Istanbul-Çekmece, et les troupes italiennes ont occupé les îles Marmara de la direction anatolienne et les ont contrôlées.

Grâce aux commissions qu’ils ont établies et à l’organisation qu’ils ont faite, ils ont commencé à effectuer l’administration d’Istanbul.

Ils ont enlevé les droits de l’Empire ottoman, en particulier le système judiciaire et juridique, mais aussi la prison, la santé, les transports, les communications, les douanes et le contrôle des passeports.

Quelques députés nationalistes du Parlement ottoman réagissent vivement à l’occupation.
Plusieurs discussions sévères sur cette question au Majlis-i Mebusan ont préparé la fin de l’assemblée à un moment donné, et le , le Parlement ottoman a été dissous par ordre du sultan.

Diverses négociations ont eu lieu entre les responsables des puissances alliées au sujet de l’occupation officielle d’Istanbul et finalement il a été décidé d’occuper officiellement Istanbul le .

Les précautions nécessaires ont été prises contre une éventuelle résistance qui pourrait survenir pendant l’occupation et avec la lumière du jour le matin du , l’occupation officielle d’Istanbul par les puissances alliées a commencé. Les navires britanniques entrent dans la position opérationnelle à 06h00 et les barges de mitrailleuses arrivent à terre. Tout le port d’Istanbul de Bakırköy à Kadıköy est bloqué.

À 9 h, quelque 4 000 marins entièrement équipés débarquent de la flotte de combat de l’Atlantique et occupent la plupart des emplacements prévus à 10 h.

Ils déclarent la loi martiale dans la ville et arrêtent la plupart des personnes qu’ils désignent, et les services des trains de banlieue, des ferries portuaires et des véhicules de transport sont suspendus.

Dans la déclaration qu’ils publient, ils annoncent que « l’occupation est temporaire, que l’intention des puissances de l’Entente n’est pas de détruire l’autorité du sultan, mais au contraire, de renforcer leur influence dans les pays qui resteront sous domination ottomane, et que les puissances de l’Entente n’ont pas l’intention de priver les Turcs d’Istanbul, mais que cette décision pourrait être modifiée en cas de troubles croissants dans les provinces ou en cas de massacres ».

En réponse aux déclarations des hauts-commissaires de l’Entente et de leurs représentants, le gouvernement d’Istanbul a également annoncé l’occupation au peuple dans une brève déclaration.

La déclaration indique qu’« Istanbul a été temporairement placée sous occupation militaire, comme expliqué dans la note remise au gouvernement par les représentants politiques des puissances de l’Entente le matin du 16 mars et dans leurs communiqués officiels publiés dans les journaux du soir d’aujourd’hui » et que « puisque le gouvernement a rempli ses devoirs, il est conseillé au peuple de s’engager dans son propre travail et son propre pouvoir ».

L’occupation d’Istanbul, que les puissances de l’Entente ont effectivement commencée le et officiellement le , s’est poursuivie jusqu’au .

Şükrü Türkmen
Professeur des écoles à la retraite



À lire aussi