samedi 10 décembre 2022

On n’aime pas les musulmans en Suisse mais on veut bien leur vendre des armes

Publié le | par Ali Bal | Nombre de visite : 640 |
On n'aime pas les musulmans en Suisse mais on veut bien leur vendre des armes

Les Suisses ont voté aujourd’hui pour que l’interdiction de construire des minarets soit inscrite dans la Constitution.
Le résultat est sans ambiguïté : 57,5 % des voix avec une participation de 53 %, un niveau élevé, alors que tous les sondages prévoyaient un vote négatif. Seuls quatre cantons, trois francophones et un germanophone (Bâle ville), se sont prononcés pour le « non ». En particulier, Genève, où se trouve justement un minaret, a voté contre cette interdiction.

Les arguments de l’UDC (Union du centre, extrême droite), à l’origine de ce référendum, contre « l’islamisation rampante » de la Suisse ont été entendus par les citoyens, alors même que l’ensemble des autres partis politiques, du gouvernement, des médias appelait au rejet de cette initiative.

Pour rappel, il y a dans ce pays de près de 8 millions d’habitants, 400.000 musulmans (essentiellement des personnes originaires de l’ex-Yougoslavie et de Turquie), 200 mosquées et… 4 minarets.
C’est manifestement trop !
Dans le même mouvement, notons que les Suisses ont refusé d’interdire l’exportation d’armes de guerre, comme le proposait un autre référendum organisé à l’initiative de l’extrême gauche.

Bref, on n’aime pas les musulmans en Suisse, mais on veut bien leur vendre des armes ou accueillir leurs avoirs…
On n’ose imaginer l’effet de cette votation sur les musulmans de Suisse et sur l’image des Helvètes dans le monde musulman.

Auteur : Jean Quatremer
29/11/2009

Note :
Nous craignons comme le conseiller national Jacques Neirynck (PDC/VD) que l’interdiction suisse des minarets ne contribue pas à intégrer les musulmans mais plutôt « à leur faire sentir qui est le maître en Suisse, à les humilier, les provoquer, les exciter ».



À lire aussi