samedi 3 décembre 2022

Les repentances sélectives de la France

la gouvernance par les sondages

Publié le | par Behor | Nombre de visite : 148 |

Les prises de positions françaises qui satisfont l’opinion publique française ne plaisent pas forcément à ceux des autres pays qui les subissent. Et le consensus français sur tous les sujets devient de plus en plus difficile à atteindre.

D’après Azeddine Chabane de la Tribune d’Alger, les relations entre Alger et Paris ont été tendues pour cause de glorification de la période coloniale, bien que la non-promulgation de la loi du 23 février 2005 ait calmé le jeu, or Nicolas Sarkozy l’exclut pour cause de "haine de soi", bien qu’il fut question de repentance envers les crimes de Vichy (néanmoins Chirac l’a fait contre l’avis général) ou le supposé génocide arménien vivement contesté par Ankara [Turquie].

Ankara, qui est dans sa ligne de mire puisqu’il a lancé l’idée d’une Union méditerranéenne, destinée à rassembler les pays méditeranéens dont la Turquie. Mais ça n’intéresse pas la Turquie de le voir substituer à son entrée dans l’union européenne.

L’UMA peine à se concrétiser pour dfférentes raisons dont la question sahraouie, et chacun des pays maghrébins a signé un accord d’association supposé instaurer des "liens privilégiés" avec l’Union européenne. Or, il s’avère que, si le commerce tend à s’intensifier, malgré des déséquilibres au détriment des économies maghrébines, le volet humain est caractérisé par le verrouillage des frontières et la suspicion à l’égard des candidats à l’émigration. On constate que la création d’un ensemble solidaire incluant tous les peuples du pourtour méditerranéen est pour l’instant un leurre.

En se rendant à Alger et Tunis, il veut signifier son intention d’"honorer l’amitié à la fois unique et indéfectible qui unit nos peuples et nos pays", même si les consulats français opposent un refus de visa aux Algériens.

Les enjeux économiques et humains, incluant la repentance de la période coloniale, s’avèrent donc trop aléatoires pour une France qui observe souvent l’avenir par le petit bout de la lorgnette.



À lire aussi